TOUR DES HARAS - AOÛT 2021 : Jérôme Glandais : « Nous cherchons en permanence à améliorer notre jumenterie »

Élevage / 13.08.2021

TOUR DES HARAS - AOÛT 2021 : Jérôme Glandais : « Nous cherchons en permanence à améliorer notre jumenterie »

TOUR DES HARAS - AOÛT 2021

Jérôme Glandais : « Nous cherchons en permanence à améliorer notre jumenterie »

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings à la vente de Yearlings d’août Arqana. Jérôme Glandais nous a ouvert les portes du haras du Logis Saint Germain.

Jour de Galop. - Quel a été votre pari gagnant de l’année ?

Jérôme Glandais. - Notre pari gagnant de l’année se situe au niveau de l’entraînement. L’une de nos élèves, Green Motion (Acclamation), a débuté dans le Prix de Lisieux (Inédits) et elle est très estimée. L’effectif de nos 2ans semble de très bonne qualité. Il faut également souligner les performances de Dizzy Bizzu (Caravaggio) que nous avons élevée et qui est devenue black type. C’est une très bonne pouliche. Brentford Hope (Camelot) est également un poulain que nous apprécions énormément. Arriver à sortir des chevaux qui deviennent black types tous les ans, c’est quelque chose de très fort pour la continuité de notre élevage.

Justement, pourriez-vous nous raconter l’histoire de Dizzy Bizu ?

Son propriétaire, Peter Savill voulait bénéficier des primes françaises et a rapatrié son élevage en France. La mère de Dizzy Bizzu, Izzy Bizzu (Kodiac), est donc venue passer du temps en France pour être qualifiée. Ensuite, elle est repartie pouliner en Irlande car le choix de l’étalon s’était porté sur Gleneagles (Galileo). Après la saison de monte, elle est revenue pleine de ce dernier. Dizzy Bizzu est le premier produit que l’on a élevé pour M. Savill. C’est une pouliche qui a toujours été saine et qui n’a jamais posé le moindre problème. Izzy Bizzu est suitée d’un mâle de Shalaa (Invincible Spirit). Cette année, elle a été présentée à Persian King (Kingman).

Et celle de Brentford Hope ?

C’est une histoire un peu plus lointaine. Sa mère, Miss Raven (Raven’s Pass), avait été achetée yearling à Newmarket. Elle est ensuite devenue gagnante, et nous l’avons mise à l’élevage. La grand-mère de Brentford Hope, Mazuna (Cape Cross), a produit pas moins de trois chevaux black types. Cela a donc énormément étoffé le papier de Miss Raven. Nous étions assez fan de Camelot (Montjeu), c’est pour cette raison que nous avons fait ce choix d’étalon. Après l’élevage, Brentford Hope a été vendu une première fois à la vente de yearlings d’octobre et est ensuite passé lors de la breeze up Arqana. Après ses débuts victorieux à Newmarket, le poulain a hérité d’un rating de 100, ce qui n’est pas commun. Malheureusement, le cheval s’est ensuite blessé et a été castré. Désormais âgé de 4ans, il montre qu’il a pris de la maturité et beaucoup de force. Il montre actuellement pleinement son talent.

Le Logis St Germain a beaucoup investi dans les juments. Qui sont les espoirs du haras au niveau des mères ?

Cela fait quelques années que nous investissons dans la jumenterie. Nous avons acheté Siligreen (Dansili), qui n’est autre que la sœur de Polydream (Oasis Dream). Il ne faut pas non plus oublier la sœur de Solow, High Profile (Dansili). Nous avons également une jument, Gotlandia (Anabaa), qui courait sous les couleurs de M. Carli. La fille de cette dernière, Black Pearl (Ribchester) va débuter sous les couleurs du haras. Lucky Game (Montjeu) est à l’origine de deux black types, Again Music (Palace Épisode) et Music Lover (Palace Épisode).

Votre structure évolue d’année en année. Quelles sont les améliorations apportées récemment ?

L’objectif est en permanence d’avoir des chevaux sains. Le haras est très bien structuré. Récemment, nous avons fait construire un barn, un marcheur et un rond de longe. L’idée est de faire le plus de choses possible sur le haras.

Quelle est la performance qui vous a le plus marqué en 2021 ?

C’est assurément un cheval qui a frappé les esprits de tout le monde. St Mark’s Basilica (Siyouni) a été impressionnant. Gagner quatre Grs1 d’affilée, c’est tout de même assez conséquent. Snowfall (Deep Impact) a également été impressionnante dans les Oaks Anglaises (Gr1). Concernant les jockeys que nous pouvons également mettre en avant, Gérald Mossé et Ioritz Mendizabal réalisent une très belle année.

Quel est votre yearling coup de cœur cette année ?

Je dirais une femelle. C’est une sœur de la classique Dream and Do ** (Siyouni). La pouliche se déplace très bien et possède également un très beau modèle.

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’AOÛT

Lot Sexe Père Mère

111 F. Ribchester Venetias Dream

290 M. Ribchester Star Rider