John Pearce Racing Gordon Stakes (Gr3) : Ottoman Emperor : dur comme Johnny Murtagh

International / 29.07.2021

John Pearce Racing Gordon Stakes (Gr3) : Ottoman Emperor : dur comme Johnny Murtagh

 Goodwood (GB), jeudi

Les Gordon Stakes (Gr3) 2021 ont servi de rampe de lancement vers le St Leger (Gr1) à un poulain qui appartient au syndicat australien Oti Racing… mais qui n’a pas l’Australie dans son programme immédiat. Ottoman Emperor (Excelebration) a fait le job en poulain lutteur. Et son entraîneur, Johnny Murtagh, a déclaré à la presse étrangère : « Terry Henderson d’Oti Racing veut se faire plaisir en Europe avec de bons chevaux. Le programme est de le garder ici pour cette saison. On verra l’année prochaine. » Le jeune Ben Coen, 19 ans, a monté une course « à la Johnny Murtagh ». Il a positionné Ottoman Emperor proche de la tête. Et il a attaqué de bonne heure pour prendre l’avantage avant le poteau des 400 derniers mètres. Puis, comme son patron, il a poussé fort jusqu’au bout. Sir Lucan (Camelot), un deuxième couteau de Ballydoyle, a terminé fort à une demi-longueur après avoir attendu. Le favori, Third Realm (Sea the Stars), pas très heureux, a décroché la troisième place.

Il est à 10/1 dans le St Leger. Ottoman Emperor a remporté son quatrième succès consécutif et sa cote dans les St Leger a baissé à 10/1. Johnny Murtagh a expliqué : « Il a gagné en poulain dur mais encore immature. Son jockey m’a dit qu’il est un peu fainéant et il s’est un peu trompé dans ses foulées en haut de la montée. Il a attaqué un peu tôt mais une fois qu’il a pris l’avantage, il n’a pas lâché le morceau. Nous sommes venus ici pour voir si c’était un cheval de 2.400m… Ou s’il peut aller sur plus long. Et il a répondu de belle manière. C’est un très bon poulain de tenue et il sera encore mieux à 4ans. »

Son père est au Maroc et sa mère en Inde. Élevé par Castletown and Minch Bloodstock, Ottoman Emperor a été acheté 7.500 € comme short yearling chez Goffs February Sale. Son père, Excelebration (Exceed and Excel), a été un top-miler qui a remporté trois Grs1 : le Prix Moulin de Longchamp, le Prix Jacques Le Marois et les Queen Elizabeth Stakes. Pas mal pour un cheval qui est né la même année que Frankel… Après avoir produit Barney Roy, il est parti au Maroc, où il officie aux Haras national de Bouznika. La mère, Ibiza Empress (Tertullian), a gagné une course en Allemagne. Elle a été acheté 22.000 € chez Goffs November, pleine d’Holy Roman Emperor (Danehill), par un éleveur indien quelques mois après avoir produit son premier foal : Ottoman Prince. La deuxième mère, Ibiza Dream (Night Shift), a donné trois gagnants dont Pleasant Surprise (Mastercraftsman), placée dans le Princess Royal Nayef (Gr3). Ibiza Dream a attiré l’attention de l’éleveur indien car c’est une demi-sœur de deux chevaux black types dans son pays.