Prix du Carrousel (L) : Brokeback Mountain, le sacre de la patience

Courses / 03.08.2021

Prix du Carrousel (L) : Brokeback Mountain, le sacre de la patience

Deauville, mardi

Melchior-François Mathet est un éleveur et un propriétaire patient. Il a attendu plusieurs générations avant de voir renaître cette famille qui lui a donné Brokeback Mountain (Le Havre). Beaucoup n’auraient pas insisté ! Et il a aussi été patient avec Brokeback Mountain lui-même, un poulain qui a débuté au mois mars de ses 3ans et dont l’avant-main pouvait faire naître quelques inquiétudes à l’élevage. Placé de Listed à plusieurs reprises, Brokeback Mountain a été malchanceux dans le Comer Group International 50. Oleander-Rennen (Gr2), se classant troisième après un parcours peu évident. Pour la 25e sortie de sa carrière, il décroche sa première Listed : encore un exemple des vertus de la patience !

Au courage. Quatrième des Sagaro Stakes (Gr3) de Stradivarius (Sea the Stars), Stag Horn (Golden Horn) a animé l’épreuve dès le départ, comme il en a l’habitude. Brokeback Mountain s’est fait discret, galopant en seconde partie du peloton. Stag Horn a progressivement baissé de régime et, à l’entrée de la ligne droite, les douze concurrents se sont retrouvés presque sur une seule ligne. Il y a alors eu du remous et un peu de bousculade. Le polonais Night Tornado (Night of Thunder) et le tchèque Nagano Gold (Sixties Icon) ont attaqué fort vers le centre de la piste, faisant même illusion pour la victoire. Mais c’était sans compter sur Brokeback Mountain : Grégory Benoist l’a intelligemment lancé le long du rail de l’intérieur de l’hippodrome. Il a alors mis son cœur sur la piste à 200m du but, avant de prendre le meilleur et de s’imposer d’une demi-longueur. Nagano Gold termine deuxième. Night Tornado est troisième à une tête.

Vers le Kergorlay. Yann Barberot nous a confié : « En Allemagne, c'était un essai sur la distance. C'est vrai que cela faisait loin pour faire un essai ! (rires) Les lots sont plus faibles chez eux, même s'ils sont très forts sur les longues distances. Après cette performance, il a pris des petites vacances. Je l'ai repris il y a un mois et demi, pour faire cette rentrée et pour aller sur le Kergorlay. Avec l'âge, il peut être rallongé et c'est plus facile pour lui. Souvent, le Kergorlay est un Groupe assez creux car les bons chevaux préparent le Cadran un peu plus tard. S'il fait l'arrivée du Kergorlay, il aura le droit d'aller sur le Royal-Oak. Nous verrons ! » Robert Nataf, conseiller de Melchior-François Mathet, nous a confié : « Il n'était pas encore à 100 % car nous visons le Kergorlay. Nous lui avons donné un petit break après l'Allemagne. Il fait vraiment quelque chose car il vient de loin et cela s'est bien ouvert devant lui. Il répond toujours présent. »

Des regrets pour Nagano Gold, mais une bonne valeur. En descendant de Nagano Gold, Christophe Soumillon nous a confié : « Le cheval court bien, mais nous avons été envoyés complètement en dehors à la sortie du tournant final, là où les chevaux ne refont pas de terrain depuis le début de la journée. C'est tout simplement ce qui nous coûte la course. » Nagano Gold semble donc refaire surface après trois performances décevantes… Sur le podium du Grand Prix de Saint-Cloud (Gr1) et des Hardwicke Stakes (Gr2), il matérialise bien l’amélioration du niveau des chevaux à l’entraînement en Europe de l’Est, tout comme le troisième de cette course, Night Tornado.

La Pologne à l’honneur. Night Tornado, un élève du haras de la Huderie, a encore fois buté sur Nagano Gold. Le meilleur cheval polonais est désormais black type en Europe de l’Ouest ! Krzysztof Ziemianski, son entraîneur, nous a confié : « Nous sommes ravis. C’est vraiment un super cheval. Avec lui, c’est tout ou rien. Il court bien… ou très mal. Mais aujourd’hui, il était bien. Mon personnel s’en est très bien occupé et il s’est détendu. Night Tornado n’a que 4ans et a déjà couru cinq fois cette année. Nous allons attendre l’année prochaine pour revenir en Europe de l’Ouest. Ou alors seulement au mois de novembre en Allemagne. J’essaye de le préserver pour l’avenir. Son propriétaire a reçu beaucoup d’offres. Mais il veut le garder et m’a dit "je n’ai pas besoin des chevaux pour gagner ma vie !" »

Un cheval de cœur. Melchior-François Mathet a fait la Une de la presse hippique internationale avec une pouliche qu'il a élevée, Laurens (Siyouni), laquelle a remporté six Grs1 : les Matron Stakes, les Sun Chariot Stakes, les Fillies' Mile Stakes, le Prix Rothschild, le Prix de Diane et le Prix Saint-Alary. Laurens et Brokeback Mountain font partie de la même génération. Il nous avait confié au mois de mai : « Nous avons laissé beaucoup de temps à Brokeback Mountain lors de ses années d'élevage, car il était mal emmanché devant. Le docteur Douay, avec lequel je faisais souvent le tour des poulains, m'avait dit : c'est un beau cheval, cachez-le. Voici la réflexion d'un vétérinaire qui regarde plus l'animal que le montant de sa facture. Brokeback Mountain est venu avec le temps et c'est un cheval bien connu en France, où il a brillé au niveau Quinté avant d'aborder les épreuves black types. C'est aussi le croisement de deux souches de mon père, du côté maternel et paternel. Cette génération 2015 a été remarquable et je n'ai pas d'explication particulière à cela. Avec une petite dizaine de foals, nous avions obtenu Laurens, Brokeback Mountain et Thalyia (Motivator), deuxième du Prix Bertrand de Tarragon (Gr3) et désormais poulinière. Je souhaite à tout éleveur et tout propriétaire d'avoir un cheval comme lui : beau, doué et gentil. Il nous procure beaucoup de bonheur. Les courses ont la chance de ne pas être une activité massifiée et standardisée, comme c'est trop souvent le cas aujourd'hui. Et il n'y a rien de plus beau qu'une victoire, à ParisLongchamp comme à Paray-le-Monial. »

Un croisement Mathet sur Mathet. Brokeback Mountain est un élève de Melchior-François Mathet.  C’est un fils de Le Havre (Noverre), étalon au haras de Montfort & Préaux, qui peut compter sur dix chevaux black types en 2021, mais également sur plusieurs jeunes prometteurs. Le Havre est issu d’une souche Mathet. La mère, Beaumont (Trempolino), est une jument lauréate de deux courses sur 2.000m, dont une en valeur 34,5. Brokeback Mountain est le premier gagnant de sa mère. Cette dernière a aussi donné Bienne (Planteur), une 3ans à l’entraînement chez Yann Barberot, et un yearling par Order of St George (Galileo). Elle a été saillie par Motivator (Montjeu) en 2021.

La deuxième mère, Tsarita (Known Fact) n’a pas couru. Elle a donné trois partants et un gagnant. Anne de Russie (Fabulous Dancer), la troisième mère, n’a pas gagné en trois sorties. Elle n’a eu que deux produits dont la mère de Salut the Count (Count the Time), gagnant de treize courses aux États-Unis et en particulier des Quick Call Stakes (L, 1.100m). Sous la quatrième mère, on retrouve un des meilleurs produits de l’élevage Mathet : Sakura Reiko (Kenmare), qui a gagné le Prix Morny (Gr1) avant de partir pour le Japon.

 

 

 

Rahy

 

 

Noverre

 

 

 

 

Danseur Fabuleux

 

Le Havre

 

 

 

 

 

Surako

 

 

Marie Rheinberg

 

 

 

 

Marie d’Argonne

BROKEBACK MOUNTAIN (H6)

 

 

 

 

 

 

Sharpen Up

 

 

Trempolino

 

 

 

 

Trephine

 

Beaumont

 

 

 

 

 

Known Fact

 

 

Tsaritsa

 

 

 

 

Anne de Russie

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 2’05’’22

1.000m à 600m : 25’’78

600m à 400m : 12’’92

400m à 200m : 11’’86

200m à l’arrivée : 12’’06

Temps total : 3’07’’84