Le mot de la fin : quatorzième

Le Mot de la Fin / 02.01.2022

Le mot de la fin : quatorzième

C’est un phénomène qui dure depuis longtemps et dont rien ne semble pouvoir enrayer la marche. Plus les années passent, plus la différence entre les allocations en Europe et celles des autres régions du globe se creuse. Et on le sait, les bons chevaux sont exportés là où il y a le plus d’argent. Ainsi, selon les gains, Frankel devance son père, Galileo, au classement britannique des étalons. Et en Europe, il est tête de liste devant Sea the Stars. Or au niveau mondial, Frankel n’est que 14e !  Parmi les dix produits de Frankel qui ont pris le plus de gains en 2021, pas moins de cinq sont entraînés hors d’Europe. Il s’agit du japonais Grenadier Guards, des lauréats de Gr1 en Australie Hungry Heart et Converge, de l’américain State of Rest et de Seven Heavens qui a gagné deux handicaps à Hongkong… Le cas de Siyouni (Pivotal), tête de liste en France, est encore plus impressionnant. Il est 45e au classement mondial avec 9,59 millions (8,42 M€), dont 2,61 décrochés par l’irlandais St Mark’s Basilica. Parmi les 10 Siyouni les plus riches, un seul est entraîné en France : Wally ! Dubawi est 11e avec 19,79 millions (17,39 M€). Ses trois produits les plus riches en 2021 sont Yibir et Space Blues, qui ont pris la plus grande part de leurs gains aux États-Unis, et Lord North, qui a décroché 2,32 millions avec son succès dans le Dubai Turf (Gr1). Le classement est dominé par le Japon – grâce ses allocations énormes –  avec huit étalons dans le top 10. Deep Impact (Sunday Silence) termine tête de liste pour la dixième fois consécutive dans son pays. L’intrus est l’américain Into Mischief, sixième avec de 23,68 millions (20,81 M€).