Keeneland September Sale book 1 : une reprise en douceur

Courses / 15.09.2021

Keeneland September Sale book 1 : une reprise en douceur

La deuxième session de la vente de septembre de Keeneland a permis au marché de reprendre ses esprits après une première session essentiellement marquée les rachats (presque de 40 %). Le cumul des deux journées, c’est-à-dire le book 1, affiche un chiffre d’affaires (avec les amiables) de 91,86 millions de dollars (77,74 M€). Le taux de vendus est remonté à un niveau "normal" de 67,4 % et le prix moyen s’est fixé à 431.300 (365.000 €). Ces trois indicateurs sont en hausse par rapport à 2020, respectivement de 3,3 %, 1,4 % et 10,6 %. La reprise post-Covid est moins rapide que ce sur quoi tablaient certaines prévisions optimistes. La comparaison avec les chiffres du book 1 de 2019 n’est pas fiable, car le format de la vente a changé. Celle-ci est passée de trois à deux sessions, réduisant de fait l’offre. Les yearlings à être passés sur le ring lundi et mardi sont au nombre de 316, c’est-à-dire 30 de moins qu’en 2020 et 144 de moins qu’en 2019.

Le prix moyen baisse de 5 % par rapport à 2019. Le seul indicateur que l’on peut comparer avec la dernière vente ayant eu lieu avant la Covid est le prix moyen. Il a baissé de 5,3 %. La valeur du produit, le yearling haut de gamme, n’a pas beaucoup changé et il faut tenir compte d’un élément très important : l’absence de Godolphin et Shadwell, deux grands acheteurs. En 2019, dans les trois sessions du book 1 chez Keeneland, les frères Maktoum avaient acheté 28 yearlings pour un C.A. de 27,07 millions (22,91 M€), soit 12,1 % du total. D’autre part, une bonne demi-douzaine de courtiers britanniques n’ont pu se rendre dans le Kentucky en raison des mesures sanitaires. Steve Lacy, vice-président de Keeneland, a déclaré : « La vente a été électrique mardi, avec beaucoup d’énergie et d’optimisme. Les vendeurs et les acheteurs se sont fait plaisir, c’est incroyable. La médiane du book 1 s’est fixée à 350.000 $, presque au niveau de 2019, une année record ».

Le poids du segment top. Nous avons décidé d’élargir l’analyse au segment "haut de gamme" du marché. Cela comprend la vente d’août à Saratoga et le book 1 de la vente de septembre de Keeneland. En 2019, le C.A. des deux ventes avait atteint 222,27 millions de dollars (188,11 M€), c’est-à-dire 41,7 % du total généré par les yearlings aux États-Unis. Les sujets de ce segment à avoir trouvé preneurs étaient au nombre de 502, soit 7,8 % des 6.387 yearlings vendus dans le pays. La baisse du C.A. en 2021 (- 33,9 %) est tout à fait logique, vu que l’offre est passée de 642 à 496 yearlings (- 28,8 %), mais le poids du haut de gamme sur la totalité du marché américain reste important avec 147,02 millions (124,42 M€). Le prix moyen a perdu 4,8 % et s’est fixé cette année à 422.477 (357.500 €). Il faut un budget de plus de 400.000 $ pour acheter un yearling haut de gamme. Mais les vendeurs ne sont pas là pour brader leurs joyaux et le taux de vendus a baissé de 78,2 % à 70,2 %. Le nombre de yearlings millionnaires durant les deux ventes a chuté de 24 à 15. Mais si on compare ces deux chiffres avec le total des vendus, c’est moins grave. Les lots à sept chiffres représentaient 4,7 % en 2019 et 4,3 % cette année.

Onze millionnaires, onze propriétaires. Les onze millionnaires du book 1 de la vente de septembre de Keeneland ont été achetés par onze propriétaires différents. C’est un record. Le top price à 1,6 million (1,35 M€) a été adjugé à West Point  Thoroughbreds et Woodford Racing. Il s’agit d’un poulain par Quality Road (Elusive Quality), frère du lauréat de l’Haskell Invitational (Gr1) Girvin (Tale of Ekati) et de quatre autres gagnants de Groupe. Bill Farish, de Woodford Racing et Lane’s End, a dit : « L’idée est de monter une association avec West Point, Barbara Banke, qui a élevé le poulain, et d'autres. Le poulain ira chez Shug McGaughey. » Barbara Banke, de Stonestreet, a vendu un autre millionnaire. Il s’agit d’un Curlin (Smart Strike), frère de deux lauréat black types, adjugé 1,3 million (1,11 M€) à M.V. Magnier. Coolmore a acheté huit sujets, pour un investissement total de 5,77 millions (4,88 M€).

L’association Repole & Viola. Les deux Italo-Américains Mike Repole et Vinnie Viola, en association et représentés par Jacob West, ont terminé tête de liste des acheteurs du book 1. Ils ont acheté 13 yearlings pour un montant total de 6,76 millions (5,72 M€). Un seul a affiché un prix à sept chiffres. Il s’agit de l’un des premiers yearlings issus de City of Life (Quality Road), vainqueur de la Pegasus World Cup (Gr1) et de trois autres Grs1. Il a fait monter les enchères à 1,05 million (888.600 €). Le courtier a expliqué : « Le marché est très fort, mais c’est le book 1 ! L’inverse, à savoir un book 1 très faible, serait problématique… Les yearlings avec un pedigree pour les courses à deux tournants [autrement dit, pas les sprinters, ndlr] sont ceux que tout le monde veut. Si les éleveurs proposent de tels produits, ils sont gagnants et je suis content de voir des éleveurs heureux. » L’association Repole & Viola a investi aussi sur quatre poulains par Curlin, trois par Quality Road, un mâle et une femelle par Into Mischief (Harlan’s Holiday), un Tapit (Pulpit), un Uncle Mo (Indian Charlie) et un Karakontie (Bernstein).

Les premiers Justify très courtisés. Huit étalons ont produit un yearling millionnaire. C’est Into Mischief qui a terminé tête de liste par chiffre d’affaires. L’étalon a eu 20 produits vendus au prix moyen de 640.000 $ pour de 12,8 millions (10,83 M€) et deux millionnaires. Le prix moyen le plus élevé (664.000 $) est celui des 15 yearlings par Quality Road. Les premiers produits du lauréat de la Triple couronne Justify (Scat Daddy) ont eu un très bon accueil avec 25 vendus au prix moyen de 500.880 $ (424.000 €). Il n’a pas eu de millionnaire et son top price (950.000 $), un demi-frère de la gagnante de Gr2 et placée de Gr1 Pretty N Cool (Scat Daddy), sera entraîné au Japon par Hideyuki Mori.