Ebaiyra sur la vague des pouliches de Maître Alain

International / 08.12.2021

Ebaiyra sur la vague des pouliches de Maître Alain

La française Ebaiyra (Distorted Humor) attend sagement le grand dimanche de Sha Tin. Si elle l’emporte, elle offrira un dernier Gr1 à Alain de Royer Dupré. En 2009, Maître Alain avait déjà frappé un grand coup. Il avait remporté le Hong Kong Vase avec l’invaincue Daryakana (Selkirk), âgée de 3ans et dont les débuts avaient eu lieu cinq mois plus tôt dans une course d’inédites à Clairefontaine.

Le bilan d’Alain de Royer Dupré dans les Longines Hong Kong International Races est plus que bon : 21 partants, deux gagnants (le deuxième est Pride) et sept places dans les trois premiers, dont quatre acquises avec des femelles. Le prochain acte, à savoir le tirage au sort des places à la corde, aura lieu jeudi.

Un match asiatique. Il s’agira du 23e meeting de Hongkong sous ce format de quatre courses. Et depuis sa création, il a en réalité beaucoup évolué et même pris de l’envergure. Les locaux ont remporté 23 courses sur 40 depuis 2011, avec un grand chelem en 2018. Le Japon compte onze victoires et l’Europe six (trois pour l’Irlande, deux pour la France et une pour l’Angleterre). La place du meeting dans le calendrier est très favorable aux chevaux entraînés en Asie, lesquels arrivent au rendez-vous à un moment clé de leur saison. Mais contrairement aux premières éditions, il est désormais impossible aux bons petits chevaux un peu limités de triompher. Cela est notamment dû à Godolphin, qui aborde le meeting différemment, mais aussi à l’Australie. Si son dernier succès remonte à 2001, avec le sprinter Falvelon (Alannon), l’Australie a toutefois remporté la bataille commerciale. En effet la majorité des meilleurs chevaux de Hongkong viennent d’Océanie et sont souvent achetés inédits afin de mieux exploiter le très riche programme local.

Golden Sixty, le héros local. Le champion du pays, Golden Sixty (Medaglia d’Oro), correspond à ce profil. Arrivé fin octobre 2018, il a fait ses débuts dans un handicap de Classe 4 avec le rating de base (52). Sa seule défaite a eu lieu lors de sa quatrième sortie. Il arrive en grandissime favori dans le Mile (Gr1), la course qu’il avait gagnée à la minuscule cote de 0,30/1. Mardi matin, à Sha Tin, le pensionnaire de Francis Lui, associé à son pilote, Vincent Ho, a galopé sur le gazon, en effectuant les derniers 400m en 22’’30. L’entraîneur a déclaré : « Il est fin prêt. J’avais demandé à Vincent de le faire galoper un peu et le cheval a bien répondu. Il fera le même travail vendredi. » Golden Sixty, lundi, avait déjà fait comprendre au jockey qu’il avait envie : il l’avait mordu après un canter de routine… Dimanche, Golden Sixty peut battre le record de victoires à Hongkong (18) qu’il détient avec deux champions qui ont marqué l’histoire, Beauty Generation (Road to Rock) et Silent Witness (El Moxie). Tous deux ont réussi le doublé dans les grandes courses du meeting : le premier a remporté le Mile en 2017 et 2018, alors que celui considéré comme le "premier héros de Hongkong" avait décroché en invaincu le Sprint en 2003 et 2004, avec à la clé une série de 17 succès consécutifs.

Neuf gagnants de Gr1 pour le Japon. Le Mile est la plus belle course du meeting, même si l’Europe ne pourra compter que sur Mother Earth (Zoffany), pour qui il s’agira du dixième Gr1 de la saison. Golden Sixty sera opposé à quatre japonais, dont les gagnants de Gr1 Indy Champ (Stay Gold), Salios (Heart’s Cry) et Danon Kingly (Deep Impact), qui avait battu Gran Alegria (Deep Impact) au mois de juin. Le quatrième est Vin de Garde (Deep Impact et la française Skia), quasiment du même niveau. Le Japon sera représenté dans toutes les courses par un total de 12 chevaux, dont neuf gagnants de Gr1. Les trois à être au départ du Sprint ont tous brillé au plus haut niveau. Danon Smash (Lord Kanaloa) est le tenant du titre, alors que les pouliches Pixie Knight (Maurice) et Resistencia (Daiwa Major) ont composé le jumelé gagnant des Sprinters Stakes. Le lauréat de 2019, Glory Vase (Deep Impact), est le meilleur des deux au départ du Vase, tandis que dans la Cup, Yoshito Yahagi, le plus international des entraîneurs japonais, peut remporter son premier succès dans ce meeting avec Loves only You (Deep Impact), laquelle a réalisé une performance historique dans le Breeders’ Cup Filly & Mare Turf (Gr1).

Le Vase, la course des européens. Les six victoires européennes depuis 2011 se sont toutes produites dans le Vase. L’Angleterre présente Pyledriver (Harbour Watch), qui arrive bien frais au rendez-vous. Il a remporté la Coronation Cup (Gr1) et a passé l’été dans du coton suite à des problèmes musculaires. Sa rentrée sur la P.S.F. de Lingfield a été très bonne. Pour contrer Ebaiyra, Aidan O’Brien présente Mogul (Galileo), le tenant du titre mais décevant cette saison. La dernière victoire européenne dans la Cup remonte à 2010. On la doit à la pouliche Snow Fairy (Intikhab), alors âgée de 3ans, dont il s’agissait du quatrième Gr1 remporté dans un quatrième pays différent. L’Europe peut compter sur un trio de jeunes. Dubai Honour (Pride of Dubai), dauphin de Sealiway ** (Galiway) dans les Champion Stakes (Gr1), devrait montrer qu’il n’est pas qu’un pur nageur. Mac Swiney (New Approach), lauréat des Irish 1000 Guineas (Gr1), n’était pas loin à Ascot. Bolshoi Ballett (Galileo) a décroché son Gr1 aux États-Unis. Quand le Hong Kong Jockey Club avait lancé son meeting international en 1999, des chevaux de leur niveau étaient presque imbattables. Mais l’histoire n’est plus la même et une victoire pour le Vieux Continent est déjà un bon résultat.   

Longines International Jockeys’ Championship

Badel et Barzalona dans la nuit des pilotes

Quatre courses, douze jockeys, la piste "tourniquet" de Happy Valley et les lumières de Hongkong : voici la formule du Longines International Jockeys’ Championship, l’événement qui fait le bonheur des turfistes locaux. Cette année, deux Français seront en piste. Il s’agit d’Alexis Badel, qui a gagné sa place sur le terrain (il est troisième du classement des jockeys à Hongkong) et Mickaël Barzalona. Le dernier succès des tricolores remonte à 2009, quand Christophe-Patrice Lemaire avait fait jeu égal avec Ryan Moore et Johnny Murtagh. Le tirage au sort des montes est très important, même si les quatre courses sont des handicaps. Mickaël Barzalona n’a pas eu beaucoup de chance : il a hérité d’un gros outsider dans la première épreuve, du deuxième favori, Meaningful Star (Pivotal), dans la troisième, et de deux autres capables de prendre une petite place. Affiché à 21/1 au betting de ce tournoi, il est le plus gros outsider. Le tirage au sort a été plus favorable à Alexis Badel. Il montera le favori, Fabulous Eight (Dream Ahead), dans la première étape, et aussi deux autres bonnes chances. Il est à 8/1. Les parieurs locaux ont du mal à choisir entre Ryan Moore, qui sera associé au favori de la deuxième épreuve, Ai One (Shocking), et a hérité de trois autres bonnes montes, et le tenant du titre, Zac Purton. Aucun favori ne lui sera associé, mais il peut prendre des points dans toutes les courses. La victoire vaut 12 points, la deuxième place, 6, et la troisième, 4.    

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.