Prix Madame Jean Couturié (L) : La Parence, un bel hommage familial

Courses / 22.07.2021

Prix Madame Jean Couturié (L) : La Parence, un bel hommage familial

Prix Madame Jean Couturié (L)

La Parence, un bel hommage familial

Pour Henri-François Devin, le fait de remporter le Prix Madame Jean Couturié avec La Parence (Saônois) signifie beaucoup. L’entraîneur est l’arrière-petit-fils de Madame Jean Couturié et La Parence court sous les couleurs de sa mère, Antonia Devin, qui a également élevé la pouliche… Un bel hommage familial !

Un succès aisé. La Parence s’est tout de suite bien élancée. Elle a galopé les oreilles bien pointées en tête, avant de laisser passer Saboor (Belardo). En deuxième position dans le dernier tournant, la future lauréate est venue très facilement en pleine piste. Elle a lutté un instant avec Stormy Pouss (Stormy River) et Saboor (Belardo), avant de leur prendre nettement l’avantage à mi-ligne droite. Pour finir, La Parence s’est bien allongée pour s’imposer de deux longueurs devant Keyflower (Kheylef). Cette dernière a très bien terminé dans le sillage de la lauréate. Dima (Falco), qui participait à sa première Listed, a terminé comme une flèche à l’extérieur avec Stefanie Koyuncu. Elle a pris la troisième place, trois quarts de longueur derrière.

Un parcours quasi sans-faute. Au cours de sa carrière, La Parence n’a réalisé qu’une seule contre-performance : c’était lors de sa deuxième sortie à Deauville, le 30 novembre. Depuis, la pouliche a réalisé un quasi sans-faute : trois victoires et une deuxième place en quatre sorties. Elle avait notamment triomphé sur ce parcours le 21 mai et lors de sa dernière sortie, le 2 juillet, La Parence avait dominé sûrement une Classe 2 à Compiègne. Sa performance dans le Prix Madame Jean Couturié est très bonne, et elle pourrait maintenant s’attaquer aux Groupes sans problème. Après la course, Henri-François Devin, s’est exprimé au micro d’Equidia : « Son accélération a été décisive. Elle a montré qu’elle était un peu au-dessus de ces chevaux-là. Avant la course, la pouliche était vraiment bien. Je n’avais pas de doute sur son état de forme, j’étais assez confiant. Le plan que j’avais pour elle a fonctionné. Quand on en établit un, cela peut souvent bifurquer. Mais avec elle, tout se passe très facilement parce que c’est une bonne pouliche. Remporter le Prix Madame Jean Couturié me fait très plaisir car c’est mon arrière-grand-mère. »

Issue d’une propre sœur de Terre à Terre et Kachgai. La Parence est une fille de Saônois (Chichicastenango), étalon au haras des Châtaigniers, et de l’inédite La Vive Parence (Kaldounévées), dont elle est le premier produit. La poulinière a un 2ans, Fort Médoc (Doctor Dino), exporté l’année dernière en République tchèque, ainsi qu’un yearling, Vote for Pedro (Pedro the Great). Elle a été saillie cette année par Telecaster (New Approach). La deuxième mère, Toujours Juste (Always Fair), s’est imposée en fin d’année de 3ans dans un handicap, sur les 1.200m de Maisons-Laffitte. On lui doit Kachgai (Kaldounévées), gagnant de quatorze courses sur des distances comprises entre 1.300m et 2.000m, dont le Prix Pelléas (L, 2.000m), et deuxième du Prix de Meautry (Gr3), mais surtout Terre à Terre (Kaldounévées), lauréate notamment du Dubai Duty Free (Gr1, 1.800m) et du Prix de l’Opéra (Gr1, 2.000m). Terre à Terre a produit Terra Incognita (Rock of Gibraltar), troisième du Prix Cléopâtre (Gr3, 2.100m). Toujours Juste est aussi la deuxième mère de Nonza (Zanzibari), gagnante du Prix Jean Romanet (Gr1, 2.000m). 

Smadoun

Chichicastenango

Smala

Saonois

Homme de Loi

Saonoise

Sa Majesté

LA PARENCE (F3)

Kaldoun

Kaldounevèes

Safaroa

La Vive Parence

Always Fair

Toujours Juste

Saloist

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 1’08’’75

1.000m à 600m : 27’’82

600m à 400m : 11’’42

400m à 200m : 11’06

200m à l’arrivée : 11’’73

Temps total : 2’10’’81