Une année au galop, tome VI : simplement indispensable

Courses / 01.12.2021

Une année au galop, tome VI : simplement indispensable

288 pages de pure émotion : le sixième tome d’Une Année au Galop, le Yearbook édité par Jour de Galop, est sorti ! Vous rêvez de le trouver sous votre sapin de Noël ? Nous vous conseillons de le commander avant le 14 décembre, en cliquant sur ce lien.

En attendant de recevoir le précieux colis, nous vous proposons cette semaine quelques extraits de ce livre indispensable.

(VINCENT O’BRIEN NATIONAL STAKES & DEWHURST STAKES)

Un "FR" Champion d’Europe !

Que c’est bon, que ça fait du bien ! Le meilleur 2 ans européen a été élevé en France. Il s’appelle Native Trail, et il est l’œuvre de José et Sandra Delmotte, qui ont créé le haras d’Haspel il y a une quinzaine d’années seulement. Toisant plus de 1,70 mètre, ce gigantesque poulain, acquis par Godolphin, semble courir contre ses enfants, physiquement parlant. Pourtant, malgré cette stature hors du commun, Native Trail va vite, très vite. Il est invaincu en quatre sorties, a gagné les Vincent O’Brien National Stakes de plus de trois longueurs, et a été tout aussi impressionnant dans les Dewhurst Stakes. Un doublé rare, forcément réalisé par un 2 ans d’exception, comme l’ont été avant lui des monstres comme Teofilo, New Approach ou Pinatubo.

(3 OCTOBRE, PRIX DE L’OPÉRA LONGINES)

Rougir de plaisir

Il faut la voir à la lutte, les oreilles dans le poil, le centre de gravité le plus bas possible, pour comprendre à quel point Rougir aime la compétition ! C’est ce qui explique sans doute sa grande régularité au meilleur niveau, dont le point d’orgue avait été jusqu’à présent sa victoire dans le Prix des Réservoirs, obtenue deux semaines et demie après sa troisième place dans le Qatar Prix Marcel Boussac. Rougir avait alors 2 ans, mais elle est revenue tout aussi volontaire à 3 ans et, dans le Prix de l’Opéra Longines, elle a enfin trouvé la récompense à ses efforts ! Il lui a fallu du courage pour venir à bout de la résistance de Grand Glory. Mais du courage, Rougir n’en manque pas et c’est d’un nez qu’elle a offert un premier Groupe 1 à la révélation de l’année chez les entraîneurs, Cédric Rossi. La famille Chehboub rêve déjà d’Amérique et de Breeders’ Cup avec sa pouliche de cœur…

(22 AOÛT, DARLEY PRIX JEAN ROMANET)

Avec un G, comme Groupe 1

Quelle jument plus que Grand Glory méritait de remporter un Groupe 1 ? La représentante d’Albert Frassetto, de John d’Amato et de Mike Pietrangelo, désormais âgée de 6 ans, est présente au meilleur niveau depuis trois ans, quand elle se classait troisième du Prix de Diane Longines de Channel, qui se consacre depuis plusieurs saisons à son nouveau métier de maman ! Grand Glory, elle, ne ménage pas ses efforts. Et c’est à Deauville, lors du dernier Groupe 1 du meeting deauvillais, qu’elle a enfin trouvé le Graal. Au courage, forcément, à la lutte, évidemment ! Une courte tête seulement l’a séparée d’Audarya. Peu importe l’écart. C’était enfin le grand jour de Grand Glory. Gianluca Bietolini, son entraîneur, est comme un gosse. Et Deauville ferme ses portes sur une victoire de l’entraînement français. Grande !

(7 NOVEMBRE, PRIX LA HAYE JOUSSELIN

Poly voit enfin grand

Poly Grandchamp s’est découvert une âme de gagneur à 9 ans ! Le valeureux bai aux éternelles œillères semblait abonné aux places dans les tournois majeurs. Toujours là, mais rarement sur la plus haute marche du podium… Dans ce Prix La Haye Jousselin, associé pour la première fois à Bertrand Lestrade, le cheval de la famille Papot a montré un visage insoupçonné : celui d’un cheval qui a tout donné pour battre un Carriacou remarquable ! Les deux doyens de la course n’ont laissé aucune chance à leurs cadets, et Le Berry, si flamboyant dans le Prix Héros XII, n’a pu qu’assister de loin à leur empoignade finale… Il faut dire que Poly Grandchamp portait une casaque de plume en ce week-end des 48 Heures de l’Obstacle : gagnants de trois courses lors de la première journée, dont le Grand Prix d’Automne, les losanges bleus et verts sont passés tout près d’un doublé de Groupe 1 le dimanche, avec la deuxième place à une courte tête de Sel Jem dans le Prix Maurice Gillois…

(23 MAI, PRIX FERDINAND DUFAURE)

Petit cheval, grand cœur

Il n’est pas bien grand, Le Listrac. Alezan, une liste en tête, deux balzanes. Vous le voyez dans un pré, vous ne pouvez pas imaginer ce dont il est capable en piste ! Alors qu’il découvrait les gros obstacles d’Auteuil, il avait gagné le Prix Jean Stern. Un mois plus tard, on retrouve le représentant de la famille Carion au départ du Prix Ferdinand Dufaure. Le sommet du premier semestre pour les 4 ans sur le steeple. Lucas Zuliani, 18 ans, a monté une longue course d’attente. Il fallait absolument préserver la pointe de vitesse finale de son partenaire. Le plan a marché à merveille. Le couple a pris le meilleur à la réception de la dernière haie. Le plus dur était fait ! Le Listrac a filé au poteau et sa compagne de box L’Aubonnière, remarquable finisseuse pourtant, n’a pu que le regarder filer vers le succès. Premier Groupe 1 pour le jeune jockey, sous l’une des casaques mythiques de l’obstacle français, celle portée il y a des années par La Sabotière, Le Chablis ou Le Sauvignon

Illustration 6