Grand Prix de Paris : toujours dix

Courses / 09.07.2021

Grand Prix de Paris : toujours dix

Grand Prix de Paris : toujours dix

Les forfaits 2 du Grand Prix de Paris (Gr1), qui se dispute mercredi 14 juillet à ParisLongchamp, ont été validés vendredi par France Galop. Aucun changement n’est à noter, ils sont toujours dix en lice. Les partants probables et engagements supplémentaires ont lieu samedi matin et Alenquer (Adlerflug), gagnant des King Edward VII Stakes (Gr2) à Royal Ascot, pourrait notamment rejoindre la liste.

Saiydabad et Cheshire Academy, deux atouts majeurs pour Jean-Claude Rouget. Jean-Claude Rouget sellera deux partants dans le Grand Prix de Paris : Saiydabad (Blame) et Cheshire Academy (Flintshire), respectivement quatrième et cinquième du Qatar Prix du Jockey Club (Gr1). Les deux poulains affichent un profil assez singulier. Le représentant de S.A. l’Aga Khan n’a débuté qu’à 3ans, n’étant pas assez mature pour le faire à 2ans. Il a réalisé un sans-faute jusqu’au classique cantilien : une victoire dans une course d’inédits à Chantilly, sur la P.S.F., puis une Classe 2 sur le gazon deauvillais, et le Prix de Suresnes (L), à Chantilly. Dans le Jockey Club, comme à son habitude, Saiydabad est parti mollement, mais il a eu un bon parcours et s’est classé quatrième. Pour Cheshire Academy, les carottes étaient presque déjà cuites au tirage au sort des places à la corde, puisqu’il s’élançait tout à l’extérieur. Il a malgré tout réalisé une ligne droite remarquable pour terminer à une longueur de son compagnon de boxes. Lui aussi se présentait invaincu "au papier", puisqu’il avait concédé un nez à Pretty Tiger (Sea the Moon) dans le Prix Noailles (Gr2), pour son premier essai sur le gazon. Il avait auparavant gagné ses deux premières sorties sur la fibrée paloise.

Jean-Claude Rouget nous a dit : « Saiydabad a eu le bon parcours dans le Jockey Club, même s’il met toujours un peu de temps à rentrer dans sa course. Tout s’est ouvert à la corde et il a bien fini. Pour Cheshire Academy, le numéro à la corde a été très pénalisant. Il faut aussi savoir que j’avais dû l’arrêter deux ou trois jours une quinzaine de jours avant la course. Il lui manquait un galop. Dans ces conditions, sa cinquième place est très bonne. Les deux chevaux sont à mon avis assez indifférents à l’état du terrain. L’allongement de la distance va les servir. Qui est le meilleur des deux ? On le saura mercredi ! Ce que je peux dire, c’est que leur préparation s’est déroulée sans souci et je pense que les deux ont une bonne chance. »

On espère un terrain à 3,2/3,3

Les applications météorologiques ne sont franchement pas d’accord sur ce qu’il pourrait se passer d’ici au 14 juillet et il est encore trop tôt, dans des conditions orageuses et donc instables, de prévoir précisément quel sera l’état du terrain du côté de ParisLongchamp. Directeur des hippodromes et centres d’entraînement de France Galop, Matthieu Vincent nous a dit : « De la pluie est annoncée samedi en région parisienne mais sous forme orageuse : il peut donc y en avoir comme nous pouvons passer à côté. Une amélioration s’annonce possible la semaine prochaine, mais nous sommes encore un peu loin de la course pour prédire l’état du terrain. Dans l’idéal, nous espérons un terrain à 3,2 ou 3,3. Vendredi midi, la piste de ParisLongchamp est à 3,4, ayant été un peu arrosée après les courses de jeudi pour la remettre en place. Nous ferons un point lundi, plus proche de l’échéance. »

Cash Equity tente le coup sur 2.400m. Depuis le début de sa carrière, Cash Equity (Toronado) a été un poulain de rêve pour son entourage, finissant toujours dans l’argent. Le représentant de Brice Levaique et de Gérard Augustin-Normand reste sur une troisième place dans le Prix Ridgway (L), à une demi-longueur du gagnant Parchemin (Lope de Vega), et son entraîneur Ludovic Gadbin est heureux de l’aligner sur plus long dans le Grand Prix de Paris : « Cash Equity va courir. Il n’est pas impossible qu’il y ait de la pluie d’ici mercredi et si tel est le cas, une piste assouplie sera un vrai plus. Nous aurions pu aller vers Vichy avec lui mais nous avons depuis un moment l’envie de le rallonger et le Grand Prix de Paris est le dernier Gr1 pour les seuls 3ans en France. Nous en profitons et nous y allons avec des espoirs ! Ce sera le premier partant dans un Gr1 de son copropriétaire Brice Levaique : c’est pour cela que l’on a des chevaux de course, pour toucher un bon cheval capable de courir les belles épreuves avec une chance. Cash Equity n’a pas encore réussi à gagner sa course black type depuis le début de la saison, mais il a toujours fait preuve de régularité et nous espérons que, en l’alignant sur 2.400m, cela lui permettra d’encore mieux s’exprimer. Damien Boche sera en selle : le duo a toujours bien fonctionné et cela permet de récompenser aussi tout le travail fait le matin, et le travail d’équipe ! »

Tous les feux sont au vert pour Bubble Gift. Rencontré vendredi à Saint-Cloud, Mikel Delzangles nous a donné des nouvelles de Bubble Gift (Nathaniel), gagnant du Prix d’Harcourt (Gr2) et bon deuxième du Prix du Lys (Gr3). L’entraîneur nous a dit : « Bubble Gift ira bien sur le Grand Prix de Paris. Il est bien rentré de sa course, tout va bien. On ne peut pas faire mieux que ça. Il va dans tous les terrains et a l’avantage d’avoir déjà gagné à ParisLongchamp. Tous les feux sont au vert ! »

Quatorze dans le Malleret. En 2021, le Prix de Malleret (Gr2) a déménagé et a rejoint la réunion du 14 juillet à ParisLongchamp. Après les forfaits, elles sont encore quatorze en lice, dont Khalidiya (Oasis Dream) et Natsukashi (Motivator), nettement battues dans le Prix de Diane (Gr1), où elles étaient parmi les concurrentes les moins expérimentées. Alain de Royer Dupré a aussi laissé Taniyala (Dansili), qui pourrait prendre le rôle de leader, sachant que Khalidiya n’a probablement jamais été à son aise dans un Diane peu rythmé avec sa grande action.

André Fabre compte encore trois concurrentes : Love Child (Dark Angel) et Anasia (Intello), respectivement cinquième et dixième du Saxon Warrior Coolmore Prix Saint-Alary (Gr1), ainsi que Babylone (Invincible Spirit), récente lauréate d’une Classe 2 à ParisLongchamp sur 2.000m, pour sa deuxième sortie de l’année. Mais c’est Aidan O’Brien qui est encore le plus présent, avec quatre engagées : Willow (American Pharoah), gagnante des Naas Oaks Trial (L) après avoir fini dernière des Oaks (Gr1), Divinely (Galileo), petite sœur de Found (Galileo), troisième des Oaks et quatrième des Ribblesdale Stakes (Gr2), La Joconde (Frankel), qui vient d’ouvrir son palmarès mais avait décroché son black type minuscule à 2ans, et High Heels (Galileo), qui a cependant couru jeudi soir les Stanerra Stakes (Gr3) à Leopardstown.

Skazino de retour dans le Prix Maurice de Nieuil. Ils sont neuf après les forfaits dans le Prix Maurice de Nieuil (Gr2), dont Skazino (Kendargent), gagnant désinvolte des Prix Vicomtesse Vigier (Gr2) et de Barbeville (Gr3). Dans le Vicomtesse Vigier, il devançait Valia (Sea the Stars) qui faisait sa rentrée et est toujours en lice pour le Maurice de Nieuil. On note aussi la présence de Serpentine (Galileo) : les 4.000m de la Gold Cup ont certainement été trop longs et il pourrait rester chez les stayers mais sur 2.800m.