Le mot de la fin : traçabilité

Le Mot de la Fin / 12.10.2021

Le mot de la fin : traçabilité

La traçabilité des chevaux et anciens chevaux de course est un sujet qui a fait beaucoup de débats. Durant les derniers mois ou années, on a constaté qu’il y avait quelques trous dans la raquette, avec des réformés finissant à l’abattoir : Australie, Grande-Bretagne et Irlande, France aussi via les images dévoilées par Konbini, en association avec L214. Réformer, c’est bien ! Mais un cheval réformé qui finit à l’abattoir via ses nouveaux propriétaires est avant tout présenté comme cheval de course dont le milieu se serait débarrassé sans aucun scrupule.

Lors de la 55e Conférence internationale des autorités hippiques, le sujet a été abordé. Jamie Stier, directeur général exécutif de Racing Victoria et président du Welfare Committee de la Fédération internationale des autorités hippiques, a indiqué : « Si vous prenez en compte la vie entière d’un cheval, la traçabilité est très importante pour moi, pour les courses, car nous avons besoin de savoir où sont nos chevaux, où ils finissent. Cela nous permet d’identifier des manquements et de structurer nos programmes pour aider les chevaux. La traçabilité est essentielle pour apporter les bons soins nécessaires à nos chevaux. Et si nous avons des données de traçabilité, elles nous permettent de parler de façon positive de notre sport, sans souci, et avec des faits sur ce que nous faisons avec nos chevaux. Si vous savez où sont les chevaux, vous pouvez étudier les différents scénarios et vous assurer qu'ils bénéficient de bons soins. » Di Arbuthnot, directrice générale du Retraining of Racehorse (RoR), le "Au-delà des pistes britannique", a ajouté : « La traçabilité est un élément central : tout simplement parce que si vous savez où sont les chevaux, vous pouvez offrir aide et conseils à la personne qui s’occupe du cheval. Parce qu’il est possible que cette personne se réveille un jour avec son pur-sang et se dise : "Mais comment dois- je nourrir ce cheval ? Comment dois-je m’en occuper ?" Vous pouvez vous poser ces questions quand vous avez un chiot et c’est la même chose avec un cheval. En ayant cette information, nous avons toute une communauté locale de volontaires qui peuvent venir en aide si besoin. »