LE TOUR DES HARAS - OSARUS : Yann Creff : « La transparence, c’est la confiance »

Élevage / 11.09.2021

LE TOUR DES HARAS - OSARUS : Yann Creff : « La transparence, c’est la confiance »

LE TOUR DES HARAS - OSARUS

Yann Creff : « La transparence, c’est la confiance »

Comme chaque année, les journalistes de JDG questionnent les haras qui présenteront des yearlings en septembre à Osarus. Pour ce premier épisode, rendez-vous avec Yann Creff.

Jour de Galop. - Quel a été votre pari gagnant de l’année ?

Yann Creff. - Il y en a eu plusieurs mais je vais citer le plus récent, West End Girl (Great Pretender) qui a gagné le Prix Pelat (L) mardi à Auteuil. Elle a été pré-entraînée à la maison et cette victoire me fait plaisir, car je croyais beaucoup en elle. C’est toujours plaisant de voir se concrétiser nos espoirs ! West End Girl n’a pas forcément un pedigree de Gr1, mais elle a toujours eu quelque chose. J’en avais parlé avec son éleveur, copropriétaire et entraîneur, François Nicolle. Il était très déçu de la production de la mère, mais je lui avais dit que West End Girl ferait mentir toute la famille ! C’était une pouliche qui avait un peu de tempérament, qui était un peu maniérée, mais elle a toujours fait les choses facilement et elle aimait travailler.

Racontez-nous l’histoire de Medal Winner que vous aviez vendu yearling à La Teste…

Nous avions préparé Medal Winner (Olympic Glory), un neveu de l’étalon Kendargent (Kendor), pour la vente de septembre. C’était un poulain sympa qui avait de la taille et du cadre. J’ai moins de recul sur lui que sur d’autres, car il n’a pas travaillé à la maison. Nous l’avions vendu 42.000 € à Pegasus Bloodstock. Medal Winner a débuté sa carrière en Angleterre avant de rejoindre le Bahreïn, en fin d’année. Il a gagné trois Groupes là-bas en 2021, dont le National Bank of Bahrain (Gr1 local) et la Barhain Gold Cup (Gr1 local). J’ai davantage de recul sur un cheval comme Bobbymurphy ** (Intello) qui est resté durant six ou sept mois à la maison. Il avait été racheté 30.000 € à la vente de yearlings d’août Arqana par le haras d’Haspel qui nous l’a confié afin de le préparer pour la breeze up Osarus 2020. C’est là qu’il a été acquis 58.000 € par Marc-Antoine Berghgracht. Nous avions vendu les chevaux assez correctement, étant donné le contexte du Covid. Ces ventes-là ont une saveur particulière, car les gens qui nous ont fait confiance ont été récompensés. Bobbymurphy a toujours eu quelque chose. Quand il se déplaçait dans un lot, on ne voyait que lui ! Nous travaillons en confiance avec José et Sandra Delmotte depuis quelques années ; c’est génial quand les résultats des chevaux récompensent le travail d’une équipe à la maison, mais aussi celui des propriétaires, des vendeurs, des acheteurs… Lors de la même breeze up, nous avions vendu Champagne Piaff (Le Havre), issu d’une sœur de Bobbymurphy, qui a gagné son Maiden début octobre dès sa deuxième sortie en Angleterre. C’était d’ailleurs le top price de la vente : il avait été acheté 60.000 € à l’amiable par Nicolas Bertran de Balanda. Mais le cheval qui nous a le plus marqués en général est un pur-sang arabe, Mister Ginoux (Amer). Il a été formé durant neuf mois à la maison avant de rejoindre l’écurie de Thomas Fourcy, et de devenir le champion que l’on connaît. C’était un cheval extraordinaire, et je suis ravi de le voir performer également en tant qu’étalon aujourd’hui. Nous avons aussi pré-entraîné Djo Français ** (Intello), gagnant du Prix de Saint-Patrick (L) et troisième du Prix Daphnis (Gr3) cet été. Lui aussi dégageait quelque chose, il était très appliqué dès le début.

Qu’avez-vous appris dans votre métier en 2021 ? Qu’avez-vous amélioré dans votre activité ?

Les chevaux nous apprennent des choses tous les jours ! J’aime dire que ce n’est pas un métier, mais une passion. C’est grâce à cela que je suis toujours en activité, et que j’ai constamment envie d’en faire encore plus. Les résultats de nos pensionnaires nous poussent sans cesse à nous améliorer. L’échange avec les autres professionnels est également très enrichissant. Nous travaillons en toute transparence avec de nombreux propriétaires, éleveurs et entraîneurs, ce qui est primordial. La transparence, c’est la confiance. Nous avons de plus en plus de clients pour l’obstacle comme François Nicolle, Grégory Vayre… Pour ce qui est de notre méthode de travail, nous n’avons rien changé de particulier. Cela fait dix ans que nous sommes installés à Mont-de-Marsan : la base est là et les résultats suivent, donc il n’y a pas de raison de changer.

Quelle est la performance qui vous a le plus marqué en 2021 dans le monde ?

La super vente qu’a réalisée le haras d’Haspel au mois d’août avec une fille de Kingman (Invincible Spirit), qui a atteint le top price à 950.000 €. Nous travaillons ensemble et nous suivons mutuellement nos résultats, donc j’étais très heureux pour eux ! José et Sandra Delmotte sont des personnes qui cherchent sans cesse à progresser, et qui ont un très bon coefficient de réussite. Je suis ravi qu’ils puissent être sur le devant de la scène car ils le méritent.

Votre yearling coup de cœur dans votre lot ?

Nous allons présenter deux yearlings aux profils différents, qui sont durs à comparer. Le mâle par Penny’s Picnic (Kheleyf) fait assez 2ans : il manque un peu de taille, mais il est très puissant. Il fait plus précoce dans son physique et sa façon de travailler que la femelle par Born to Sea (Invincible Spirit). Mais cette dernière est assez harmonieuse, avec plus de chic.

LES YEARLINGS DE LA VENTE OSARUS

Lot Sexe Père Mère

174 M. Penny’s Picnic Tenakra

236 F. Born to Sea Belle Lagune