Legacy Cup Stakes (Gr3) : Solid Stone, dur comme un roc

International / 18.09.2021

Legacy Cup Stakes (Gr3) : Solid Stone, dur comme un roc

Newbury (GB), samedi

Solid Stone (Shamardal) a remporté son deuxième Gr3 samedi à Newbury, dans les Legacy Cup Stakes. Le pensionnaire de Sir Michael Stoute a été dur comme le roc : après avoir mené, il a été débordé à 400m du poteau par Foxes Tales (Zoffany) et Ilaraab (Wootton Bassett). Mais il n’a rien lâché et il a refait centimètre après centimètre sur ses adversaires, venant reprendre une encolure sur Foxes Tales. Ilaraab est troisième à une longueur.

L’attraction de ce Gr3 était le retour en piste d’Al Aasy (Sea the Stars). Gagnant désinvolte de deux Grs3 en début d’année, il avait ensuite été battu d’une encolure dans la Coronation Cup (Gr1), et à nouveau d’une encolure dans les Princess of Wales’s Tattersalls Stakes (Gr2), en juillet à Newmarket. Il a été castré après ses deux défaites… Mais son entourage n’a pas fini de se gratter la tête avec lui : il allait au-dessus des autres au moment du sprint final mais, dès qu’il a fallu lutter, Al Aasy est resté là, et il conclut quatrième à trois quarts de longueur.

En mode diesel. Formé à l’école des handicaps à 3 et 4ans, Solid Stone a dû passer dans les courses black types en 2021. Le représentant de Saeed Suhail est un drôle de cheval : 22 courses, 7 victoires, 4 deuxièmes places et 5 troisièmes places. En 2021, il n’a couru que dans des Listeds ou des Grs3, pour désormais trois victoires : les Windsor Stakes (L) en mai, sur 1.600m, les Winter Hill Stakes (Gr3, 2.000m) le 28 août, et donc les Legacy Cup Stakes (Gr3), sur 2.300m.

William Buick, jockey de Solid Stone, a commenté : « Il est évidemment de ce niveau-là mais il lui fallait rendre trois livres. Al Aasy était, sur le papier, le cheval de classe du lot : il y avait tout de même quelques interrogations autour de lui. J’avais discuté avec Sir Michael et nous n’avions pas trouvé de chevaux pouvant aller devant et mettre du rythme dans la course et, comme nous avions mené à Windsor, nous avons décidé de recommencer et d’utiliser cet avantage. Ils lui ont sauté dessus alors qu’il était encore en train de passer à la vitesse supérieure mais vous trouverez peu de chevaux avec autant de volonté que lui. Il a très bien répondu. Lorsqu’ils m’ont dépassé, Solid Stone n’avait pas encore tout donné : je sentais qu’il était encore en train d’enrouler mais, évidemment, ce n’est pas idéal de se faire dépasser à ce moment de la course et de devoir remonter les autres. Il s’impose en ne faisant qu’avancer, ce qui fait dire qu’il serait bien sur 2.400m. »

Un peu de France dans le pedigree. Élevé par Epona Bloodstock Ltd, Solid Stone est un fils de Shamardal et de Landmark (Arch). Présenté lors du book 1 de Tattersalls par Croom House Stud, il avait été acheté 360.000 Gns par Charlie Gordon-Watson. Son frère yearling, par Showcasing, est inscrit dans le book 1 de la vente de yearlings de Tattersalls. La mère, Landmark, a gagné une course à 2ans aux États-Unis. Elle produit bien : outre Solid Stone, elle a donné Cameron Highland (Galileo), double lauréat des Windsor Stakes (L), et Field of Miracles (Galileo), deuxième des Ribblesdale Stakes (Gr2). Au haras, Field of Miracles a donné le 3ans Earlswood (Pivotal), qui a gagné les Gallinule Stakes et les Royal Whip Stakes (Grs3) et s’est classé quatrième de l’Irish Derby (Gr1). La deuxième mère est la française Kaloska (Kaldoun), deuxième du Prix de Liancourt (L) avant d’être exportée aux États-Unis. Elle a donné Arravale (Arch), gagnante des E. P. Taylor Stakes (Gr1). Kaloska est une sœur de Crillon (Saumarez) et il s’agit de la souche du champion sprinter Piccolo (Warning).