En Régions : une grande année commence pour la Guadeloupe

Courses / 06.01.2022

En Régions : une grande année commence pour la Guadeloupe

Après une pause d’un peu plus de deux mois, l’hippodrome de Karukera va rouvrir ses portes dimanche. André Jacoby-Kaoly, président de la Société des courses de Guadeloupe depuis plus de 20 ans, nous présente la première réunion d’une saison dont le point d’orgue sera l’inauguration du nouveau centre d’entraînement.

Jour de Galop. – État d’urgence sanitaire, retour du couvre-feu, blocages et manifestations contre l’obligation vaccinale… Malgré tout, allez-vous pouvoir organiser la réunion du dimanche 9 janvier ?

André Jacoby-Kaoly. – La situation s’est considérablement apaisée par rapport au mois de décembre, et jusqu’à nouvel ordre, nous pouvons courir dimanche. Le couvre-feu, de 22 h à 5 h du matin, qui entrera en vigueur vendredi, ne nous concerne pas vraiment puisque la réunion se terminera bien plus tôt. En revanche, la jauge a été fixée à 2.000 personnes. Même s’il s’agit de la première réunion de l’année, celle-ci, traditionnellement, n’attire pas grand-monde, donc là encore ce n’est pas vraiment un problème.

Allez-vous quand même réussir à faire le plein de partants ?

Au total, sur les sept courses [une au trot et six au galop, ndlr] que nous organisons dimanche, nous devrions atteindre la soixantaine de partants. Un chiffre très correct. Parmi eux, plusieurs viendront de Martinique, comme très souvent. Comme l’année dernière, les déplacements sont possibles. Et puis, les jockeys de métropole qui ont l’habitude de venir chez nous seront encore présents. Ils sont tous vaccinés et peuvent voyager normalement [ils doivent aussi justifier d’un test PCR ou antigénique négatif de moins de 24 heures avant le décollage, ndlr].

En raison de la pandémie, les importants chantiers que vous aviez lancés et qui concernent le centre d’entraînement et l’hippodrome ont pris du retard. Où en êtes-vous à l’heure actuelle ?

Effectivement, le centre d’entraînement aurait dû être livré en mars 2021. Mais il ne s’agit ici que d’un problème de calendrier en réalité. La première tranche a bien été livrée, mais pas la deuxième, et normalement, notre centre d’entraînement sera inauguré au cours du deuxième trimestre 2022, c’est-à-dire dans quelques mois. Nous disposerons de 120 boxes et les entraîneurs bénéficieront de très bonnes conditions de travail. Au sujet de l’hippodrome, projet attendu depuis une bonne trentaine d’années, courant 2022 les travaux débuteront. Je rappelle qu’ils concernent la reconstruction des tribunes et une nouvelle piste avec un tracé plus long et des tournants mieux dessinés. La capacité d'accueil dans les tribunes passera de 400 à 700 personnes et il y aura une piste de trot et une de plat.

En métropole, nous avons assisté à une baisse des effectifs. Qu’en est-il en Guadeloupe ?

Globalement, je dirais que les effectifs se maintiennent. Nous tournons actuellement autour de 80 chevaux à l’entraînement. Mais là où je suis plus inquiet, c’est au sujet de la fréquentation de notre hippodrome. En 2021, neuf de nos 12 réunions ont eu lieu à huis-clos, ce qui est très pénalisant pour nous car beaucoup de Guadeloupéens sont passionnés par les courses. L’un des enjeux pour notre Société, quand la situation sanitaire le permettra, sera de faire revenir les gens sur le champ de courses. Cela s’annonce compliqué car certaines habitudes ont été prises, mais je garde espoir.

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.