Le mot de la fin : Dérèglement (climatique)

Le Mot de la Fin / 06.10.2021

Le mot de la fin : Dérèglement (climatique)

Le mot de la fin : Dérèglement (climatique)

En reprenant des déclarations des officiels français, la presse hippique anglaise part à l’assaut du débat sur le changement de date de l’Arc. L’idée de base est la suivante : en l’organisant une semaine plus tôt, le risque d’avoir du terrain lourd baisse. Et le sujet suscite de l’intérêt outre-Manche. Il y a d’ailleurs des signes qui ne trompent pas : la personne chargée de l’optimisation du site internet du Racing Post a déjà remonté deux articles sur ce sujet en une. Cette polémique génère donc beaucoup de clics ! Cela étant dit, si on a un peu d’humour, on peut répondre à nos amis anglo-saxons que rien ne sert de dérégler le calendrier hippique… car le dérèglement climatique va s’en charger ! D’ailleurs, dans le monde hippique, certains font déjà le pari qu’ils vont pouvoir tirer profit du réchauffement de la planète. Graham Smith-Bernal qui vient de s’offrir Newsells Park Stud – aux portes de Newmarket – a déclaré cette semaine dans les colonnes de The Owner Breeder : « Nous avons ici 170 acres de coteaux calcaires exposées plein Sud. C’est une craie qui est absolument parfaite pour faire du vin mousseux. Le réchauffement climatique signifie qu’il fera un jour trop chaud [pour des conditions de croissance optimales de la vigne, ndlr] dans la région de production du champagne en France. C’est pourquoi Bollinger et Taittinger ont acheté des terres en Angleterre ! Nous avons déjà un nom de marque pour notre futur vin : "Shastye" [en référence à la célèbre poulinière du haras, ndlr] ».