Le mot de la fin : records

Le Mot de la Fin / 06.12.2021

Le mot de la fin : records

Dimanche soir, à la fin de la deuxième session de la vente marathon de Deauville, un record a été battu : le marché européen des pouliches et poulinières a affiché un chiffre d’affaires de 127,84 millions d’euros, soit une hausse de 1,39 million par rapport à 2013, l’année du précédent record. Et on le doit à Arqana ! Car cette, année, Tattersalls (avec 77,51 M€) a fait quasiment jeu égal avec 2013, lorsque furent vendues à Newmarket cinq millionnaires dont la championne aux deux Grs1 Immortal Verse (Pivotal), pleine de Dansili (Danehill), pour 4,7 millions de Guinées (5,77 M€), ainsi que la gagnante d’Oaks Dancing Rain (Danehill Dancer), pleine de Frankel (Galileo), pour 4 millions de Guinées (4,91 M€). Goffs avait enregistré un chiffre d’affaires de 25,74 millions, dont 12,73 pour la seule dispersion de Paul Makin, laquelle offrait notamment la classique Chicquita (Montjeu), achetée six millions par Coolmore. Cette année-là, Arqana avait réalisé un bon score (23,01 millions), mais aucun lot n’avait dépassé le million. La progression de Deauville cette année est de 48 % par rapport à 2013, avec un chiffre d’affaires de 34,11 millions, dont 11,5 millions pour les cinq lots millionnaires. Les records dans le sport sont toujours le résultat d’un alignement favorable des planètes : le vent, la bonne température, le déroulement de la compétition, les conditions de la piste et celle de l’athlète. Il en va de même pour les ventes. En 2021, nous avons eu la chance de voir beaucoup de bonnes femelles non issues des superpuissances arriver sur le marché. Il ne manquait qu’une condition : trouver des investisseurs. Chose faite. Dans la colonne des acheteurs à plus d’un million (dix), on trouve sept entités différentes : un autre record.    

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.