Prix Émilius (Haies) : Vae Patron, une belle réclamation

Courses / 16.10.2021

Prix Émilius (Haies) : Vae Patron, une belle réclamation

Prix Émilius (Haies)

Vae Patron, une belle réclamation

Acheté 12.509 € suite à sa deuxième place dans le Prix des Colchiques, le 23 août à Clairefontaine, Vae Patron (Manduro) est une belle affaire. Après son achat, son nouveau mentor et copropriétaire, Yannick Fouin, l’a préparé aux petits oignons, et le représentant de Philippe Ponsot, Michael Rizieri, Philippe Georges Duma s’est imposé courageusement dans le Prix Émilius. Seul en tête dès le premier tournant, il s’est montré très droitier sur les trois haies de la ligne droite. En face, alors qu’il était calé contre les fusains, le problème a été réglé. Attaqué par le favori Raffles Odéon (Manduro) entre les deux dernières haies et sur le plat, il a réussi à conserver l’avantage sur ce dernier pour l’emporter sûrement. Le tout malgré une petite faute sur l’ultime obstacle. L’autre pensionnaire de Yannick Fouin, Jaguar du Berlais (Masked Marvel), a reculé en face, perdant plusieurs longueurs. Il a pourtant tracé une ligne droite pleine de promesses, revenant conclure troisième. Raffles Odéon s’est intercalé entre les deux protégés de Yannick Fouin, prenant la deuxième place. Sans l’appui du rail des tribunes, il s’est bien défendu, de même que son compagnon d’entraînement chez Dominique Bressou, L’Angelus (Elliptique), bon finisseur.

L’entraîneur mansonnien nous a déclaré au sujet de Vae Patron et Jaguar du Berlais : « C’est un succès qui fait plaisir. Vae Patron est un cheval que nous avons acheté à réclamer. Pour le Prix Finot (L), nous étions un peu juste et je m’étais dit que nous attendrions la course suivante, ou celle d’après. Et finalement, nous avons attendu encore plus et ça a payé. Ce n’est pas un cheval électrique, il est gentil, mais émotif. Nous sommes très contents de Jaguar du Berlais. Il était un peu en dents de scie et cela fait longtemps que nous sommes sur lui. Il n’était pas dans sa robe de mariée, mais il a très bien fini. » Jockey de Vae Patron, Jérémy Da Silva a ajouté : « C’est un poulain qui a beaucoup de métier en plat et que nous aimons bien. Il faut toujours être dessus. Sa classe de plat l’a aidé en fin de parcours. Il faut encore travailler sur son mental. L’obstacle, c’est nouveau pour lui, mais cette course va lui servir. »

Le petit-fils d’une placée du Diane. Élevé par Askar Salikbayev, Vae Patron est un fils de Manduro (Monsun), lequel a signé le jumelé de ce Prix Émilius. Il a été conçu alors que son père faisait la monte au haras du Logis. La mère, Marie Céleste (Galileo), a pris cinq places en sept sorties en plat. Vae Patron est son seul lauréat pour le moment. Après ce dernier, elle a eu une yearling par Dream Ahead (Diktat). La deuxième mère, Diyakalanie (Ashkalani), a notamment conclu troisième du Prix de Diane (Gr1). Elle a donné Dream Dy (Dream Ahead), troisième du Prix Altipan (L). C’est la souche de Viva Macau (Sendawar), vainqueur du Prix Daphnis (Gr3), troisième du Prix Jean Prat (Gr1) et deuxième de Gr1 à Hongkong sur 1.600m.

Konigsstuhl

Monsun

Mosella

Manduro

Be my Guest

Mandellicht

Mandelauge

VAE PATRON (H3)

Sadler’s Wells

Galileo

Urban Sea

Marie Céleste

Ashkalani

Diyakalanie

Diyawara