Saint-Malo opère sa mue

Autres informations / 17.12.2021

Saint-Malo opère sa mue

Saint-Malo opère sa mue

Dans les tuyaux depuis près de dix ans, les travaux de réaménagement de l’hippodrome de Saint-Malo ont officiellement démarré il y a quelques semaines. S’ils ne concernent ni les pistes ni les tribunes directement, ils vont quand même modifier en profondeur le visage du site.

Un vaste projet d’urbanisme concernant le quartier de l’hippodrome de Marville, et à l’étude depuis plusieurs années, s’est soudainement accéléré après les dernières élections municipales de 2020. « Cela faisait très longtemps que nous en parlions, quasiment depuis mon arrivée à la tête de la Société de courses, en 2011 », nous a confié Gilles Caroff. Le projet, qui prévoit notamment la création de nouveaux logements dans le quartier, impliquait d’importants changements pour l’hippodrome. Et comme le site appartient à la municipalité de Saint-Malo, tout en étant entretenu par la Société des courses, cette dernière n’avait pas trop son mot à dire. Si ce n’est au sujet du financement, comme nous l’a expliqué Gilles Caroff : « L’ancienne équipe municipale voulait que l’enveloppe totale, qui avoisine les 3 millions d’euros, soit répartie ainsi : un tiers à notre charge, un tiers à la charge de la Fédération nationale et le dernier à la charge de la mairie. Bien évidemment, cette formule ne convenait ni à la Société des courses qui n’avait rien demandé ni à la Fédération. L’arrivée du nouveau maire, Gilles Lurton [Les Républicains, ndlr], pourtant proche politiquement de l’ancienne équipe a changé la donne. Il nous a entendus et il a été voté que le montant des travaux serait intégralement pris en charge par la mairie. »

Des travaux en deux phases et jusqu’en 2023. Annoncé en bonne voie durant l’été, le projet a donc été acté lors d’un conseil municipal fin septembre et les travaux ont pu démarrer en novembre. Comme Saint-Malo court du mois d’avril à la fin août, le chantier s’articule en deux phases, de manière à ne pas perturber l’organisation des courses. « La première phase, qui vient d’être lancée, s’arrêtera au mois de mars 2022, puis nous entamerons la deuxième à partir de septembre jusqu’en mars de l’année suivante, nous a expliqué le président. Nos installations étaient dispersées et ce projet va nous permettre de les réunir. Les boxes que nous allons démolir pour laisser place au projet de la mairie vont être reconstruits près de nos autres boxes. Ainsi, ils seront tous regroupés, contrairement à avant. L’autre grand changement concerne le rond de présentation. Il était juste derrière les tribunes et sera désormais devant celles-ci. Ces deux modifications vont donc considérablement améliorer le confort des professionnels, mais aussi celui du public. Enfin, nous allons en profiter pour construire un nouveau salivarium, car celui que nous avions avant n’était plus adapté. » À partir de septembre 2022, date qui correspond au lancement de la deuxième phase des travaux, un nouveau bâtiment technique qui abritera la salle des balances, la salle des commissaires ou encore les vestiaires des jockeys sera construit. « Il sera prêt avant le début de la saison 2023, nous a précisé Gilles Caroff. Dès lors, toute la partie est sera réservée aux professionnels et la partie ouest au public. Ces travaux vont rendre le site beaucoup plus fonctionnel et moderne qu’il ne l’était. Et surtout, le fait que ces travaux soient pris en charge nous permet d’avancer sur d’autres dossiers. »

Un outil de qualité à venir. Avec neuf réunions au Galop dont quatre premium, la Société de courses de Saint-Malo va donc également essayer de monter en gamme sur le plan sportif. Au Galop, l’année 2021 a notamment été marquée par l’annulation d’une réunion au mois de juillet en raison d’un souci de tracé. Morgane Aubry, régisseuse de l’hippodrome depuis deux ans, nous a expliqué : « Tout est rentré dans l’ordre. Nous avons fait appel à un géomètre et posé des lices neuves. Nous avons aussi mené à bien d’autres investissements pour améliorer la qualité de nos pistes. C’est un sujet sur lequel nous avançons constamment. En 2022, nous accueillerons quinze réunions au total, le même nombre qu’en 2021, mais avec une premium de plus au Trot. Si nous continuons nos efforts sur les pistes, en 2023, lorsque les travaux seront finis, les professionnels devraient bénéficier d’un outil de tout premier plan. » Avec le nouveau projet orchestré par la mairie, une voie verte menant au port et au centre-ville sera également construite et traversera l’hippodrome. La fréquentation, déjà plus que correcte certaines journées d’été (jusqu’à 6.000 personnes pour l’épreuve de GNT), devrait donc augmenter, surtout si le sportif est au rendez-vous.