En régions : la montée en gamme d’Aix-les-Bains

Courses / 06.07.2021

En régions : la montée en gamme d’Aix-les-Bains

Alors que l’hippodrome de Marlioz accueille trois réunions en l’espace d’une semaine, Arnaud de Seyssel, par ailleurs membre du Conseil d’administration de France Galop, fait le point sur la Société de courses qu’il préside.

Si deux réunions ont déjà eu lieu, les trois autres rendez-vous du meeting de galop se dérouleront les mercredi 7, dimanche 11 et mercredi 14 juillet. Arnaud de Seyssel explique : « Les deux premières se sont très bien passées. La qualité de la piste a été saluée par les professionnels, ce qui est déjà une grande satisfaction. Deux des réunions restantes sont premium et nous finirons le meeting de plat par le Grand Steeple-Chase d'Aix-les-Bains (handicap). Ensuite, nous lancerons le coup d’envoi du meeting de trot. Pour l’instant, nous fonctionnons avec la jauge à 1.000 personnes. Je ne sais pas comment la situation sanitaire va évoluer et nous verrons ce que nous ferons pour le mois d’août. »

Devenu pôle régional en 2021. Comme cinq autres hippodromes de plat (Dax, Tarbes, Mont-de-Marsan, Le Mans et Cholet), celui d’Aix-les-Bains est passé de première catégorie à pôle régional pour la discipline du plat. Arnaud de Seyssel nous a dit à ce sujet : « Cela démontre la qualité de l’infrastructure. C’est aussi une nouvelle importante pour les professionnels, car cela a une incidence sur les allocations. Nous voulons poursuivre sur cette dynamique et continuer à démontrer la qualité de l’hippodrome, d’organiser des épreuves régulières, transparentes et parfaites pour les professionnels. Cela entraînera automatiquement une augmentation du nombre de partants et, pourquoi pas, une augmentation du nombre de courses. C’est un cercle vertueux. »

Le plein de partants. Entre 2019 et 2020, le nombre de partants sur l’hippodrome de Marlioz avait déjà augmenté de manière significative. Cette tendance se poursuit en 2021 et Arnaud de Seyssel nous a précisé : « Je suis très content car nous sommes dans le vert, et si l’on regarde la réunion du 7 juillet, on constate qu’avec 14 partants, nous faisons le plein sur les deux handicaps de plat de fin de journée et que les deux courses de haies réunissent 10 et 12 partants, un très bon chiffre là encore. » L’autre fait notable est la bonne diversité de professionnels : «Pour le plat, il ne s’agit pas seulement d’entraîneurs du Centre-Est, car des Marseillais et parfois des Parisiens, font le déplacement. Pour l’obstacle, beaucoup d’écuries de l’Ouest viennent courir chez nous. »

De futurs investissements liés à la Coupe du monde de rugby. En 2020, du fait du Covid, plusieurs investissements n’avaient pu être menés à bien. Arnaud de Seyssel nous a dit : « Contrairement à l’an passé, nous avons abouti dans plusieurs projets cette saison : nous avons quinze nouvelles stalles de départ, ajouté une troisième douche aux écuries pour les chevaux, et en ce qui concerne l’accueil du public, nous avons réinvesti dans une cuisine totalement neuve, et réagencé l’ensemble des points de restauration du site. Plus largement, il faut savoir que nous partageons l’infrastructure avec le club de rugby d’Aix. La ville, avec laquelle nous entretenons d’excellentes relations, est candidate à la réception d’une équipe pour la Coupe du monde de rugby 2023. Si le dossier passe, il faudra refaire en particulier les vestiaires des rugbymen. Les tribunes seraient agrandies et cela nous permettrait de récupérer de la place pour le vestiaire réservé aux femmes. Nous attendons des nouvelles de la mairie, mais cela évolue dans le bon sens. »