Tour des haras - Octobre 2021 : Philippe Michenot : « En parallèle des ventes, je m’attelle à développer la partie élevage du haras »

Élevage / 16.10.2021

Tour des haras - Octobre 2021 : Philippe Michenot : « En parallèle des ventes, je m’attelle à développer la partie élevage du haras »

Tour des haras - Octobre 2021

Philippe Michenot : « En parallèle des ventes, je m’attelle à développer la partie élevage du haras »

Comme chaque année, les journalistes de JDG questionnent les haras qui présenteront des yearlings en octobre à Arqana. Rendez-vous avec Philippe Michenot, du haras de Beauvoir.

Jour de Galop. - Quel a été votre pari gagnant de l’année ?

Philippe Michenot. - L’achat d’une jument nommée Saguaro (High Chaparral) à Arqana en décembre 2020, en pleine crise de Covid. Elle n’était pas dans sa robe de mariée, car le haras qui la présentait l’avait reçue juste avant les ventes, alors qu’elle sortait du pré. C’est une sœur d’Alcohol Free (No Nay Never) qui avait gagné deux mois et demi plus tôt les Cheveley Park Stakes (Gr1), et j’étais surpris de l’acquérir à un prix très abordable par le biais de Marc-Antoine Berghgracht [28.000 €, ndlr]. Depuis, Alcohol Free a gagné deux autres Grs1, les Coronation Stakes et les Sussex Stakes (Grs1). Quant à Saguaro, elle est pleine pour la première fois de Belardo (Lope de Vega) !

Racontez-nous l’histoire du prometteur Azuréen qui a gagné deux courses en trois sorties cette année…

C’est un poulain que nous avons élevé et présenté aux ventes de yearlings d’octobre Arqana. Il n’a pas trouvé preneur sur le ring, car il n’était pas très mature, contrairement à ce qu’on peut attendre d’un fils de Siyouni (Pivotal). Mais il intéressait fortement Stéphane Cérulis qui a trouvé rapidement un associé en la personne de Gérard Augustin-Normand. Il avait cependant besoin de l’aval d’un autre associé qui était au Japon… Cela a duré toute la nuit, et la vente s’est finalement conclue le lendemain matin. Une longue gestation et un accouchement difficile ! La satisfaction de voir Azuréen gagner n’en a été que plus grande. C’est un poulain dont on ne connaît pas les limites, et qui a d’ailleurs été racheté 190.000 € par ses propriétaires à la vente de l’Arc.

Qu’avez-vous appris dans votre métier en 2021 ? Qu’avez-vous amélioré dans votre activité ?

Je suis en train de développer une cellule "obstacle". J’ai acheté trois pouliches bien nées pour l’obstacle, que j’ai confiées à Anne-Sophie Pacault. En espérant qu’elles performeront bien, dans l’optique d’avoir de futures mères… Nous avons de belles satisfactions avec nos chevaux d’obstacle, à l’image de Bandero (Balko) qui a conclu troisième du Prix du Président de La République (Gr3) au printemps, Avel de Kerbarh (Balko) ou encore Spirit Sun (Zambezi Sun) lauréat du Prix Air Landais (L) en 2019. Le problème, c’est qu’ils sont hongres ! Désormais, je veux jouer davantage la carte de l’élevage, et j’ai décidé pour la première fois d’acheter des femelles à vocation obstacle. C’est un retour à une spécialité que je connais de longue date, puisque le deuxième poulain qui a été élevé au haras de Beauvoir, Jemirkhan (Kashtan), a gagné le Grand Prix de Pau (devenu Gr3) en 1987… sous l’entraînement de Jean-Claude Rouget !

Quelle est la performance qui vous a le plus marqué en 2021 dans le monde ?

La vente qu’a réalisée le haras d’Haspel en août à Arqana avec une sœur de Native Trail (Oasis Dream) qui a atteint le top price à 950.000 €. Et les deux Grs1 de Native Trail ! Avec José Delmotte, on s’accompagne sur les rings de vente avec le même courtier, Marc-Antoine Berghgracht. Nous ne manquons pas de nous féliciter mutuellement et sportivement à chaque victoire de l’un de nos élèves. Mon rêve est d’arriver au même résultat, en mettant les mêmes ingrédients…

Votre yearling coup de cœur dans votre lot ?

Difficile de choisir, mais j’en détacherais trois. Le lot 383, une femelle nommée Rayena (Harry Angel), est une trois quarts sœur de Rehana (Dark Angel), lauréate des Athasi Stakes (Gr3) et deuxième des Cape Verdi Stakes (Gr2), entre autres. J’aime aussi beaucoup le lot 223, Dodoma (Gutaifan) qui est le premier produit de Damila (Milanais), gagnante du prix Ris-Orangis (Gr3), et le lot 457, Vizindi (Gutaifan). Ce dernier est le premier produit de Visorana (Rock of Gibraltar), propre sœur de Viserano, deuxième du Prix La Force (Gr3), et sœur de Visinari (Dark Angel), troisième des July Stakes (Gr2). Nous tâchons avec difficulté de nommer tous nos poulains nés et élevés au haras de façon courte et seyante, en gardant la première lettre du nom de la mère, comme cela se fait traditionnellement dans plusieurs haras depuis des décennies. Ainsi, sur le ring, ils ne sont pas que des numéros !

LES YEARLINGS DE LA VENTE D’OCTOBRE

Lot Sexe Père Mère

223 M. Gutaifan Damila

262 M. Cloth of Stars Gold Sister

383 F. Harry Angel Rima

435 M. Profitable Tantivy

457 M. Gutaifan Visorana

512 M. Territories Clariyn

611 F. Gutaifan Mantadive