Le Tour des Haras : vente Osarus : Mathieu Daguzan-Garros : « Ce qui compte, c’est de faire naître des chevaux qui vont aux courses ! »

Institution / Ventes / 13.09.2021

Le Tour des Haras : vente Osarus : Mathieu Daguzan-Garros : « Ce qui compte, c’est de faire naître des chevaux qui vont aux courses ! »

Comme chaque année, les journalistes de JDG visitent les haras qui présenteront des yearlings à la vente de yearlings Osarus. Mathieu Daguzan-Garros nous a ouvert les portes du haras des Granges.

Jour de Galop. – Quel a été votre pari gagnant de l’année ?

Mathieu Daguzan-Garros. - Tout simplement le fait d’avoir présenté des juments à Caravaggio (Scat Daddy). Ses premiers produits avaient quelque peu été mis de côté. Cette année, à la vente de yearlings d’août Arqana, nous avons vendu le seul produit de cet étalon au catalogue de la vente, pour 270.000 €.

Pouvez-vous nous raconter l’histoire de Maroon Six ?

Ce poulain a été élevé en association avec Henri Soler et Grégory Bellocq, qui font partie de mes associés depuis de longue date. Il est irréprochable depuis le début de sa carrière. Lorsqu’il a fini deuxième de la future lauréate du Prix du Calvados (Gr2), Accakaba ** (Acclamation), dans le Critérium du Becquet (L), nous étions ravis. Maroon Six (Johnny Barnes) n’est pas passé en vente. C’est d’autant plus satisfaisant qu'il a été le premier black type de notre étalon Johnny Barnes (Acclamation).

Justement, parlez-nous de vos étalons Johnny Barnes et Taareef...

C’est important que Maroon Six soit devenu black type. Il a mis son père en lumière. Johnny Barnes a également une autre gagnante en Angleterre qui se nomme Grey Belle. Ses produits vont aux courses et se montrent très sérieux. Nous sommes satisfaits de ses débuts en tant que reproducteur. Concernant Taareef (Kitten’s Joy), il est arrivé au haras des Granges en 2021, avec comme objectif de relancer sa carrière d’étalon.

Qu’avez-vous appris dans votre métier en 2021 ? Qu’avez-vous amélioré ? Nous remarquons qu’un fossé s’est creusé entre le marché des chevaux aux très grands pedigrees face aux produits "plus classiques". Nous laissons de plus en plus nos poulains à l’extérieur afin d’en faire des chevaux solides. Il est important d’avoir de bonnes bases dès le début.

Quelle est la performance qui vous a le plus marqué en 2021 ?

Les performances de St Mark’s Basilica (Siyouni) ont été remarquables. C’est un très bon cheval de course et il domine clairement sa génération.

Votre yearling coup de cœur ?

Il n’est jamais simple d’en détacher un. Le plus important est de faire des produits qui vont aux courses. Mais le lot 134 par Johnny Barnes et Salamanque (Medicean) me plaît bien. Nous avons également le lot 257 qui est issu d’un étalon prometteur, Al Wukair (Dream Ahead). Enfin, le 251 est une pouliche très sympathique. C’est une fille de notre étalon Taareef et de Carnet de Bal (Kingsalsa), qui a donné Anima Rock (Shamalgan), deuxième d’un Critérium du Becquet (L).

LES YEARLINGS DE LA VENTE OSARUS

Lot Sexe Père Mère
21 F. Johnny Barnes Fusée Française
25 F. Johnny Barnes Halo de Lune
31 F. Birchwood Histoire
43 F. Johnny Barnes Kenwysa
45 F. Johnny Barnes Kick Down
63 M. Olympic Glory Limitless
101 F. Herald the Dawn Park Acclaim
134 M. Johnny Barnes Salamanque
237 M. Al Wukair Belletriste
251 F. Taareef Carnet de Bal
274 M. Johnny Barnes Dinka
280 M. Dariyan Dyctynna