Grand Prix de Paris : deux ans après, un pari gagnant

Courses / 10.07.2021

Grand Prix de Paris : deux ans après, un pari gagnant

Il y a un peu plus de deux ans, France Galop, alors associé à Juddmonte, avait imaginé un plan pour renforcer l’attractivité du Grand Prix de Paris. Ce système de qualification permettait d’inviter les douze meilleurs 3ans d’Europe à participer au Gr1 du 14 juillet, même s’ils n’avaient pas été engagés à la date prévue. Huit courses de haut niveau en France et en Angleterre avaient été sélectionnées pour intégrer ce circuit de qualification automatique et gratuite. Ainsi, les trois premiers du Derby d’Epsom (Gr1) et les trois premiers du Qatar Prix du Jockey Club (Gr1) sont invités dans le Grand Prix de Paris, comme le gagnant du Prix du Lys Longines (Gr3), celui du Prix Hocquart Longines (Gr2), et ceux du Chester Vase (Gr3), du Derby Trial (L), des Al Dante Stakes (Gr2) et des King Edward VII Stakes (Gr2).

C’est cette année que ce programme paye vraiment, puisque trois chevaux sont apparus samedi dans la liste du Grand Prix de Paris au moment des supplémentations, ce qui donne une tout autre envergure à la course. Jugez plutôt : Hurricane Lane (Frankel), récent lauréat de l’Irish Derby après avoir conclu troisième à Epsom et remporté les Dante Stakes, Alenquer (Adlerflug), net gagnant des King Edward VII Stakes, et Northern Ruler (Ruler of the World), très plaisant dans le Prix du Lys Longines, viennent renforcer le plateau du 14 juillet.

Une opportunité à ne pas laisser passer. Concernant Hurricane Lane, qui aurait pu courir directement le St Leger (Gr1), Charlie Appleby a confié à Racing TV : « L’Irish Derby a été une course dure et, honnêtement, nous pensions que le cheval mettrait plusieurs jours à s’en remettre. Finalement, il a très vite récupéré, il a toujours très bien mangé depuis et il me semble vraiment très bien le matin. Nous en avons discuté cette semaine et les options étaient d’aller directement à Doncaster, sur la fraîcheur, ou bien de passer par la France. Nous avons jugé que le St Leger arrivait un peu tard pour ne pas lui donner une course dans l’intervalle. William Buick l’a travaillé samedi matin et il en était très content. Le Grand Prix de Paris est la dernière occasion de courir un Gr1 sur 2.400m contre les seuls 3ans, et c’est une opportunité que nous devions saisir. Il va à Paris avec le statut de l’un des chevaux à battre et, s’il peut gagner un nouveau Gr1 avant le St Leger, ça serait super ! »

William Haggas n’a pour sa part jamais caché que le programme d’Alenquer passerait par le Grand Prix de Paris pour préparer le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, avec une participation possible au St Leger. Quant à l’allemand Northern Ruler, qui a devancé Bubble Gift (Nathaniel) dans le Lys, son entourage a préféré cette option de ParisLongchamp à celle du Derby allemand, qui arrivait un peu tôt. Il sera associé, comme à Chantilly, à Maxime Guyon.

Baby Rider pour un rachat. Lauréat avec autorité du Prix Greffulhe (Gr2) et ensuite quatorzième du Qatar Prix du Jockey Club (Gr1), Baby Rider (Gleneagles) sera rallongé pour participer au Grand Prix de Paris. Pascal Bary nous a confié : « Concernant sa course du Prix du Jockey Club (Gr1), le poulain n’a jamais respiré durant le parcours et, logiquement, il n’a ensuite pu accélérer pour finir. L’idéal serait d’avoir du bon terrain, mais, avec la supplémentation du lauréat de l’Irish Derby et du troisième du Derby d’Epsom (Grs1), Hurricane Lane, la concurrence s’annonce redoutable. Il y a un vrai bon lot de chevaux. Une chose est sûre en tout cas, Baby Rider est très bien et je pense qu’il va très bien courir. »

Un seul déclaré non partant. Des quatre protégés d’Aidan O’Brien, un seul a disparu de la liste samedi matin. Il s’agit de King of the Castle (Galileo), vu dans les handicaps mais qui venait d’ouvrir son maiden facilement en terrain souple à Limerick.