<span class="highlightSearchResult">Dylan</span> <span class="highlightSearchResult">Salmon</span> : objectif Auteuil 

Courses / 06.01.2022

Dylan Salmon : objectif Auteuil 

À 21 ans, Dylan Salmon n'est pas encore connu grand public. Mais c'est l'un des apprentis qui montent. Et il s'apprête à conclure son deuxième meeting d'obstacle de Cagnes-sur-Mer.

Jour de Galop. - Quel pré-bilan faites-vous de votre deuxième meeting à Cagnes-sur-Mer ?

Dylan Salmon. - Honnêtement, j'ai le sentiment d'avoir réalisé un très bon meeting. Pour mon patron, Julien Mérienne, j'ai gagné quatre courses. Je compte également une victoire pour un autre entraîneur. De plus, une clientèle extérieure semble se mettre en route. J'ai aussi un bon taux de réussite dans les cinq premières places. Plus globalement, mon année est également excellente. En 2020, l'année où j'ai découvert les courses en compétition, je n'ai fait qu'un gagnant. En 2021, j'ai passé le poteau en tête à 17 reprises ! Cela se passe vraiment bien. Cette année, la rencontre avec Nicolas Paysan m'a beaucoup aidée. Il me sollicite très régulièrement. Ensemble, nous avons gagné quelques courses dont le Prix de l'Avenir (Gr3 AQPS) à Nantes.

Depuis combien de temps êtes-vous au service de Julien Mérienne ?

Cela va faire environ deux ans. Nous nous entendons bien. Chaque matin, je suis à cheval chez lui. Cela me permet de progresser et de bien connaître les chevaux de l'écurie. À la base, je n'avais pas été recruté pour monter en obstacle, mais cela s'est fait naturellement.

Monter en obstacle, c'est un choix ou une obligation ?

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce n'est pas un problème de poids qui m'a dirigé vers l'obstacle. Je monte même parfois en plat. Mais, j'ai choisi cette discipline pour l'adrénaline et les sensations que cela procure ! Je suis un vrai amoureux de l'obstacle.

Avez-vous recours à un agent ?

Non, pas pour le moment. À vrai dire, je suis en pleine recherche, mais je n'ai pas encore trouvé. D'autant plus que cette année, j'ai de plus en plus de clients, donc avoir un agent ne serait pas refus. Lorsque nous sommes en meeting, il est toujours plus simple de dénicher des montes car nous sommes ensemble en permanence.

Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?

Ma mère a toujours été passionnée de courses hippiques. Ensemble, nous allions sur les hippodromes lorsque j'étais plus jeune. À force de les fréquenter, je me suis laissé tenter avec comme ambition d'en faire mon métier. D'origine mayennaise, j'ai donc fait un CAP et un Bac Pro au C.F.A. de Laval. Durant cette période, j'étais au service d'Étienne & Grégoire Leenders. Malheureusement, je n'ai pas eu la chance de pouvoir débuter en course. Le déclic s'est fait quand je suis rentré au service de Julien Mérienne.

Qui sont vos modèles dans la profession ?

C'est original, mais mes modèles sont mes trois meilleurs amis, Baptiste Le Clerc, Augustin Madamet et Enzo Crublet. Ensemble, nous regardons toujours toutes nos courses et nous nous disons toutes nos erreurs. Cela nous permet de nous renforcer et de progresser. C'est une rencontre qui s'est effectuée à l'école.

Comment imaginez-vous votre avenir ?

En 2022, j'espère pouvoir remporter ma première course sur l'hippodrome d'Auteuil ! Cela sera très certainement mon plus gros objectif de l'année. Je me suis fixé également comme objectif de ne pas forcément monter beaucoup plus, mais de décrocher un peu plus de victoires. Avoir entre vingt-cinq et trente succès, cela serait vraiment super...

Pour conclure, Aurez-vous de belles cartouches dans la dernière réunion prévue dimanche ?

Dans le Prix Christian Fornaroli (Haies), j'aurai normalement Dame Eboshi (Joshua Tree), une pouliche qui avait débuté sur les obstacles par une cinquième place à Cagnes. Ensuite, pour sa deuxième sortie, elle a gagné plaisamment. Dimanche, le lot est correct, mais je l'aime beaucoup. Pour mon patron, j'aurais également Keldoz d'Humour (Pedro the Great). Lors de sa dernière sortie, il nous a bien rassurés. En dernier lieu, il n'a pas aimé le terrain. Cependant, dimanche, je le pense capable de décrocher une belle allocation.

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.