TOUR DES HARAS - AOÛT 2021 : Charles Brière : « Je suis un grand fan de la lignée mâle de Scat Daddy »

Élevage / 12.08.2021

TOUR DES HARAS - AOÛT 2021 : Charles Brière : « Je suis un grand fan de la lignée mâle de Scat Daddy »

TOUR DES HARAS - AOÛT 2021

Charles Brière : « Je suis un grand fan de la lignée mâle de Scat Daddy »

Comme chaque année, les journalistes de JDG questionnent les haras qui présenteront des yearlings en août à Arqana. Rendez-vous avec Charles Brière de Fairway Consignment.

Jour de Galop. - Quel a été votre pari de l’année ?

Charles Brière. - Cette année, j’ai fait peu de pinhooking. Mes efforts se sont concentrés sur l’amélioration des infrastructures. Et j’ai également commencé à investir dans l’élevage, en particulier dans les poulinières en association. L’idée est de diversifier l’activité, même si je n’ai pas encore la surface pour élever à grande échelle.

Quelle est l’histoire de My Kurkum ?

C’est un client anglais qui a acheté My Kurkum (Dariyan) pour 16.000 Gns en novembre 2018 à Tattersalls. Il avait avant cela été acquis in utero lorsque Kirsten Rausing avait acheté sa mère Fresh Strike (Smart Strike) pleine en décembre 2017 à Deauville. Entre-temps, le poulain est devenu magnifique et le pedigree a pris de l’ampleur. Nous l’avons préparé et vendu en août ici même pour 115.000 €. Et il a montré de la qualité, se classant troisième du Prix des Chênes (Gr3).

Et celle de The Famous Five ?

C’est un pinhooking un peu malheureux sur le plan financier mais heureux en ce qui concerne le sport. The Famous Five (Camelot) a gagné son Maiden devant Timour (ensuite deuxième du Grand Prix de Clairefontaine, Listed) et Martial Eagle (par la suite troisième du Prix Greffulhe, Gr2). Il s’est ensuite classé troisième du Prix de l’Avre (L), derrière notamment Soldier Rising (Frankel), récent deuxième des Saratoga Derby Invitational Stakes (Gr1). The Famous Five était un beau yearling, il lui manquait simplement un peu de taille.

Sur le ring d’Arqana, j’ai également vendu Step By Step (Sidestep). C’est une belle histoire car il n’a coûté que 19.000 € mais il a décroché 128.529 € de gains. Ce cheval généreux s’est classé deuxième du Prix de Lutèce (Gr3) et troisième du Prix Chaudenay (Gr2) avant d’être revendu 320.000 € à la vente de l’Arc !

Vous présentez un No Nay Never, un étalon qui vous a porté chance…

Effectivement, avec Arizona (No Nay Never), que nous avons vendu yearling, et qui a gagné les Coventry Stakes (Gr2) tout en se classant deuxième des Dewhurst Stakes (Gr1). Il est aujourd’hui étalon pour le compte de Coolmore. Je lui ai d’ailleurs envoyé une jument. C’est le croisement de deux pinhookings car la poulinière est une sœur de Rocquemont (Anodin), passé par ma consignation. Ce lauréat de huit courses est aussi trois fois placé de Listed. Arizona est un bon et beau cheval qui a beaucoup d’atouts pour réussir au haras…

Je suis un grand fan de la descendance de Scat Daddy (Johannesburg). Et j’ai dans ma consignation deux yearlings de cette lignée mâle. Un No Nay Never (Scat Daddy) qui est le frère de deux black types. C’est un beau poulain, solide… à l’image de la production de sa mère. No Nay Never réalise une belle saison [seize black types, dont une lauréate de Gr1, ndlr].

Je présente par ailleurs deux autres beaux yearlings de cette lignée mâle. Un mâle exceptionnel par Seahenge (Scat Daddy) dont la mère est lauréate de Listed sur le sprint. Et une belle femelle par Sioux Nation (Scat Daddy), avec une mère placée du Prix Yacowlef (L), qui est déjà à l’origine de Les Hogues (Critérium du Béquet, L) et d’Akemi (Prix de la Cochère, L).

Dans les produits de jeunes étalons, j’ai également le frère de Spain Burg (Sageburg), gagnante des Rockfel Stakes (Gr2), par Saxon Warrior (Deep Impact).

Vous avez une histoire particulière avec l’élevage de James et Anita Wigan, mais aussi avec celui de Berend Van Dalfsen…

Effectivement, je présente pour leur compte un Mastercraftsman (Danehill Dancer) dont la mère est une sœur de leur bon élève The Right Man (Lope de Vega), gagnant de dix courses dont l’Al Quoz Sprint (Gr1). La mère est par Kendargent (Kendor) qui s’affirme comme un père de mère exceptionnel. J’ai pinhooké par le passé un foal de cette souche, qui est vraiment une bonne famille.

Je travaille de longue date avec Berend Van Dalfsen qui m’a confié une Siyouni (Pivotal) issue de la sœur de Finsbury Square (Siyouni), triple lauréat de Groupe dont le Prix du Gros Chêne (Gr2). C’est une très belle pouliche et on sait que les souches Van Dalfsen sont toujours intéressantes. Pour le compte de cet éleveur, j’ai par exemple vendu Mykiss (Makfi), lauréat du Grand Prix de Clairefontaine (L), ou encore Crew Dragon (Poet’s Voice), troisième des Prix Kistena et Matchem (Ls).

En vendant Mageva, vous avez inauguré un croisement détonnant !

En effet, cette troisième de la Poule d’Essai des Pouliches (Gr1) est issue du croisement Wootton Bassett (Iffraaj) sur Elusive City (Elusive Quality) qui a aussi donné Wooded (Prix de l’Abbaye de Longchamp, Gr1) et Beat le Bon (deuxième des Sovereign Stakes, Gr3). Avec seulement huit foals, ce croisement a donc donné trois black types ! Je présente une pouliche avec un croisement similaire, étant par Almanzor (Wootton Bassett) et Elusive Lily (Elusive City), déjà mère de Kilfrush Memories (Shakespearean), troisième du Prix d’Arenberg (Gr3).

Quelle est la performance qui vous a le plus marqué en 2021 ?

Ce n’est pas très original, mais j’ai été très impressionné par les victoires de St Mark’s Basilica (Siyouni). C’est un sacré prospect étalon pour Coolmore.

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot Sexe Père Mère

65 F. Australia Never Busy

169 M. No Nay Never Dowager

245 M. Mastercraftsman Oykel

287 M. Saxon Warrior Spain Blues

296 F. Siyouni Tencaratreddiamond

LES YEARLINGS DE LA V.2

Lot Sexe Père Mère

359 F. Almanzor Elusive Lily

373 F. Sioux Nation Hitra

456 F. Shalaa Trainnah

465 M. Seahenge Zylpha

469 M. Shalaa Al Egda