Au-delà des pistes : ils comptent sur vous

Courses / 18.09.2021

Au-delà des pistes : ils comptent sur vous

Pour la deuxième année, Au-delà des pistes lance l’opération La Promesse de l’Arc. Il s’agit d’une opération de levée de fonds en amont du week-end du Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, inspirée par le Breeders’ Cup Pledge. Le principe est simple : vous avez un partant dans l’une des courses de ce week-end d’exception ? Vous pouvez vous engager à verser une fraction de ses gains à l’association. Si vous souhaitez faire un don et/ou adhérer à l’association, cliquez sur ce lien https://mcusercontent.com/440e04ae6bdabd94c4d9ccadd/files/7af3cdf4-71c5-7ed3-3964-a061bf5c5b0b/promesse_de_don_ARC_2021.pdf.

France Galop s’engage aussi en reversant une partie de la recette de la billetterie (recette de la tribune des propriétaires) et en relayant l’opération sur ses supports de communication.

L’an dernier, l’appel d’Au-delà des pistes avait emporté l’adhésion d’un grand nombre de propriétaires, éleveurs, entraîneurs, jockeys, agents de jockeys ainsi que de l’agence de ventes Arqana, ce qui avait permis de réunir plus de 70.000 € de dons, pendant l’évènement mais également à son issue grâce à une véritable mobilisation de la filière. Il faut faire encore mieux cette année ! Si vous êtes (un peu) superstitieux, sachez que les promesses de don ont porté chance aux entourages concernés…

En effet, l’écurie des Monceaux, animée par Henri Bozo, s’était engagée à faire don de 30 % de ses primes à l’éleveur, proportion qui, grâce à la victoire de Sottsass dans le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe, a représenté un montant de 24.300 € !

Parmi les autres donateurs :

- Les Aga Khan Studs, éleveurs et propriétaires de Tarnawa, gagnante du Prix de l’Opéra, de Valia, lauréate du Qatar Prix Chaudenay, ainsi que des placées Ebaiyra et Dariyma ;

- Godolphin SNC, copropriétaire de Persian King, troisième de l’Arc, et propriétaire d’Earthlight, de Nemean Lion et de Ziegfeld ;

- Le haras de la Gousserie, copropriétaire de Sealiway, facile lauréat du Qatar Prix Jean-Luc Lagardère) ;

- Al Asayl, propriétaire de The Revenant, victorieux du Prix Daniel Wildenstein ;

- Ainsi que Wertheimer & Frère (Tasmania), le China Horse Club (Patrick Sarsfield), l’écurie Meiohas (Sandyssime).

D’autres comme Team Valor, la famille Niarchos ou White Birch Farm ont fait des dons volontaires.

Chez les entraîneurs, Francis-Henri Graffard, Alain de Royer-Dupré, Xavier Thomas-Demeaulte ou encore Frédéric Rossi ont donné un pourcentage de leurs gains.

Du côté des jockeys, Christophe Soumillon, Mickaël Barzalona, Théo Bachelot, Jérôme Cabre et Eddy Hardouin ont participé à l’opération, rejoints par les agents Bruno Barbereau et Steve Obry.

Enfin, l’agence de ventes Arqana a fait un don de 1.000 € pour chaque gagnant acheté à l’une de ses ventes, ce qui a représenté un total de 6.000 € grâce aux victoires de Sottsass, Wooded, Sealiway, Wonderful Tonight, Skalleti et Jadoomi.

L’ensemble des dons récoltés a permis de venir en aide aux chevaux qui quittent la compétition à la suite d’une blessure et ont donc besoin d’un soutien financier pendant leur période de convalescence avant de pouvoir entamer une reconversion vers l’équitation de loisir, le CSO, le concours complet, le polo, le horse-ball – parmi les nombreuses disciplines dans lesquelles les pur-sang réformés excellent.

Présidente d’Au-delà des pistes, Aliette Forien avait alors déclaré : « L’élan de générosité en faveur des chevaux réformés a été extraordinaire et nous fait vraiment chaud au cœur. C’est avec une grande émotion que je tiens à remercier tous les donateurs qui ont apporté leur soutien à cette initiative – quelle belle preuve de solidarité de l’élite de notre sport envers ses membres les plus vulnérables ! Les fonds récoltés vont nous permettre de faire vivre notre réseau de structures de reconversion en apportant un soutien financier à celles qui accueillent des chevaux en convalescence. La plupart des blessures que rencontrent les chevaux de course dans l’exercice de leur métier sont réversibles – tendinites, fractures – mais nécessitent d’observer une longue période de repos. Il nous paraît absolument légitime que la filière course supporte la charge financière de cette convalescence, mais il faut être conscient que cela engendre des coûts importants qui rendent ces levées de fonds nécessaires. Nous avons toujours été convaincus que le mécanisme de financement le plus vertueux est de solliciter une petite fraction des gains plutôt que d’ajouter des frais à la déception que cause la blessure d’un cheval. Nous continuons d’espérer qu’une contribution automatique de tous les socioprofessionnels sous forme de prélèvement sur les gains puisse être validée par le conseil d’administration de France Galop. »

Les équipes d’ADDP vous donnent rendez-vous les 2 et 3 octobre 2021 sur l’hippodrome de Longchamp.