Éric Hoyeau et Ludovic Cornuel : « Pour 30.000 € ou moins, on peut trouver un cheval de Gr1 à la vente d’octobre »

Institution / Ventes / 17.10.2021

Éric Hoyeau et Ludovic Cornuel : « Pour 30.000 € ou moins, on peut trouver un cheval de Gr1 à la vente d’octobre »

La vente d’octobre débute lundi, avec 750 yearlings au catalogue. Avant le grand rendez-vous des acheteurs et éleveurs français, Éric Hoyeau (PDG) et Ludovic Cornuel (directeur Bloodstock) ont répondu à nos questions.

Jour de Galop. – Quel bilan sportif tirez-vous des dernières semaines ?

Éric Hoyeau et Ludovic Cornuel. – Il est vraiment excellent et le crédit en revient en grande partie aux éleveurs français. Ils ont investi et ils élèvent des bons chevaux qui brillent partout dans le monde. Le meilleur 2ans européenn, Native Trail (Oasis Dream), est né au haras d’Haspel et il a été vendu à Deauville. Angel Bleu (Dark Angel) et Noble Truth (Kingman), eux aussi vendus à Deauville, font partie des 50 meilleurs 2ans anglais ! Et ils ne sont pas les seuls. Cerise sur le gâteau, Sealiway** (Galiway) a remporté les Qipco Champion Stakes (Gr1) pour le compte du haras de la Gousserie et de son éleveur Guy Pariente. En peu de temps, c’est la deuxième victoire d’un cheval vendu chez Arqana dans la grande épreuve d’Ascot, après Almanzor** (Wootton Basset) en 2016.

Et plus spécifiquement pour la vente d’octobre ?

Elle a fourni 55 black types individuels en 2021, dont 36 ont été achetés à 50.000 € ou moins. C’est considérable et encore une fois bravo aux éleveurs. À cette vacation, le rapport qualité/prix est excellent. En octobre à Deauville, on voit clairement que les propriétaires français peuvent se fournir en chevaux de qualité. Et ce à tous les tarifs. Tout le monde a droit à sa part de rêve. Grand Glory (Olympic Glory), gagnante de Gr1, a coûté seulement 18.000 €. Autres lauréats de Gr1, Lord Glitters (Whipper) et Tribhuvan (Toronado) ont fait tomber le marteau à 25.000 € et 30.000 €. Armor (No Nay Never), troisième des Middle Park Stakes (Gr1), a été acheté 55.000 €. Irésine (Manduro) n’a coûté que 6.000 € et Tamahere (Wootton Bassett) 27.000 €.

Pour 90.000 €, on pouvait s’offrir Penja (Camelot). Elle a gagné un Gr2 et décroché 170.000 €.

La vente d’octobre a vraiment pris une dimension internationale et les acheteurs étrangers savent qu’ils y trouveront des chevaux de qualité grâce au travail des éleveurs français. Audarya (Wootton Bassett) a fait rêver toute l’Angleterre en remportant le Breeders' Cup Filly and Mare Turf (Gr1). General de Vega (Lope de Vega) et Squares de Luynes (Manduro) font partie des tout meilleurs chevaux scandinaves. Glorious Dragon (Teofilo) a réalisé de superbes choses à Hongkong.

Où en est le middle market en Europe ?

Le marché anglo-irlandais est revenu à un niveau intermédiaire entre celui de 2018 et de 2019.  Soit les chiffres pré-covid. Le book 2 et Orby ont été forts. Avec un réel effet de report. Nous espérons aussi en bénéficier et que les gens qui n’ont pas pu acheter là-bas viennent à Deauville.

Pour plus de lisibilité, nous avons décidé de rester dans un format en trois parties. C’est ce qui est le plus adapté à la population de yearlings au catalogue de cette vente.

La vente d’octobre est progressivement montée en gamme au fil des années. Cela a été possible grâce à la progression de la production des éleveurs commerciaux français. Par ailleurs nous bénéficions d’un excellent sire power. Parmi les nombreux étalons représentés dans cette vacation, on retrouve les recherchés Adlerflug (In the Wings), Australia (Galileo), Camelot (Montjeu), Caravaggio (Scat Daddy), Churchill (Galileo), Dubawi (Dubai Millennium), Exceed and Excel (Danehill), Frankel (Galileo), Galileo (Sadler’s Wells), Galiway (Galileo), Invincible Spirit (Green Desert), Kendargent (Kendor), Kingman (Invincible Spirit), Kodiac (Danehill), Le Havre (Noverre), Lope de Vega (Shamardal), No Nay Never (Scat Daddy), Sea the Moon (Sea the Stars), Sea the Stars (Cape Cross), Showcasing (Oasis Dream), Siyouni (Pivotal), Wootton Bassett (Iffraaj)…

Quelles sont les règles sanitaires pour cette vente ?

À l’image de tous les lieux publics, le pass sanitaire est obligatoire. Exactement comme si vous alliez au restaurant. Tout le monde en a pris l’habitude et cela ne devrait poser de problème à personne. Le masque ne sera pas obligatoire dans l’établissement des ventes.