Prix Geoffroy de la Celle (Maiden) : Sarel, pour un jumelé gagnant signé Christophe Ferland

Courses / 20.11.2021

Prix Geoffroy de la Celle (Maiden) : Sarel, pour un jumelé gagnant signé Christophe Ferland

Angers, samedi

Après les femelles dans le Prix Mercalle (Maiden), treize poulains en quête d’une première victoire ont pris le relais dans ce Prix Geoffroy de la Celle. Troisième en débutant sur l’hippodrome du Bouscat dans le Prix de Floirac (Inédits), Sarel (Kendargent) avait été l’auteur d’une belle fin de course après avoir évolué en épaisseur dans le dernier tournant. Se montrant nettement plus réveillé pour sa deuxième sortie, l’élève et représentant de Guy Pariente a signé une première victoire prometteuse.

Un style convaincant. Avec le numéro 14 dans les stalles, le pensionnaire de Christophe Ferland a dû fournir un effort conséquent en partant pour se porter sur la ligne des poulains de tête. Laissant ensuite les commandes à Mr Goodnight (Oasis Dream), la course a été rythmée d’un bout à l’autre du parcours. Dans la ligne d’en face, Maxime Guyon a pris la décision de faire évoluer l’inédit Fasol (Galileo) tout à l’extérieur de la piste. Rapproché ensuite dans le dernier tournant, ce dernier a été le premier à tenter d’attaquer le futur lauréat. Mais, avec un parcours dans les jambes et au courage, Sarel est parvenu à créer la décision dans les derniers mètres de course. À deux longueurs, Fasol se classe deuxième et offre donc le jumelé gagnant à son entraîneur, Christophe Ferland. Une longueur et demie plus loin, Mormona (Morandi) est troisième.

Deux bons poulains pour l’an prochain. Au retour aux balances, l’entraîneur vainqueur, Christophe Ferland, a réagi au micro d’Equidia : « Dans la ligne d’en face, Maxime Guyon a pris ses responsabilités et il a avancé avec Fasol. En selle sur Sarel, Enzo Corallo n’a pas paniqué et il a attendu patiemment son heure. Sarel a plus de métier que Fasol et il l’a bien dominé pour finir. Je suis content pour ces deux poulains. Concernant Fasol, je me sentais obligé de le courir à Angers, car ce sont les dernières courses sur gazon. Avec un poulain tardif, je n’avais pas spécialement envie d’aller sur la PSF. Pour qu’il passe un bon hiver, il fallait que je le débute en compétition. Cela devrait faire deux bons poulains pour l’an prochain. »

Un neveu de Tierra del Fuego. Élevé par son propriétaire, Sarel est un fils de l’étalon du haras de Collevile Kendargent (Kendor) et de Sarella (Evasive), restée inédite. Sarel est le premier produit de sa mère. La poulinière a un yearling nommé Sarello (Goken).

La deuxième mère, Marella (Desert Prince), compte une sortie en Angleterre. Au haras, on lui doit Tierra del Fuego (Champs Élysées), troisième d’un Prix La Camargo et quatrième d’un Critérium du Languedoc (Ls).

Enfin, la troisième mère, Rainbow Lake (Rainbow Quest), est gagnante des Lancashire Oaks (Gr3 devenu Gr2) et des Ballymacoll Stud Stakes (L, 2.400m) en Angleterre. C’est la génitrice de Powerscourt (Sadler’s Wells), gagnante de la Tattersalls Gold Cup et de l’Arlington Million Stakes (Grs1), mais aussi de Kind (Danehill), qui n’est autre la mère du champion aux onze Grs1 Frankel (Galileo).

 

 

 

Kenmare

 

 

Kendor

 

 

 

 

Belle Mécène

 

Kendargent

 

 

 

 

 

Linamix

 

 

Pax Bella

 

 

 

 

Palavera

SAREL (M2)

 

 

 

 

 

 

Elusive Quality

 

 

Evasive

 

 

 

 

Canda

 

Sarella

 

 

 

 

 

Desert Prince

 

 

Marella

 

 

 

 

Rainbow Lake

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.