Pourquoi Cyril Linette ne touchera pas son bonus et a perdu son référé

Autres informations / 22.10.2021

Pourquoi Cyril Linette ne touchera pas son bonus et a perdu son référé

Le conseil d’administration du PMU nommera mardi 26 octobre un directeur général par intérim pour remplacer Cyril Linette. Celui-ci a été licencié jeudi soir, dès la fin de l’assemblée générale de révocation pour faute. Contrairement à ce qui a été écrit dans certains médias, sa révocation pour faute l’a privé du golden parachute (que Mediapart chiffrait à un million d’euros) car cette indemnité particulière ne s’appliquait pas en cas de faute. Tout laisse à penser qu’il va maintenant plaider sa cause devant un tribunal de prudhommes…

Le président du PMU, Philippe Augier, n’a voulu commenter ni la révocation ni le référé que ses avocats ont été obligés de plaider en urgence mercredi pour permettre à l’AG d’avoir lieu*. Mais nous savons que les responsables de l’institution ont été profondément choqués que Cyril Linette porte l’affaire devant la justice au lieu de laver son linge sale en famille comme cela se fait en pareil cas. Ils ont été également choqués qu’il dépose la plainte non seulement en son nom propre mais aussi au nom du PMU… sans en référer préalablement à son président, à son conseil d’administration, et sans en informer les membres de l’assemblée générale, à qui il avait pourtant écrit pour défendre sa cause en prévision du jour J.

Nous vous avons dit hier que le tribunal avait finalement rejeté toutes les demandes de Cyril Linette. Nous ajoutons aujourd’hui qu’il l’a aussi condamné à payer 2.500 € au titre des frais de procédure. Voici les principaux extraits du jugement, justifiant à la fois la convocation de l’assemblée générale de révocation et l’urgence de la convocation :

– « La perte de confiance avec M. Linette est manifeste à la lecture de son courrier électronique du 11 octobre 2021, des deux courriers de MM. Édouard de Rothschild et Jean-Pierre Barjon, personnellement mis en cause, ainsi que du procès-verbal de la réunion du conseil d’administration du 15 octobre 2021, qui révèle un climat de méfiance entre M. Linette et les autres membres du conseil d’administration. »

– « Dans la mesure où le directeur général est tenu de mettre en œuvre les décisions de l’assemblée générale, la remise en cause publique du projet porté par ce même conseil d’administration ainsi que la mise en cause publique de la probité de plusieurs de ses membres, à l’origine d’une brutale rupture de confiance alléguée par M. Augier, alors que le GIE PMU est actuellement confronté à une tension sociale en voie d’aggravation, caractérise l’urgence qui a pu conduire le président du conseil d’administration à réduire le délai de convocation. » 

– « M. Linette fait grief à la convocation de ce que le projet de résolution joint ne mentionne pas les conditions de quorum ni de majorité, qu’il est taisant sur les enjeux du projet Thémis et que la convocation au siège de l’une des principales sociétés directement concernées par le projet risque de conditionner les sociétés de courses à voter dans un sens favorable aux sociétés mères. Il en conclut que les conditions d’un vote éclairé des membres du GIE ne sont pas assurées. Nulle part dans l’acte introductif d’instance il n’est fait allusion à la violation de prescriptions légales ou réglementaires ni à la violation d’un ou plusieurs droits essentiels, permettant de caractériser le trouble manifestement illicite. En outre, les griefs allégués ne reposent que sur des considérations hypothétiques que ne conforte aucun des documents produits. »

* La notification par huissier de justice avait eu lieu à 6 heures du matin ! Huissier est un métier dans lequel on se lève tôt, comme dans les courses…