Une année au galop, tome VI : simplement indispensable

Courses / 30.11.2021

Une année au galop, tome VI : simplement indispensable

288 pages de pure émotion : le sixième tome d’Une Année au Galop, le Yearbook édité par Jour de Galop, est sorti ! Vous rêvez de le trouver sous votre sapin de Noël ? Nous vous conseillons de le commander avant le 14 décembre, en cliquant sur ce lien. En attendant de recevoir le précieux colis, nous vous proposons cette semaine quelques extraits de ce livre indispensable.

(6 JUIN, QATAR PRIX DU JOCKEY CLUB)

Quand Aidan le veut

On l’avait quitté rentrant victorieux de l’Emirates Poule d’Essai des Poulains. On l’a retrouvé dans la peau du favori du Qatar Prix du Jockey Club et, pour son premier essai sur 2.100 mètres, St Mark’s Basilica n’a pas tremblé. Le fils de Siyouni a rejoint Shamardal, Lope de Vega et Brametot dans le cercle fermé des auteurs du doublé « Poule d’Essai - Jockey Club nouvelle version ». Il a surtout offert un premier French Derby à Aidan O’Brien ! Oui, l’homme qui a dépassé les 360 victoires au niveau Groupe 1 n’avait jamais gagné le Jockey Club… L’avait-il seulement vraiment cherché avant ce 6 juin 2021 ? C’est en tout cas la première année que le maître de Ballydoyle envoie à Chantilly le poulain parfait pour s’imposer. Imperturbable, facile dans un parcours, et quelle accélération ! Sous la selle de Ioritz Mendizabal – qui conserve son titre acquis en 2020 avec Mishriff – St Mark’s Basilica s’est montré impérial. Sealiway et Millebosc, pourtant remarquables, n’ont pu que le laisser filer au poteau…

(20 JUIN, PRIX DE DIANE LONGINES)

La conquérante

Aidan O’Brien n’avait encore jamais gagné le Prix de Diane Longines. Il a fallu une pouliche au nom prédestiné, Joan of Arc – Jeanne d’Arc –, pour qu’il soit exaucé ! Confiée au Basque Ioritz Mendizabal, comme l’avait été St Mark’s Basilica deux semaines plus tôt, Joan of Arc a fait preuve d’un courage digne de son patronyme. Toujours à la pointe du combat, elle a connu un petit passage à vide dans la phase finale mais, sous la poigne d’un Ioritz Mendizabal particulièrement convaincant, elle s’est ressaisie pour dominer Sibila Spain, avant de résister à la pointe décoiffante de Philomène. Burgarita est aussi revenue des derniers rangs pour cueillir la troisième place.

Joan of Arc n’est peut-être pas la gagnante la plus brillante du Diane de ces dernières années. Mais elle a une qualité indispensable pour gagner au plus haut niveau : elle donne tout. Elle ne s’appelle pas Jeanne d’Arc pour rien…

(22 MAI, GRANDE COURSE DE HAIES D’AUTEUIL)

Légendaire

Trente longueurs ! L’Autonomie n’a pas fait de détail dans la Grande Course de Haies d’Auteuil. Battue par Paul’s Saga l’an dernier dans ce sommet pour les hurdlers, L’Autonomie avait alors dévoilé des failles dans sa cuirasse. Ces failles, son entourage les a analysées pendant l’hiver. Son fidèle jockey, Angelo Zuliani, le premier. Il a compris qu’il devait composer avec la jument, plutôt que d’aller contre elle. Si bien qu’à 6 ans L’Autonomie est revenue encore plus forte. Et il fallait l’être pour se mesurer à Galop Marin. Les deux champions se sont vite détachés du peloton. Bientôt, il y avait eux et les autres. Dernier tournant : telle une boxeuse, L’Autonomie inflige un uppercut au cheval de la famille Papot. Les longueurs s’égrènent… Le public présent à Auteuil ce jour-là doit en être conscient : le spectacle auquel ils ont assisté fait désormais partie de la légende d’Auteuil ! François Nicolle et les époux Coiffier peuvent être soulagés : leur jument a inscrit son nom au palmarès de la plus grande course de haies française. À jamais. Et peut-être n’est-ce pas fini !

(6 NOVEMBRE, GRAND PRIX D’AUTOMNE)

Un grand Galop

Il l’a fait ! Galop Marin a remporté pour la quatrième année de suite le Grand Prix d’Automne. Le 9 ans de la famille Papot entre dans la légende d’Auteuil et il le mérite bien ! Tout au long de sa carrière, il a croisé le fer avec des champions, les a souvent battus et, quand d’autres ont pris leur retraite, il est toujours là. Depuis deux ans, il doit affronter L’Autonomie, une jument peu commune. La femelle a gagné au printemps la Grande Course de Haies d’Auteuil, mais l’automne, c’est pour Galop Marin ! Son fidèle Morgan Regairaz l’a parfaitement monté et, dans la ligne droite, en pleine piste, alors que L’Autonomie est partie s’appuyer contre le rail extérieur, il s’est montré remarquable dans ce duel à distance. Forcément déçu, François Nicolle a rendu hommage à ce géant alezan, que Dominique Bressou exploite à la perfection. Dis, Galop Marin, on se retrouve en 2022 ?