Critérium de Saint-Cloud (Gr1) : El Bodegon, une vengeance magistrale

Courses / 23.10.2021

Critérium de Saint-Cloud (Gr1) : El Bodegon, une vengeance magistrale

Critérium de Saint-Cloud (Gr1)

El Bodegon, une vengeance magistrale

1er EL BODEGON

2e STONE AGE

3e GOLDSPUR

En 2016, Waldgeist (Galileo) remportait le Critérium de Saint-Cloud (Gr1) d’une longueur devant un certain Best Solution (Kodiac). Le propre frère de ce dernier, El Bodegon, était au départ du même Gr1 cinq ans plus tard. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a vengé l’honneur familial d’une manière magistrale ! Lauréat de bout en bout avec facilité, le représentant de NAS Syndicate et de Tony O’Callaghan s’annonce comme un Derby prospect de premier plan.

Tête et corde. Parti de la stalle numéro 1, El Bodegon s’est immédiatement installé en tête, sous la selle de Ioritz Mendizabal. Il a imprimé une allure régulière à l’épreuve, suivi à son extérieur par Goldspur (Dubawi). Cadencé par son partenaire dans le tournant final, El Bodegon a asséné un uppercut à ses rivaux en repartant de plus belle côté corde. Goldspur a tenté de l’attaquer, mais il n’a jamais pu l’approcher. Le pensionnaire de James Ferguson a franchi le poteau avec une longueur et demie d’avance sur Stone Age (Galileo) qui a bien conclu en dehors, à l’issue d’un parcours au cinquième rang. Ce dernier a débordé Goldspur à 50m du but et le favori a dû se contenter de la troisième place, à une longueur et quart. Goldspur a résisté d’une courte tête à Buckaroo (Fastnet Rock) qui était encore dernier à l’entrée de la ligne droite et qui a tracé une jolie fin de course à l’extérieur. Contrarié à 120m du but, Dillian (Camelot) a terminé proche sixième et sera intéressant à revoir dans un parcours plus limpide.

Le premier Gr1 de James Ferguson. Le jeune James Ferguson, 32 ans, a suivi les traces de son père, John Ferguson, en s’installant entraîneur en fin d’année 2019 à Newmarket, dans les écuries de Saville House. Avant cela, cet ancien cavalier amateur a été l’assistant de plusieurs entraîneurs de renom tels que Sir Mark Prescott, Charlie Appleby, Brian Meehan ou encore Jessica Harrington. James Ferguson n’a pas tardé à connaître le succès, lui qui a terminé sa première année d’exercice avec dix-huit victoires. Le 28 août 2021, il a remporté son premier Groupe avec Mise en Scène (Siyouni), lauréate des Prestige Stakes (Gr3) à Goodwood, qui s’est depuis classée quatrième du Fillies’ Mile (Gr1). El Bodegon lui a offert un deuxième succès à ce niveau dans le Prix de Condé (Gr3) à Chantilly, le 29 septembre, et une première victoire de Gr1 samedi. Le poulain n’a été battu que deux fois en cinq sorties : lors de ses débuts, le 5 juillet, sur les 1.200m de Windsor, où il terminait proche deuxième, et lors de sa troisième tentative le 5 septembre à Longchamp, où il finissait troisième du Prix La Rochette (Gr3). James Ferguson a commenté : « C’est assez incroyable. Nous adorons le poulain et nous avions prévu de venir ici depuis sa dernière victoire. Mais l’envoyer devant, avec 200m de plus à parcourir, ne faisait pas vraiment partie de mes plans. Je me suis dit qu’il allait devoir être très dur ! Il a progressé de course en course, et mentalement aussi. Il voyage également très bien. Son jockey l’a très bien monté, il l’a eu bien relax devant. Les propriétaires du poulain ont été les premiers à me soutenir quand je me suis installé, et c’est super de pouvoir les récompenser ainsi. Le propre frère d’El Bodegon, Best Solution, a duré et s’est amélioré avec l’âge. El Bodegon n’est pas très grand mais il a beaucoup de présence, et c’est vraiment excitant de se demander ce qu’il deviendra l’année prochaine. Je ne le vois pas ne plus progresser. Vous devez viser haut quand vous avez un cheval comme celui-ci, et nous devrons avancer prudemment dans sa carrière. »

La grande année de Ioritz Mendizabal. Ioritz Mendizabala décroché samedi son huitième Groupe de l’année, et son quatrième au plus haut niveau. Le jockey basque avait réalisé un printemps de toute beauté en signant un triplé classique dans l’Emirates Poule d’Essai des Poulains, le Qatar Prix du Jockey Club et le Prix de Diane Longines (Grs1). Il connaissait déjà El Bodegon, lui qui l’avait mené à la victoire dans le Prix de Condé. Ioritz Mendizabal a expliqué au micro d’Equidia : « J’aurais préféré laisser passer un cheval et me trouver à une demi-longueur d’un concurrent, car c’était le plan, mais j’ai vu que William Buick [jockey de Goldspur, ndlr] voulait reprendre. De ce fait, j’ai pris mes responsabilités. J’adore les chevaux comme El Bodegon qui sont relax, bien détendus. Dans ce genre de terrain, c’est un critère important. Il a bien accéléré à l’entrée de la ligne droite. En début de carrière, il a couru [et gagné, ndlr] sur 1.400m, mais il l’a fait sur sa classe. Les 2.000m sont sa distance. Ce ne sont pas mes affaires, mais ce serait un poulain parfait pour le Prix du Jockey Club (Gr1). »

Stone Age desservi par le rythme soutenu. Stone Age, qui n’a pas réussi à franchir le poteau en tête en cinq sorties, a décroché samedi un deuxième podium black type. Le 11 septembre, à Leopardstown, le protégé d’Aidan O’Brien avait échoué d’une tête pour le succès dans les KPMG Champions Juvenile Stakes (Gr2), face à l’invaincu Atomic Jones (Wootton Bassett). Stone Age avait ensuite tenté sa chance à Longchamp dans le Qatar Prix Jean-Luc Lagardère (Gr1), dont il a conclu sixième. Son jockey, Christophe Soumillon, nous a déclaré : « Aujourd’hui, le rythme élevé de la course n’a pas convenu à Stone Age. C’est un poulain qui possède beaucoup de qualité, mais aussi énormément de fond. Il fera un très bon cheval pour l’année prochaine. »

Pas d’excuse pour Goldspur. Goldspur a subi sa première défaite sans excuse samedi, après deux victoires convaincantes. L’élève et représentant de Godolphin s’était promené pour ses débuts sur le mile de Sandown, le 15 septembre, avant de s’imposer d’une tête au courage dans les Zetland Stakes (Gr3, 2.000m) à Newmarket, le 9 octobre. Son entraîneur, Charlie Appleby, nous a dit : « Le gagnant est un bon poulain, en progression. Goldspur a eu le bon parcours, et il n’a pas accéléré là où le gagnant a su le faire. Ils ont été à un bon rythme. William Buick a toujours été bien placé dans la course, et Goldspur n’était tout simplement pas assez bon aujourd’hui. »

https://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Docutheque/2021/El-Bodegon-1.pdf

Le propre frère de Best Solution. El Bodegon, élève de Cecil et Martin McCracken, est un fils de Kodiac (Danehill), le top étalon de Tally Ho Stud. Il a été acheté 70.000 Gns par James Ferguson lors du book 2 de Tattersalls, alors qu’il était présenté par Tally Ho Stud. Sa mère, Al Andalyya (Kingmambo), a couru cinq fois à 2ans et à 3ans, sans réussir à gagner. Sa meilleure performance est une quatrième place à 2ans dans un Maiden sur 1.200m, à Lingfield. À 4ans, Al Andalyya a été vendue 10.500 Gns par Darley à Cecil McCracken lors de la Tattersalls February Sale. El Bodegon est le deuxième produit gagnant de la jument après Best Solution, lauréat de trois Groupes en Angleterre : les Autumn Stakes (Gr3, 1.600m), les St Simon Stakes (Gr3, 2.400m) et les Princess of Wales’s Stakes (Gr2, 2.400m). Hors de Grande-Bretagne, Best Solution a remporté le Grosser Preis von Baden, le Grosser Preis von Berlin et la Caulfield Cup (Grs1, 2.400m), et il a conclu deuxième du Critérium de Saint-Cloud et du Grosser Dallmayr Bayerisches Zuchtrennen (Grs1). Il fait désormais la monte au Gestüt Auenquelle. La poulinière, qui a un foal par Night of Thunder (Dubawi), a été saillie par Ghaiyyath (Dubawi).

La deuxième mère, Kushnarenkovo (Sadler’s Wells), a gagné un Maiden à 3ans sur les 2.400m de Tralee et a conclu deuxième des Noblesse Stakes (Gr3). Elle a donné trois black types dont Gorgeous King ex Cape Clear Island (Fastnet Rock), deuxième du Prix Hocquart (Gr2, 2.200m) et du Classic Trial (Gr3, 2.000m), et Kosmische (Fastnet Rock), lauréate à 2ans du Preis des Medienhauses DuMont Rheinland (L, 1.500m). Kushnarenkovo est une propre sœur de Brian Boru (Sadler's Wells), gagnant du Racing Post Trophy et du St. Leger (Grs1), et de l’inédite Soviet Moon (Sadler's Wells), qui a donné le gagnant du Derby d’Epsom et du Prix de l’Arc de Triomphe (Grs1) Workforce (King's Best).

Danzig

Danehill

Razyana

Kodiac

Kris

Rafha

Eljazzi

EL BODEGON (M2)

Mr Prospector

Kingmambo

Miesque

Al Andalyya

Sadler’s Wells

Kushnarenkovo

Eva Luna

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 1’10’’59

1.000m à 600m : 30’’41

600m à 400m : 11’’67

400m à 200m : 11’’71

200m à l’arrivée : 12’’55

Temps total : 2’16’’93