Magic Dream, l’une des grandes attractions 2022

Élevage / 11.01.2022

Magic Dream, l’une des grandes attractions 2022

En 2022, Magic Dream va entamer sa carrière d’étalon au haras du Hoguenet. Ce sera l’un des nouveaux étalons à suivre particulièrement. Performances, physique, tarif et origines : il a de nombreux atouts dans sa manche.

Chez les sauteurs, Magic Dream (Saint des Saints) fut le meilleur mâle de 3ans de sa génération en steeple. Il a débuté par une bonne troisième place dans le Prix Pride of Kildare, sur les haies d’Auteuil, le gagnant, Haut En Couleurs (Saint des Saints), ayant confirmé au niveau Gr1 par la suite. Magic Dream a gagné de neuf longueurs sa deuxième sortie, l’important Prix Elseneur, pour ses débuts en steeple. À cette occasion, nous lui avions attribué une JDG Jumping Star. Son jockey, Thomas Coutant, avait alors déclaré : « C'est un poulain qui fait ce qu'on lui demande. Il venait de très bien débuter en haies. Il avait bien pris ses débuts. Il a produit un vrai coup de rein après la dernière haie. Je ne crois pas avoir monté de 3ans aussi doué, à l'exception de Thélème (Sidestep) bien sûr. » Courant à 10 jours, il a remporté le Prix Congress (Gr2), comme Balko (Pistolet Bleu) avant lui. Thomas Coutant avait alors expliqué : « C'est un cheval serein, sûr de lui; il sait ce qu'il fait, sans en faire trop. Il est vraiment incroyable : j'adore le monter, que ce soit le matin ou l'après-midi. Aujourd'hui, il a été un vrai battant car après la double barrière, nous étions quand même à deux longueurs d'Hadès. Il a mis un coup de rein et a été guerrier. »

L’estime de son entourage. Pour sa rentrée à 4ans, Magic Dream s’est classé deuxième du Prix Duc d'Anjou (Gr3). Au mois d’avril 2021, Benoît Jeffroy, éleveur et copropriétaire, nous avait confié : « Le cheval s'est fait mal à l'entraînement (…) Je pense qu'il a le profil pour réussir comme étalon. C'est un cheval qui montrait beaucoup de jus. Il avait vraiment tout pour lui… mais c'est la dure loi de l'obstacle. » Son entraîneur, Arnaud Chaillé-Chaillé, avait déclaré ensuite : « Magic Dream est un grand cheval avec une locomotion impressionnante et un super tempérament. C’était un excellent sauteur qui a montré beaucoup de potentiel. Il est certain qu’il possède de nombreux attributs pour devenir étalon, tant sur le papier que par son physique et ses aptitudes de sauteur. Il amènera de la taille et du calme aux juments. » Anthony Baudouin explique : « C’est un magnifique cheval avec de très beaux rayons. Il a vraiment tout pour lui : de remarquables qualités sportives, un père qui fait référence, une mère qui a donné quatre black types sur les obstacles, une deuxième mère black type en plat… Le cheval a été syndiqué après le Congress et Magic Dream va être très soutenu lors de son entrée au haras. »

Une mère exceptionnelle. Magic Dream a été élevé par la Scea des Prairies – Benoît Jeffroy et son frère Thomas –, en association avec leur cousin Philippe Cochard. Benoît Jeffroy nous avait confié : « C’est un grand cheval mais pas lourd. Quand il est né, il était déjà physiquement exceptionnel. Rapidement, il a montré qu’il avait une remarquable locomotion. À l’élevage, il n’a jamais eu de problème, montrant un très bon caractère. Dès lors, mon frère et moi avons décidé de ne pas le faire castrer. Magic Dream est issu d’un croisement de rêve, Saint des Saints (Cadoudal) sur Trempolino (Sharpen Up), et sa mère, elle-même black type à Auteuil, a donné quatre black types sur les obstacles… pour quatre partants ! » Magic Dream est en effet le fils d’une bonne sauteuse, Magic Poline (Trempolino), troisième du Prix Univers II (L). C’est donc le frère de trois bons chevaux, Magic Saint (Saint des Saints), gagnant de quatre courses à Auteuil (les Prix Finot, Elseneur, Agitato et Piomares), puis deuxième de Gr2 à Cheltenham, Always Magic (Sunday Break), lauréat du Prix Alain et Gilles de Goulaine (L), et Liberatore (Poliglote), troisième du Prix Aguado (Gr3).

Deuxième mère de Magic Dream, Magic Play (Deploy) était black type en plat. C’est la grand-mère de la bonne Loulia (Cricket Ball), lauréate des Prix La Périchole, Edmond Barrachin et Orcada (Grs3), et du Prix Romati (Listed à l’époque) et deuxième du Prix Maurice Gillois (Gr1).

Ses courants de sang. Comme son fils Magic Dream, Saint des Saints a été un très bon 3ans à Auteuil. On lui doit pas moins de 14 gagnants de Gr1 des deux côtés de la Manche. Saint des Saints est par ailleurs (déjà) le père de mère de multiple lauréats de Gr1 : Adrien du Pont (Califet), Appreciate It (Jeremy), De Bon Cœur ** (Vision d’État), Douvan (Walk in the Park), Envoi Allen (Muhtathir) ou encore Figuero (Yeats).

Trempolino a donné sept gagnants de Gr1 en plat, mais aussi six sur les obstacles ! Il est le père de mère de quatre sauteurs lauréats de Gr1 : Beaumec de Houelle (Martaline), Gardons Le Sourire (Fame and Glory), Ogee (Generous) et Styline (Martaline). Son fils Germany (Trempolino) a donné les phénomènes Faugheen et Samcro.

 

 

 

Green Dancer

 

 

Cadoudal

 

 

 

 

Come to Sea

 

Saint des Saints

 

 

 

 

 

Pharly

 

 

Chamisène

 

 

 

 

Tuneria

MAGIC DREAM (M5)

 

 

 

 

 

 

Sharpen Up

 

 

Trempolino

 

 

 

 

Tréphine

 

Magic Poline

 

 

 

 

 

Deploy

 

 

Magic Play

 

 

 

 

Magical Mystery

MAGIC DREAM

Saint des Saints & Magic Poline, par Trempolino

Prix Congress (Gr2)

Stationné au haras du Hoguenet (14)

3.500 € H.T. (P.V.)

 

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.