Le Magazine : y a plus de saisons ma bonne dame !

Courses / 08.12.2021

Le Magazine : y a plus de saisons ma bonne dame !

Par Franco Raimondi

Le grand maître des journalistes hippiques, Tony Morris, se mettait en hibernation après les December Sales. Aujourd’hui, c’est impossible : les futurs gagnants classiques peuvent émerger de toutes les courses, même en hiver. Les Prix du Grand Chesnay (femelles) et de la Gagnerie (mâles et hongres) qui se disputent vendredi à Deauville, ce sont les Marettes et le Crèvecœur de décembre !

Photo 1 : Grand Glory avait gagné dans le froid normand pour ses débuts en fin d’année

Le Prix du Grand Chesnay, réservé aux inédites de 2ans, a servi –en cinq éditions – de rampe de lancement à la championne aux sept Grs1 Sistercharlie (Myboycharlie), à la lauréate de Gr1 Grand Glory (Olympic Glory) et aux autres black types Chorba (Olympic Glory) et Shining Bright (Makfi). Sur la même période, le Prix de Marettes a révélé les gagnantes de Gr3 Savarin ** (Deep Impact) et Efaadah (Dansili), alors que parmi les placées, on trouve les classiques Senga ** (Blame) et Dream and Do ** (Siyouni). Le palmarès du Prix de la Gagnerie, le pendant pour les mâles, est moins impressionnant avec deux placés black types Goya Senora (Anodin) et Fort Payne (Rio de la Plata), qui s’est classé troisième dans le Prix de Guiche (Gr3) et a eu droit à sa chance dans le Qatar Prix du Jockey Club (Gr1) : rien à voir avec celui du Prix du Prix de Crèvecœur.

Sistercharlie et Grand Glory. Les débuts gagnants de Sistercharlie n’avaient pas fait la Une de JDG le 18 décembre 2016. L'article titrait Le brouillard plus fort que Deauville, avec une photo de chevaux à la lutte et cette légende : difficile d’y voir clair samedi, à Deauville. Elle avait battu à la lutte Très Belle (Holy Roman Emperor), future placée black type, et son pedigree n’emballait pas (encore) les foules… Grand Glory, quant à elle, aurait dû effectuer ses débuts le samedi 15 décembre 2018, mais à la Une, on titrait Pluies verglaçantes, vent, froid : l’alliance infernale. La réunion fut annulée après deux courses et reportée au dimanche matin. Après sa victoire, Stéphane Pasquier avait déclaré au micro d’Equidia : « L’impression est plutôt bonne. J’avais pour ordre de la monter et de venir finir pour lui donner une bonne leçon mais elle est très bien sortie des stalles. J’ai préféré de ne pas la contrarier et elle a un peu fait le serpent dans la ligne droite. »

Photo 2 : Qui se rappelle qu’Enable avait débuté sur la P.S.F. de Newcastle ?

Enable et la fibrée de Newcastle. Les P.S.F. ont changé les habitudes de beaucoup d’entraîneurs. Dix-neuf jours avant les débuts de Sistercharlie, une autre championne avait découvert les couleurs. John Gosden avait choisi un maiden sur le mile en ligne droite, sur la fibrée de Newcastle, pour Enable (Nathaniel). La grande pouliche avait trouvé le passage à 400m du poteau et s’était imposée par presque quatre longueurs avec à la clé un Racing Post rating de 83. Elle a remporté onze Grs1 dont deux Arcs de Triomphe, trois King George et le Breeders’ Cup Turf. John Gosden a attendu le 27 décembre pour sortir une autre gagnante des Oaks, Anapurna (Frankel). Il fallait un sorcier pour deviner que la pouliche endormie, capable de battre seulement quatre rivales sur douze dans une novice à Wolverhampton, aurait remporté le classique d’Epsom. C’est à 6/1 qu’elle a ouvert son palmarès dans un maiden, le 30 janvier à Lingfield.

Photo 3 : Fin novembre à Chantilly, New Bay avait dû laisser la victoire à Urjuwaan

New Bay de la P.S.F. de Chantilly au Jockey Club. Les vingt-et-un Derby winners de ce siècle ont tous fait des débuts "à l’ancienne", à 2ans, sauf Ruler of the World (Galileo) qui a découvert les pistes à 3ans. Par contre, dans le palmarès du Prix du Jockey Club, on trouve New Bay (Dubawi) qui a fait ses premiers pas sur la P.S.F. de Chantilly le 25 novembre 2014, dans une course D face à des juniors plus expérimentés. Il a trouvé sur son chemin la pouliche Urjuwaan (Cape Cross) mais le parcours lui a été bénéfique. Le commentaire de JDG disait : « Il a mis du temps à trouver l’ouverture et, quand il l’a eue, il n’a pas franchement bondi. Il a néanmoins poursuivi son effort pour prendre la deuxième place et s’annonce comme un cheval sur lequel il faut garder un œil l’an prochain. » En 2015, après avoir ouvert son palmarès dans le Prix Machado (course B), il a pris la deuxième place, battu par Make Believe (Makfi) et le seize à la corde, dans la Poule d’Essai des Poulains (Gr1) et il a connu son jour de gloire (pas le seul) à Chantilly en s’offrant un rival de haut niveau comme Highland Reel (Galileo).

Lucayan de Pau à la Poule. On a parlé des classiques sur 2.100m et plus. Sur le mile, dans les Guinées et les Poules, il est plus difficile de s’imposer si l’on a fait des débuts très tardifs à 2ans. Et pourtant, François Rohaut avait présenté Lucayan (Turtle Bowl) dans un maiden le 13 décembre 2011, à Pau. Il avait refait le peloton pour gagner au canter par trois longueurs. Six mois après, jour pour jour, Lucayan a donné le coup de rein gagnant pour remporter de haute lutte la Poule d’Essai des Poulains.

Photo 4 : L’envolée de Shantisara dans un réclamer hivernal à Chantilly

Tawkeel et Shantisara. La P.S.F. paloise a lancé une future lauréate de Gr1, Tawkeel (Teofilo), qui a ouvert son palmarès le 3 janvier 2020 avant de décrocher le Prix Saint-Alary. L’année dernière, le 28 novembre (soit le même jour que le premier succès d’Enable), Daniel Zarroli avait couru Shantisara (Coulsty)  dans un réclamer sur la P.S.F. de Chantilly, après des débuts corrects sur le gazon de Compiègne. On connaît la suite de l’histoire. Elle a gagné par cinq longueurs et est partie vers Calas pour 35.555 €. Pendant l’hiver, Shantisara a couru trois fois en France sur les P.S.F. de Marseille-Vivaux et Cagnes-sur-Mer avant de voler pour les États-Unis où elle a remporté les Jockey Club Oaks et la Queen Elizabeth II Challenge Cup (Grs1).

La première de Cirrus des Aigles. La fibrée de Cagnes a été le théâtre du premier succès du glorieux Cirrus des Aigles (Even Top) le 29 janvier 2009. Il en était à sa sixième sortie et il a aligné 21 autres victoires, dont sept Grs1, pour 7,26 millions d’euros. L’hiver cagnois avait aussi servi de tremplin au futur lauréat du Prix du Jockey Club Saônois (Chichicastenango) qui avait ouvert son palmarès sur la P.S.F. de Deauville en octobre dans un réclamer (pas de bulletins à 25.000 €) et avait remporté une course B sur le même parcours le 21 décembre 2012.