Meryl et Nicolas de Watrigant, le couple gagnant du week-end !

International / 19.09.2021

Meryl et Nicolas de Watrigant, le couple gagnant du week-end !

Ils sont unis dans la vie et au sein de Mandore Agency, leur agence de courtage. Meryl et Nicolas de Watrigant ont vécu un drôle de week-end, de Rome à New York, en passant par Bordeaux.

Avant de rencontrer Nicolas, Meryl de Watrigant évoluait dans le monde du saut d’obstacles, et elle a gardé des connexions dans cet univers, convertissant même certains propriétaires de chevaux de course à sa passion. C’est ce qu'il s’est passé avec Vangog du Mas Garnier, lauréat samedi du Grand Prix 5* de l’étape romaine du Longines Global Champions Tour. Le gris appartient en effet en partie à Alain Jathière. Meryl de Watrigant nous a raconté : « J’avais toujours dit à Olivier Robert, cavalier installé à côté de Bordeaux avec qui je collabore depuis de nombreuses années, de me contacter s’il avait un cheval intéressant à vendre. Quand Vangog commençait à évoluer à bon niveau, en 2017 – il avait alors 8ans –, mon amie Aurélie Brochard, qui est masseuse pour chevaux, a vu le cheval en concours et m’a dit tout le bien qu’elle pensait de lui. Les propriétaires du cheval étaient vendeurs et il fallait se décider vite. J’ai appelé Alain Jathière, en lui disant que j’avais une proposition un peu folle à lui faire. Pour cet amoureux de l’art, un cheval nommé Vangog, c’était un signe ! Il nous a fait confiance et a pris une part du cheval, sur lequel nous sommes également associés, avec Olivier Robert et Aurélie Brochard. Je crois qu’Alain était très ému après la victoire du cheval à Rome, l’un des concours les plus importants au monde, qui se court dans le Circus Maximus, un ancien hippodrome. Encore un signe ! Alain Jathière est désormais impliqué dans le galop, en plat et en obstacle, dans le CSO et dans le trot. Je lui ai dit qu’il ne lui manquait qu’un cheval de complet ou d’attelage ! »

Shantisara, la belle affaire de Cagnes. À peine remis de la victoire de Vangog, les Watrigant ont assisté, dans la soirée, au succès de Shantisara dans les Jockey Club Invitational Oaks, qui se disputaient à Belmont Park. C’est Nicolas qui entre en scène et raconte : « J’avais repéré la pouliche en allant à Cagnes l’hiver dernier, un meeting qui m’a déjà bien réussi, puisque nous y avions trouvé Uni notamment. Elle avait bien couru dans la préparatoire à la Californie, derrière Summiter, un bon poulain de Christophe Ferland. Dans la Listed, elle s’était déferrée mais je pense qu’elle demandait déjà plus long. Elle l’a prouvé en arrivant aux États-Unis ! Elle avait tous les critères pour réussir là-bas : l’aptitude au bon terrain, la faculté d’accélération, la possibilité d’être rallongée… Mais de là à la voir gagner au plus haut niveau… Sol Kumin m’a appelé dans la soirée : elle va courir les American Oaks à Santa Anita. C’est vraiment super pour une pouliche que nous avons achetée à un prix abordable. » Quand nous appelons Nicolas de Watrigant, le Prix du Four à Chaux, l’un des maidens qui comptent dans le Sud-Ouest, vient de se courir à Bordeaux… Et c’est Caracal, un fils de Zelzal qu’il avait acheté pour 25.000 € en octobre dernier, chez Arqana, que revient la victoire. « Jean-Claude Rouget a l’habitude de présenter de bons éléments dans cette course, donc c’est de bon augure ! Il l’a très bien fait, dans un terrain très souple qui n’a pas dû l’avantager, en bon fils de Zelzal. Je suis aussi super heureux pour Julie Mestrallet, qui l’a élevé. »