TRIBUNE LIBRE : Retenue sur encouragements : il faut la suspendre

Autres informations / 14.08.2021

TRIBUNE LIBRE : Retenue sur encouragements : il faut la suspendre

TRIBUNE LIBRE

Retenue sur encouragements : il faut la suspendre

Par Thierry Doumen, président de l’AEPI, membre du Comité de France Galop.

« Suite aux mesures gouvernementales prises face à la crise sanitaire (fermeture des bars), France Galop avait décidé de mettre en place à compter du 1/03/2021 une retenue sur les encouragements :

- plat : 16 % sur les prix au gagnant supérieurs à 7.500 € et 5 % sur les autres ;

- obstacle : 16 % sur les prix au gagnant supérieurs à 8.000 € et 5 % sur les autres

Le conseil d’administration du 15/02/2021 déclarait : “Cette retenue n’est pas une baisse des allocations mais constitue à ce stade une mesure conservatoire pour faire face à un risque économique élevé. Le conseil d’administration procédera à une revue mensuelle de la situation et prend l’engagement de reverser tout ou partie de cette retenue aussi vite que possible.”

Cette décision était accompagnée de deux clauses bien claires et présentées lors du comité du 21/03/2021 :

- suivre mensuellement l’impact réel de la crise sanitaire sur la contribution nette du PMU ;

- en fonction de l’impact réel et des meilleures prévisions possible en fonction de la situation sanitaire et des mesures gouvernementales, ajuster le taux de retenue initialement fixé.

Le conseil d’administration de France Galop avait donc décidé de gérer la crise Covid en diminuant les allocations pour ne pas engager la trésorerie de l’Institution et boucler l’exercice comptable à l’équilibre sans solliciter les aides proposées par l’État, en prenant le risque de mettre sous extrême tension le tissu économique déjà très précaire du galop et de ses entreprises.

Cependant et comme prévu et annoncé, le manque de visibilité sur l’avenir commence à avoir des effets très inquiétants sur le maintien des effectifs à l’entraînement (- 300 chevaux soit - 3 % au 30/06/2021) traduisant un début de perte de confiance et de découragement des propriétaires.

La situation du galop au 31/07/2021 est la suivante :

- Un premier semestre globalement préoccupant :

baisse des enjeux au 30/06 de 15 % (- 270,5 M€) par rapport à 2019, soit une perte nette de 21,6  M€ ;

baisse des encouragements du 1/03 au 31/07 de 15,5 M€.

- Néanmoins, du 01/06 au 31/07/2021, les enjeux ont progressé de 7 % (+ 42,4 M€), soit un gain net de 3,4 M€.

Ces quelques éléments, surtout le dernier, montrent que la situation s’est non seulement consolidée depuis la réouverture des points de vente PMU mais qu’on assiste en fait à un retournement de tendance très positif.

Pourtant, le conseil d’administration de France Galop a repoussé à septembre l’étude d’un éventuel ajustement du taux de retenue pour prendre en compte les prévisions du conseil d’administration du PMU tenu en juillet.

Les socioprofessionnels (propriétaires, entraîneurs, éleveurs) ont déjà payé un lourd tribut pour maintenir l’équilibre financier de France Galop depuis 2018 avec une baisse cumulée des encouragements de plus de 80 M€ dont 13,5 M€ sur les 5 derniers mois.

Dès lors, on ne peut pas comprendre pourquoi le conseil d’administration de France Galop n’applique pas ce qui avait été acté en mars en ajustant voire en annulant la retenue sur les encouragements, car la filière a plus que jamais besoin de signes de confiance pour maintenir et développer ses investissements.

Les membres du conseil d’administration qui sont censés représenter toutes les composantes du galop auraient-ils oublié que l’objet même de France Galop est de distribuer des encouragements dans le cadre de sa mission d’aménagement du territoire, de maintien de l’emploi en zone rurale, de formation, d’amélioration de la race… ?

Au regard de tous ces éléments, nous demandons au conseil d’Administration de faire preuve de pragmatisme en supprimant dès le 1er septembre 2021 la retenue sur les encouragements et en prenant l’engagement ferme de verser régulièrement tout excédent positif sur les enjeux à ceux qui ont supporté le coût financier de la crise sanitaire sur la filière du galop depuis le 1/03/2021. »