Covid : un point sur les déplacements pendant la saison de monte

Institution / Ventes / 23.12.2021

Covid : un point sur les déplacements pendant la saison de monte

Le Covid crée encore des difficultés dans la circulation des chevaux, notamment entre l'Angleterre et la France. C'est pourquoi le président de la Fédération des éleveurs, Loïc Malivet, a tenu à informer l'ensemble des éleveurs français sur les nouvelles restrictions de circulation mises en place à travers l’Europe dans le contexte sanitaire actuel : "Je vous invite à vérifier, dans l’optique de la prochaine saison de monte, que vos juments et leurs accompagnateurs, devant se déplacer vers et depuis l’étranger, pourront bien être en mesure de le faire." Les problèmes potentiels ciblent en particulier les accompagnateurs... 

Loïc Malivet a également salué une victoire française dans l’appel d’offres concernant la détermination de génotypes et de contrôle de filiation dans les espèces équines et asines: "Je me suis engagé sur ce dossier à travers mes responsabilités de président de la Fédération des éleveurs du galop et de président du Stud-Book pur-sang. Je me réjouis qu’une entreprise française – le laboratoire Labéo, pôle de recherche et d’analyses de Normandie dont le directeur général, Guillaume Fortier, est également vétérinaire-conseil de la Fédération des éleveurs du galop – ait remporté cet appel d’offres, et assure l’ensemble des tests de filiation à compter du 30 mars 2022. Le fait que les échantillons biologiques soient désormais stockés en France sera utile pour les projets de recherche et d’analyses qui pourront être lancés.

Enfin, le président des éleveurs a voulu rappeler ce très grand espoir qui nous concerne tous, né de la décision du Conseil de l’Union européenne d’inclure les équidés dans la liste des biens et services éligibles à des taux de TVA réduits: "Cela constitue une avancée significative permettant de protéger les États qui décideront d’appliquer un taux réduit à la filière équine, ainsi, ils ne prendront plus le risque de se voir condamner par Bruxelles sur le sujet. Je remercie vivement tous ceux qui se sont impliqués dans ce dossier, notamment le ministre délégué Olivier Dussopt, le député Éric Woerth et la députée européenne Stéphanie Yon-Courtin."