HUBERT GUY : « Toutes les étoiles doivent s’aligner pour gagner un Gr1 »

Courses / 15.10.2021

HUBERT GUY : « Toutes les étoiles doivent s’aligner pour gagner un Gr1 »

Tous les jeunes (et moins jeunes !) qui rêvent de faire carrière dans les courses sans être issus du sérail doivent écouter le dernier numéro de Rendez-vous avec…, notre podcast de grand entretien. Hubert Guy raconte comment, de cavalier « lambda » de club hippique, il est devenu le courtier qui a acheté quatre gagnants de Breeders’ Cup, Val Royal ou encore tout récemment Zellie ** et Onesto **. Ses débuts dans les courses SHR (l’ancêtre des courses ACCAF), son départ aux États-Unis, ses rencontres avec Charlie Wittingham, Julio Canani ou Bobby Frankel… Hubert Guy nous a livré des anecdotes précieuses, que l’on découvre ou redécouvre comme si l’on feuilletait le grand livre des courses.

Alors n’attendez plus, cliquez sur https://www.jourdegalop.com/podcasts ou rendez-vous sur le site www.jourdegalop.com, et choisissez JDG Radio dans le menu.

« Mon père était ingénieur et ma mère anesthésiste. Personne dans ma famille n’était près des chevaux. C’était un monde complètement étranger pour nous. Ils étaient d’ailleurs très inquiets quand j’ai commencé à monter à cheval à Chantilly et à Maisons-Laffitte. Ils pensaient que je rentrais dans la pègre ! »

« Avec Julio Canani, nous avons eu quinze gagnants individuels de Gr1, une vingtaine de gagnants de Groupe et surtout quatre gagnants de Breeders’ Cup. C’était un personnage haut en couleur et très doué. »

« Bobby Frankel, lui, c’était Mozart. Il a commencé le métier en marchant les chevaux. C’était aussi un joueur qui faisait extrêmement bien le papier. Il a commencé avec des chevaux à réclamer sur la côte est. »

« L’Amérique, c’est le brassage des cultures. C’était quand même incroyable de voir Bobby Frankel, un juif de Brooklyn, entraîner pour un prince saoudien musulman. Le côté fascinant des courses, c’est qu’elles permettent de réunir des gens de tous les horizons. »

« Après avoir vu Onesto à Ocala, j’ai été époustouflé. J’ai appelé Jean-Étienne Dubois tout de suite en lui disant que ce poulain était né pour faire 2.400m mais qu’il travaillait comme un sprinter. Il avait fait le deuxième meilleur temps de toute la vente. »