Start in Front, le premier black type de Kévin Tavares

Courses / 14.11.2021

Start in Front, le premier black type de Kévin Tavares

Start in Front, le premier black type de Kévin Tavares

Jeudi, Start in Front a conclu 3e du Critérium du Languedoc (L). Ce 2ans est le premier black type de son entraîneur-propriétaire, Kévin Tavares. Il a présenté seulement six chevaux en course cette annéedont Saint’ Jac, gagnant du "Ministère", le Jockey Club des anglo-arabes.

Par Alice Baudrelle

Titulaire d’un permis d’entraîner depuis mai 2019, Kévin Tavares s’est tout naturellement installé à Mont-de-Marsan : « Je suis le beau-fils de Bruno de Montzey, et je monte à cheval à Mont-de-Marsan depuis que je suis tout petit. Je connais le centre d’entraînement par cœur et j’y ai mes repères. J’exerce en parallèle la profession de marin pêcheur, mais mon objectif est de passer ma licence d’entraîneur public. J’ai les courses dans la peau ! En attendant, je m’occupe de mes pensionnaires avec un salarié, car ce n’est pas simple pour moi de mener mes deux activités de front ; cela demande une bonne organisation. J’ai également quatre chevaux à l’entraînement chez mon beau-père. » Les statistiques 2021 du permis d’entraîner sont excellentes : 20 % à la gagne, 80 % dans l’argent.

Acheté 1.000 € yearling, et désormais placé de Listed ! Kévin Tavares a eu le nez fin en achetant Start in Front (Hunter’s Light) pour la modique somme de 1.000 € aux ventes de yearlings Arqana, en octobre 2020, alors que le poulain était présenté par le haras de Saint-Fray. Start in Front est le quatrième produit de l’inédite Extra Terrestrial (Astronomer Royal) qui n’avait donné aucun gagnant avant lui. Il a rapidement montré des moyens en ouvrant son palmarès dès sa deuxième sortie sur 1.400m à Dax, le 11 juillet, et a pris cinq places par la suite en cinq sorties. Start in Front totalise désormais près de 56.000 € de gains, primes incluses. Kévin Tavares nous a expliqué : « Start in Front n’avait pas un gros modèle, mais il était bien proportionné et avait de bons aplombs. Il dégageait quelque chose que je ne saurais expliquer… Il avait une allure de cheval de course, tout simplement ! Hormis sa page de pedigree qui était plutôt vierge, il n’y avait rien de rédhibitoire chez lui. Il va avoir des vacances bien méritées, et je vais essayer de lui trouver une Classe 2 pour sa rentrée l’année prochaine dans le Sud-Ouest, en le rallongeant sur 2.000m ou 2.200m. Si tout va bien, je l’amènerai ensuite en région parisienne pour courir au niveau Listed, ou bien Gr3. Comme il est hongre, le programme n’est pas facile. Start in Front n’est pas encore venu, physiquement comme mentalement. De ce que je vois, il possède pas mal de marge et devrait être mieux à 3ans. »

Un effectif diversifié. Kévin Tavares n’en est pas à son coup d’essai, puisqu’il avait déjà acquis Calva d’Auge (Air Chief Marshal) pour 3.000 € aux ventes de yearlings Osarus, en septembre 2016. Gagnant d’un Maiden à 2ans sur 1.400m, à Dax, ce dernier a été orienté avec succès vers les obstacles par la suite. Après plusieurs places en haies, Calva d’Auge a été exporté en Angleterre, où il a remporté sept courses et s’est placé au niveau Listed. Il compte également une quatrième place dans le Tolworth Novices’ Hurdle (Gr1), à Sandown : « J’essaie d’acheter des chevaux à moindre coût, car je n’ai pas forcément les moyens d’investir de grosses sommes. Bien sûr, le pedigree compte, mais j’attache surtout de l’importance au modèle. J’avais acheté Calva d’Auge pour m’associer sur le cheval avec mon beau-père qui l’a entraîné. Mais être propriétaire, ça ne me suffisait pas, et j’ai fini par passer mon permis d’entraîner. » Kévin Tavares a gagné des courses avec des 2ans – dont Ésope (Galiway), futur lauréat du Prix de Lutèce (Gr3) sous la coupe d’Hiroo Shimizu – mais aussi avec des anglo-arabes, en plat comme en obstacle. Il nous a expliqué : « Ce que j’aime surtout, c’est l’obstacle ; mais à mon sens, il faut se diversifier. J’ai eu Ésope en location, qui avait été racheté 3.000 € yearling à Osarus, et que j’estimais beaucoup. Mais j’ai eu un différend avec son éleveur, raison pour laquelle il a couru à réclamer. Chapeau à Hiroo Shimizu qui a su voir son potentiel et n’a pas hésité à débourser une grosse somme pour l’acheter à Saint-Cloud ! J’ai gagné ma plus belle course il y a un mois avec un anglo, Saint’ Jac (Jeu St Éloi), qui a remporté le Prix du Ministère de l’Agriculture. C’était sa troisième victoire. Nous l’avons fait castrer depuis et il est parti en vacances chez son éleveur, Jacques Grandchamp des Raux. Avec Saint’ Jac, nous préférons privilégier une carrière de course à une carrière d’étalon. Je l’avais préparé depuis le début de l’année pour le Ministère : comme il tire beaucoup et qu’il est compliqué à gérer, il a fallu trouver les boutons. Cette victoire est le fruit de plusieurs longs mois de travail, et le cheval méritait de gagner une belle course comme celle-là. »

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.