Guyon vs Barzalona : le match ?

Courses / 15.11.2021

Guyon vs Barzalona : le match ?

Au moment où sont écrites ces lignes, soit avant le début de la réunion de lundi à Marseille-Vivaux, où Mickaël Barzalona doit se mettre en selle à quatre reprises, il y a égalité parfaite dans la course à la Cravache d’Or. Maxime Guyon et Mickaël Barzalona sont premiers, avec 169 succès chacun.

Game over ? Pierre-Alain Chéreau, agent de Maxime Guyon, nous a dit qu’il n’y avait aucun match entre les deux jockeys : « Il n’y aura pas de duel ! Maxime part en vacances le 1er décembre. On le reverra au Qatar fin décembre puis à Cagnes-sur-Mer en début d’année. Nous ne visons pas la Cravache d’Or cette année, donc, pour nous, Mickaël Barzalona a gagné : un grand bravo à lui, il le mérite ! »

Maxime Guyon a intégré l’équipe de Pierre-Alain Chéreau en octobre 2018, après de nombreuses années avec Alexis Doussot – l’agent de Mickaël Barzalona. En 2019, le tandem Guyon/Chéreau remporte la Cravache d’Or, avec 234 victoires. Fin décembre 2019, Maxime Guyon nous expliquait que la Cravache d’Or n’était pas pour autant un objectif au tout début de l’année : « Quand je me suis associé avec Pierre-Alain, l’objectif premier était de passer le cap des 200 gagnants en une année, que je n’avais pas encore atteint. Je pense que ce qui a vraiment déclenché cette envie [de gagner la Cravache d’Or, ndlr], c’est d’avoir réalisé un excellent meeting de Cagnes-sur-Mer. Vu notre début de saison, je me suis dit : "Cette année, on va rouler !" » Maxime Guyon compte par ailleurs six Cravaches d’Argent et cinq Cravaches de Bronze.

L’équipe "Barza" concentrée. Du côté de l’équipe de Mickaël Barzalona, on ne se concentre pas sur ce que font les autres. Alexis Doussot, fidèle agent du jockey depuis plus de dix ans, commente : « Notre but, c’est de rester constants : Mickaël est à 19 % de réussite à la gagne, c’est un excellent ratio ! Il est régulier dans ses résultats, il arrive à s’adapter aux différents chevaux qu’on lui confie. Il mériterait une Cravache d’Or, c’est quelqu’un de super humainement. Et je suis ravi d’avoir deux des jockeys de mon équipe luttant pour le podium, avec Théo Bachelot en lice pour une place. »

Mickaël Barzalona n’a jamais gagné de Cravache d’Or. Son meilleur classement est une troisième place en 2019, sachant qu’il est revenu en France à l’été 2014 après avoir été basé en Grande-Bretagne. Il y a une grosse différence entre Maxime Guyon et Mickaël Barzalona : c’est l’hiver.

L’un voyage, l’autre non. Maxime Guyon a voyagé l’hiver, mais dans le passé. Désormais, il reste basé en France et on le voit à Cagnes-sur-Mer. Mickaël Barzalona part quant à lui avec un gros handicap pour la Cravache d’Or puisqu’il est au soleil de Dubaï pour le Carnival de janvier à fin mars. Ce sont deux philosophies et deux cas de figure différents. En 2019, Maxime Guyon nous disait : « Je l’ai fait dans le passé [monter à l’étranger l’hiver, ndlr] mais, désormais, je suis papa. J’ai monté quelques hivers à Hongkong. Cela s’était bien passé la première année, j’avais gagné au niveau Gr1 mais, ensuite, j’avais eu des résultats en dents de scie. J’ai aussi passé une vingtaine de jours au Japon. Et quand on va passer l’hiver à Dubaï par exemple, il faut avoir le soutien d’une grosse écurie comme Godolphin, sinon c’est très compliqué de gagner. Pour l’instant, je ne prévois pas de repartir à l’étranger durant l’hiver mais pourquoi pas un jour ! Plein de jockeys sont pères et le font. Il faut juste s’adapter et s’organiser. »

Mickaël Barzalona, quant à lui, est l’un des Boys in Blue : étant jockey de Godolphin, il passe logiquement l’hiver du côté des Émirats. En 2018, nous lui avions demandé s’il était intéressé par la Cravache d’Or, sachant qu’il lui manquait trois mois de compétition : « La Cravache d’Or a évolué et ne m’intéresse pas telle qu’elle est maintenant. Si jamais je fais une année formidable et que je vois que je peux me positionner en challenger, je me prendrai certainement au jeu. Mais c’est loin d’être un objectif en début d’année. Si on me propose d’aller monter à l’étranger ou de rester deux mois ici pour faire dix ou vingt gagnants, je préfère partir à l’étranger. (…) Je préfère honorer mon contrat au maximum, que tout se passe bien et continuer à travailler ainsi pendant des années… Je ne cracherai jamais sur une Cravache d’Or, mais c’est délicat actuellement. C’est une autre vision. »

En l’absence de… Le match Guyon vs Barzalona n’aura a priori pas lieu puisque l’un des deux challengers prévoit de s’absenter dès le 1er décembre. Si on remonte un peu plus loin, le duel était inimaginable au début du mois de mai : Pierre-Charles Boudot avait creusé l’écart et n’aurait probablement pas été rattrapé sans sa suspension. Il comptait 105 victoires le 8 mai, avec un taux de réussite à la gagne de 25,2 %. Et il est toujours sixième au classement de la Cravache d’Or. Sans rien enlever à Maxime Guyon et à Mickaël Barzalona, c’est une absence qui a changé beaucoup de choses.

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.