Le mot de la fin : Kimura

Le Mot de la Fin / 07.12.2021

Le mot de la fin : Kimura

Kazushi Kimura est arrivé au Canada en 2017 après avoir fait ses classes à l’école des jockeys de Shiroi. Un apprenti japonais à Woodbine, ça sonnait comme une blague mais le garçon a gagné sa place parmi les bons, et dimanche, avec un coup de trois il a remporté son premier titre de champion jockey sur l’hippodrome de Toronto avec 138 victoires, c’est-à-dire 54 de plus que son ami Rafael Hernandez. Kazushi Kimura a appris l’anglais et l’espagnol, nécessaires pour se faire comprendre dans les écuries, et il a gravi les échelons. Il est resté fidèle à Woodbine, malgré quelques opportunités de partir aux États-Unis après son Eclipse Award comme meilleur apprenti en 2019. Le jeune pilote, 22 ans, a déclaré : « C’était mon rêve. Il faut bien monter, avoir un bon soutien des entraîneurs et propriétaires tout au long de la saison. Cette année j’ai progressé et les professionnels m’ont beaucoup soutenu. » Kimura avait connu une saison difficile en 2020, après avoir perdu sa décharge, mais il a trouvé la force de repartir sous la férule de son agent, Jordan Miller, qui a dit : « Il faisait des petites fautes. Il a appris de ses défaites et il a progressé. Les courtes défaites se sont transformées en courtes victoires et c’est pour ça qu’il a gagné le titre. » Les détails sont très importants dans la culture japonaise.