135e Grand Prix de Pau-Biraben Foie Gras (Prix André Labarrère) (Gr3) : Happy Monarch, la grande première du trio Nicolle-Lestrade-Devin

Courses / 23.01.2022

135e Grand Prix de Pau-Biraben Foie Gras (Prix André Labarrère) (Gr3) : Happy Monarch, la grande première du trio Nicolle-Lestrade-Devin

Pau, dimanche

Pour sa première participation à un Groupe, Happy Monarch (Saint des Saints) a remporté le 135e Grand Prix de Pau (Gr3), couru à guichets fermés compte tenu des restrictions sanitaires. Il a offert un premier succès dans cette épreuve à son entraîneur, François Nicolle, à son jockey, Bertrand Lestrade, et à sa propriétaire-éleveuse, Antonia Devin. Jamais aussi fort que lorsqu’il est aux avant-postes, concerné par la course, Happy Monarch a gagné en patron devant quatre chevaux qui avaient dormi une bonne partie de l’épreuve. Il va maintenant courir le Prix Robert de Clermont-Tonnerre (Gr3), tout comme sa dauphine, Ferronnière (Network), et le troisième, Eddy de Balme (Cachet Noir).

En patron. Annoncé comme un cheval de Groupe à Auteuil dans sa jeunesse, Happy Monarch n’a pas toujours pu afficher sa bonne valeur. Mais, au rond de présentation, dimanche, il est arrivé resplendissant. En piste, il l’a été aussi. D’abord deuxième derrière le fougueux Lateranito (Martaline), il a profité d’une faute de celui-ci à la rivière des tribunes pour prendre les commandes, les oreilles pointées. Il a parfaitement négocié le dernier passage de la ligne d’en face. Dans le tournant final, il a contré Hispanic Moon (Spanish Moon), puis Ferronnière sur le plat et il a filé au poteau pour l’emporter de deux longueurs. Son compagnon d’entraînement Eddy de Balme a été pris de vitesse, d’autant plus que l’allure était très rapide en début de course. Mais il a tracé une belle ligne droite pour prendre la troisième place.

Du travail d’orfèvre. Happy Monarch n’avait pas été très convaincant dans le Prix Château de Pau, à la mi-décembre, en finissant troisième. Mais son entraîneur l’a amené au top au bon moment. Un plan sans accroc. Entraîneur de Happy Monarch, mais aussi d’Eddy de Balme, François Nicolle, les bras chargés de produits Biraben pour son plus grand plaisir, nous a dit : « Happy Monarch court très bien. Le fait d’aller devant a été positif car il n’aime pas subir. Et puis Bertrand [Lestrade, ndlr] le connaît par cœur. Nous avons fait du bon boulot en lui faisant effectuer une petite rentrée sage pour qu’il prenne bien ses marques. Ensuite, on est monté dans les tours et on est arrivé au top pour la bonne. Il méritait une telle victoire. Il a eu des combats assez durs et, par le passé, on ne l’avait pas aussi bien que je l’ai en ce moment. Quand je l’ai vu entrer dans le rond, je me suis dit que ça n’allait pas être la même limonade. À mi-parcours, je le voyais sauter et je me suis dit qu’il allait gagner. Je ressentais un cheval fluide et sérieux sur ses obstacles, serein en course. Malgré le rythme, j’ai vu que Bertrand reprenait un moment dans le parcours : c’est le genre de choses qui donne un moral d’acier aux chevaux. Eddy de Balme a fait une très belle rentrée car il a été pris de vitesse durant tout le parcours. Malgré cela, il a eu un cœur énorme pour aller jusqu’au bout. Pourtant, en face, je commençais à me poser des questions sur lui. Il va être parfait pour le Prix Robert de Clermont-Tonnerre, dans lequel Happy Monarch devrait être aussi de la partie. »

Une fraîcheur qui a fait la différence. Lui aussi gagnant de son premier Grand Prix de Pau, Bertrand Lestrade a déclaré au sujet d’un Happy Monarch qu’il connaît sur le bout des doigts : « Nous avons vraiment tout axé là-dessus, et je pense que François a pris la bonne initiative de le courir frais. J’ai eu une bonne course et j’ai fait les bons choix, mais le cheval était dans une forme resplendissante : au rond, il était transcendé ! François ne m’a pas donné d’ordres, il m’a laissé faire. Bravo à toute l’équipe, l’année est bien lancée ! »

Ferronnière : petits bras dans le parcours, gros bras dans la ligne droite. Comme beaucoup de concurrents de ce Gr3, Ferronnière n’avait pas son terrain préféré ce dimanche. Mais elle avait déjà bien fait sur des pistes juste très souples. Elle a longuement patienté à l’arrière-garde avant de faire mouvement seulement dans le tournant final. Elle a alors fini très vite entre l’avant-dernière haie et le poteau pour se classer deuxième. Son entraîneur, Gabriel Leenders, nous a déclaré : « Nous nous étions dit que nous n’avions pas la marge d’autres concurrents et qu’il fallait donc longer les murs. S’ils allaient trop vite en face, nous pensions qu’ils reviendraient à nous et c’est ce qu’il s’est passé. La stratégie a été parfaite car nous avons doublé les battus et elle a très bien fini. Elle a tellement de cœur… Je suis content pour sa cavalière, qui l’adore. C’est fabuleux car ses propriétaires sont éleveurs et elle est maintenant placée de Groupe. Elle est tellement en forme en ce moment que j’ai envie d’aller sur le Prix Robert de Clermont-Tonnerre. Nous allons voir avec ses propriétaires, mais c’est une option. On pourrait aussi aller à Compiègne, où les lots sont plus intermédiaires. »

Deo Gratias (Saddler Maker) a fait le petit parcours, se rapprochant à un tour de l’arrivée derrière les animateurs. Elle a donné un bon coup de reins, mais n’a rien pu faire contre les trois premiers, et elle prend une bonne quatrième place. Pour la deuxième fois, elle a fait l’arrivée de ce Grand Prix et aurait certainement donné chaud au lauréat sur une piste lourde. Hispanic Moon a eu une course idéale, longeant la corde, avant de venir deuxième à un tour. Elle a fait sa course, mais n’a simplement pas tenu la distance.

Un fils de Ladies Choice. Élevé par sa propriétaire, Happy Monarch est un fils de Saint des Saints (Cadoudal), étalon au haras d’Étreham, et de Ladies Choice (Turgeon), lauréate de cinq courses en obstacle dont le Prix Fleuret (Gr3) et deuxième des Prix Jean Stern (Gr2), Duc d’Anjou et Christian de Tredern (Grs3). C’est le frère de Kings Cross (King’s Theatre), vainqueur à trois reprises sur les gros obstacles, et surtout le propre frère de Lord du Mesnil, lauréat du Grand National Trial Handicap Chase (Gr3).

La deuxième mère, Ladies View (Comrade in Arms), a gagné cinq courses dont le Prix Duc d’Anjou (Gr3). Outre Ladies Choice, elle a donné Ladytown (Turgeon), lauréate du Prix Prince d’Écouen (L) et troisième du Prix Christian de Tredern, Ladies Vision (Turgeon), deuxième du Prix Finot (L), et Ladies Wish (Turgeon), à l’origine de Dream Wish (Dream Well), gagnant du Prix Congress (Gr2).

La troisième mère, Ballyshannon (Rex Magna), est notamment l’aïeule du champion Shannon Rock (Turgeon), vainqueur du Prix La Haye Jousselin et deuxième à quatre reprises du Grand Steeple-Chase de Paris (Grs1).

 

 

 

Green Dancer

 

 

Cadoudal

 

 

 

 

Come to Sea

 

Saint des Saints

 

 

 

 

 

Pharly

 

 

Chamisène

 

 

 

 

Tuneria

HAPPY MONARCH (H7)

 

 

 

 

 

 

Caro

 

 

Turgeon

 

 

 

 

Reiko

 

Ladies Choice

 

 

 

 

 

Comrade in Arms

 

 

Ladies View

 

 

 

 

Ballyshannon