Prix Préaux (Maiden) : cette fois c’est la bonne pour Daddy’s Girls

Courses / 30.11.2021

Prix Préaux (Maiden) : cette fois c’est la bonne pour Daddy’s Girls

Deauville, mardi

Très appuyée au betting lors de ses débuts deauvillais, le 21 octobre, dans le Prix de Hotot-en-Auge (Inédites), Daddy’s Girl (Le Havre) avait conclu au sixième rang. Visiblement dérangée par les conditions dantesques, la représentante de l’écurie Philippe Segalot, l’écurie Vivaldi et du haras d'Étreham avait dû patienter pour exprimer pleinement l’étendue de son talent. De nouveau plébiscitée par les parieurs pour sa deuxième sortie, elle a été rapprochée en progression sur la ligne des chevaux de tête en face. Animant l’épreuve à un rythme régulier, elle a ensuite été reprise par Coralie Pacaut à l’amorce du dernier tournant. Après avoir pris un bol d’air, la pensionnaire de Jean-Claude Rouget est repartie sèchement à l’entrée de la ligne droite. Attaquée à son extérieur par la favorite, Once (Tamayuz), elle est parvenue à la contrer jusqu’au bout. Au passage du poteau, Daddy’s Girl s’impose assez sûrement par une demi-longueur. Once est deuxième. Vu sur une troisième ligne dans le dernier tournant, Delida (Lope de Vega) est à créditer d’une belle fin de course. À deux longueurs, la représentante de l’écurie Griezmann s’empare de la troisième place.

Une belle histoire. Après la course, Didier Krainc, l’animateur de l’écurie Vivaldi, nous a confié : « Cette victoire a une saveur particulière : c’est la première fois que nous gagnons avec une pouliche qu’on a élevée et dont nous sommes également copropriétaires. En effet nous sommes copropriétaires de la mère, My Year Is a Day (King’s Best), qui stationne au haras d’Étreham. À l'époque, nous avions échangé une part de My Year Is a Day contre une de notre chère Trésorerie (Intello) [qui est morte depuis, ndlr] Donc, Daddy’s Girl est en quelque sorte un héritage de notre regrettée Trésorerie. » Encore à cheval, la jockey lauréate, Coralie Pacaut, a déclaré sur Equidia : « Derrière les stalles, c’est la pouliche qui avait le plus beau poil. Daddy’s Girl est très bien dans sa tête et elle a également beaucoup de moral. Aujourd’hui, c’est ce qui a fait la différence. Nous avons été devant car il y avait un peu de rythme. C’est une pouliche qui n’a pas trop de bouche. Il est donc préférable de ne pas se battre avec elle. Elle s’impose tout naturellement. »

100 % de réussite pour l’élevage de l’écurie Vivaldi. Le 15 août à Vittel, le pensionnaire d’André Fabre Freedom (Power) est devenu le premier élève de l’écurie Vivaldi – en association avec Éric Puerari, Oceanic Bloodstock et l’écurie du Parc Monceau –  à passer le poteau en tête. Et Daddy’s Girl, leur deuxième partant, est également parvenue à remporter son maiden. Ne pouvant pas rêver mieux, Didier Krainc nous a dit : « Nous avons eu deux partants en tant qu'éleveur... pour deux gagnants ! La grande différence, dans le cas de Daddy's Girl, c'est que nous en sommes aussi copropriétaires. Car quand Jean-Claude Rouget l'a acheté, nous lui avons demandé d'en garder un bout. Sa victoire a une saveur particulière pour l'ensemble des personnes impliquées dans l'écurie Vivaldi. En 2020, nous avons vendu des sujets à l'entraînement et l'écurie a eu une réussite moins bonne. Dans ce contexte, nous avons fait le choix de réinvestir dans des yearlings et cela nous a vraiment réussi. Nous sommes actuellement associés sur six 2ans à l'entraînement, dont quatre ont gagné ! Cela promet donc une belle saison 2022 à 3ans, surtout que plusieurs ont de la marge et c'est le cas de Daddy's Girl. »

Le premier gagnant de My Year Is a Day. Élevée par le haras d’Étreham et l’écurie Vivaldi, Daddy’s Girl est une fille de Le Havre (Noverre), étalon au haras de Montfort & Préaux (Sumbe), et de My Year Is a Day (King’s Best), lauréate d’un Critérium de l'Ouest à Craon (L), deuxième d’un Prix Six Perfections (Gr3) et quatrième aux États-Unis des Megahertz Stakes (Gr3, 1.600m). Daddy’s Girl est son premier gagnant. La poulinière a un foal par Expert Eye (Acclamation) et elle a été saillie en 2021 par Hello Youmzain (Kodiac).

La deuxième mère, Aliyeska (Fasliyev), est gagnante à 2ans d'une course D sur 900m à Saint-Cloud. Outre My Year Is a Day, on lui doit Whipsaw City (Elusive City), deuxième des Glowing Honor Stakes (L, 1.200m) et troisième des Serena's Cat Stakes (L, 1.400m) aux États-Unis.

 

 

 

Rahy

 

 

Noverre

 

 

 

 

Danseur Fabuleux

 

Le Havre

 

 

 

 

 

Surako

 

 

Marie Rheinberg

 

 

 

 

Marie d’Argonne

DADDY’S GIRL (F2)

 

 

 

 

 

 

Kingmambo

 

 

King’s Best

 

 

 

 

Allegretta

 

My Year Is a Day

 

 

 

 

 

Fasliyev

 

 

Aliyeska

 

 

 

 

Armilina

LES CHRONOS

TEMPS PARTIELS

Départ à 1.000m : 56’’4 »

De 1.000m à 600m : 26’’04

De 600m à 400m : 12’’37

De 400m à 200m : 11’’51

De 200m à l’arrivée : 11’’80

Temps total : 1’58’’15