Avec Égot, André Fabre a un sprinter de Gr1

Courses / 26.10.2021

Avec Égot, André Fabre a un sprinter de Gr1

Prix de Seine-et-Oise (Gr3)

Égot, sprinter en apprentissage

1er ÉGOT

2e BRAD THE BRIEF

3e MO CELITA

On commence à bien connaître Égot (Invincible Spirit)… Et l’on sait que le moment le plus délicat avec lui a lieu derrière les boîtes : pour rentrer dans les stalles, il se fait souvent prier et ce fut de nouveau le cas mardi, avant le Prix de Seine-et-Oise (Gr3). Les pousseurs du GTHP nous disaient récemment qu’ils ne portaient pas les chevaux dans les boîtes mais, à un ou deux moments, Egot n’avait plus que les antérieurs posés sur le sol ! Heureusement, le représentant et élève de Godolphin a fini par rentrer.

Égot a patienté dans une course animée à un bon rythme par Air de Valse (Mesnil des Aigles) et Mo Celita (Camacho). Au passage devant les tribunes, Air de Valse a encore accéléré et Mo Celita a dû être actionnée par Hollie Doyle pour suivre. Mais il fallait aller jusqu’au bout des 1.200m. Égot, attentiste, a la distance dans les jambes et a pu se faufiler après avoir attendu, se rapprochant en compagnie de Brad the Brief (Dutch Art). Il s’est montré le plus fort pour finir, lui prenant une demi-longueur. Mo Celita n’a pu que voir passer ses deux rivaux et est troisième, à deux longueurs et demie. Air de Valse a craqué dans les 100 derniers mètres et conserve de justesse la quatrième place, à une longueur et demie.

Un poulain en devenir. Égot a encore de la marge. Poulain tardif, il avait montré de la qualité, lui qui avait remporté au mois d’août à Deauville l’Arqana Prix de Tourgeville (L). Mardi, il revenait sur 1.200m, une distance sur laquelle il n’avait couru qu’une fois, au mois de juillet dans le Prix du Plessis-Luzarche (Classe 2), sur le parcours du Seine-et-Oise. Sur une piste très assouplie, sa tenue a joué pour finir. Égot peut devenir un bon sprinter : c’est un métier et il doit encore apprendre. Représentante en France de Godolphin, Lisa-Jane Graffard nous a dit : « En début d’année, c’était un cheval qui était très déséquilibré. Il ne faisait pas vraiment athlète mais il n’a fait qu’évoluer. Pendant l’été, nous avons compris qu’il était peut-être meilleur que ce que nous pensions. Il n’a fait que progresser et peut bien vieillir : physiquement, il fait très "sprinter à l’ancienne" ».

Jockey d’Égot, Mickaël Barzalona a commenté au micro d’Equidia : « C’était un test face à des spécialistes sur la distance. Ils sont partis sur un gros tempo et Égot, dans les trois ou quatre premières foulées, n’était pas dedans mais il s’est vite ressaisi. Il était bien sur la main et montre quelque chose aujourd’hui face à ces chevaux-là. Il a un physique exceptionnel et se déplace très bien. Si on le laisse sur cette distance de 1.200m, il sera bien. Il n’est pas impossible qu’il devienne un cheval de Gr1 sur le sprint : aujourd’hui, il s’est vite comporté comme un vrai sprinter, il a fini fort avec de l’action et montre de la dureté dans les 100 derniers mètres. On sait qu’il sait faire les 1.400/1.600m. Les 1.000m ? Il faut être mécanisé pour cela. Si son entourage souhaite prendre cette voie-là, ce n’est pas interdit. »

Pas assez lourd pour Brad the Brief. Brad the Brief défendait son titre dans le Prix de Seine-et-Oise. Mais, en 2020, la course avait eu lieu en terrain lourd (5 au pénétromètre), alors qu’il a été jugé à 4 (très souple) cette année. Pour son entraîneur, Tom Dascombe, cela fait une grosse différence. Il nous a dit : « Dans le lourd, c’est un cheval supérieur, d’un tout autre niveau que ce que nous avons vu aujourd’hui. Mardi à Chantilly, le terrain était seulement très souple et dans ces conditions, c’est un cheval de Gr3. Et en bon terrain, il ne fait pas les valeurs d’un cheval de Groupe. Nous n’avons pas de plan pour l’instant avec lui en ce qui concerne la suite de son programme. »

Mo Celita reviendra nous voir. Gagnante du Prix Moonlight Cloud (L) cet été à Deauville, Mo Celita ne démérite pas dans le Prix de Seine-et-Oise. Avec le 14 sur 14 dans les stalles, elle a dû avancer au départ avant de se rapprocher en progression du rail, où se trouvait Air de Valse, laquelle est une vraie jument de 1.000m. La route a été un peu longue pour finir. Andrew Nicholls, son entraîneur, nous a dit : « C’est une très bonne performance. Nous sommes fiers d’elle. Le gagnant est certainement un très bon cheval. Nous avons encore une fois eu un mauvais numéro à la corde et il lui a fallu composer avec. Espérons que l’an prochain elle parviendra à gagner son Groupe en France. Après Royal Ascot, nous avons décidé de ne la courir que dans le souple et cela passait par la France. »

https://www.jourdegalop.com/Media/Jdg/Documents/Egot.pdf

Une magnifique origine australienne. Élevé par Godolphin, Égot est un fils de l’étalon de l’Irish National Stud Invincible Spirit (Green Desert), et d’Entertains (Street Cry), lauréate de trois courses en Australie. Elle s’est aussi classée deuxième de l’Aspiration Quality Handicap (Gr3, 1.600m). Égot est le deuxième produit de sa mère et le deuxième gagnant après Laser Show (New Approach) qui, sous l’entraînement de Saeed bin Suroor, a gagné trois courses : une à 2ans, sur 1.400m pour ses débuts, et deux à 3ans, sur 1.600 et 1.700m. Entertains a une 2ans par Shamardal, un yearling par New Approach et a été présentée à Masar en 2020, mais pour la saison de monte hémisphère Sud.

Sa deuxième mère, Serenade Rose (Stravinsky), a gagné trois Grs1 : les Australian Oaks (3ans, 2.400m), les Arrowfield Stud Stakes (3ans, 2.000m) et les Victoria Racing Club Oaks (3ans, 2.500m). Elle a donné trois black types, dont Minnesinger (Lonhro), deuxième des Australia Caulfield Autumn Classic (Gr2, 1.800m). Serenade Rose, morte en 2011, est aussi la grand-mère de Trekking (Street Cry), gagnant du BRC Stradbroke handicap (Gr1, 1.600m) et du SAJC Goodwood Handicap (Gr1, 1.200m) pour Godolphin.

Danzig

Green Desert

Foreign Courier

Invincible Spirit

Kris

Rafha

Eljazzi

ÉGOT (M3)

Machiavellian

Street Cry

Helen Street

Entertains

Stravinsky

Serenade Rose

Rose of Tralee

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Du départ à 1.000m : 12’’86

De 1.000m à 600m : 22’’73

De 600m à 400m : 11’’67

De 400m à 200m : 12’’08

De 200m à l’arrivée : 12’’70

Temps total : 1’12’’04