Magic Millions Gold Coast : Le record tombe un jour à l’avance

International / 14.01.2022

Magic Millions Gold Coast : Le record tombe un jour à l’avance

Magic Millions Gold Coast

Le record tombe un jour à l’avance

Samedi, sur les coups de 18 h, après une réunion qui aura mis à l’affiche sept courses à un million ou plus et distribué une enveloppe totale de 9,5 millions de dollars australiens (6,04 M€), quatre-vingt-huit yearlings passeront sur le ring pour la dernière session de Magic Millions Gold Coast. Peu importe s’ils venaient tous à être rachetés, la vente a déjà battu tous les records un jour à l’avance. Vendredi, lors de la quatrième session, 179 yearlings ont trouvé preneurs pour un chiffre d’affaires de 50,63 millions de dollars australiens (32,22 M€) et un prix moyen de 282.855 AU$ (179.800 €). Le cumul des quatre sessions représente 205,84 millions (131 M€), un montant en hausse de 3,3 % par rapport au record de 2021, alors que le prix moyen progresse de 16,9 % et passe à 293.648 AU$ (186.887 ). Le chiffre d’affaires de Magic Millions Gold Coast, qui était de 68,19 millions (43,39 M€) en 2013, a plus que triplé en dix ans. Sur la même période, le prix moyen a bondi de 120 %... Ces excellents résultats ne doivent rien au hasard, ils viennent tout simplement du fait que les courses australiennes se portent très bien et de la hausse constante des allocations.

Trois millionnaires. Trois yearlings ont trouvé preneurs à plus d’un million de dollars. En quatre sessions, ils sont quinze à avoir atteint ou dépassé ce montant. C’est trois de plus que l’année dernière. Le top price de vendredi a été adjugé au courtier James Harron, qui est monté à 1,1 million (707.000 €) pour une pouliche par I Am Invincible (Invincible Spirit), deuxième produit de la placée de Gr2 à 2ans Villa Carlotta (Street Cry). La pouliche était présentée par Segenhoe Stud, agissant pour John Camilleri, l’éleveur de Winx (Street Cry). Tom Magnier a acheté pour un million (636.400 €) un poulain par Pierro (Lohro) et la lauréate de Gr3 aux États-Unis Ben’s Duchess (Munnings). Pour le même prix, Hawkes Racing a eu le dernier mot pour un Deep Field (Northern Meteor), frère de Clémenceau (Capitalist), un 3ans qui a remporté trois courses ces six dernières semaines et qui vise les Groupes.

Un Frankel à 950.000 AU$. Si le seul produit de Siyouni (Pivotal) présenté n’a pas atteint son prix de réserve, les autres yearlings issus d’étalons européens ayant sailli dans l’hémisphère Sud ont en revanche trouvé preneurs. Peter Moody a payé 950.000 AU$ (604.600 €) un poulain par Frankel (Galileo), très signé par Juddmonte. Le vendeur, Rosemont Stud, avait acheté la mère, Bellwether (Three Valleys et Heat Haze), issue de la souche d’Hasili, pour 50.000 Gns (62.800 €) à la vente de décembre 2018 de Tattersalls, alors qu’elle était pleine de New Bay (Dubawi). Il a vendu 42.000 Gns le yearling et a importé la poulinière pleine de Frankel. Lope de Vega (Shamardal) avait deux yearlings. Ciaron Maher a eu le dernier mot, à 700.000 AU$ (445.500 €), pour un poulain issu de l’australienne Acqume (Sepoy), laquelle avait fait le voyage en Irlande pour rencontrer l’étalon de Ballylinch Stud. Le même acheteur s’est offert pour 340.000 AU$ (216.400 €) l’autre Lope de Vega, le deuxième produit de You Only You (Galileo), une sœur du lauréat de l’Irish Derby (Gr1) Sovereign, qui a gagné une course à Tarbes pour la casaque Tabor et l’entraînement Rouget. Aquis Farm a payé 250.000 Gns (314.300 €) la poulinière, pleine de Caravaggio (Scat Daddy). Il y avait aussi une Kingman (Invincible Spirit), premier produit d’Urban Rocket (Siyouni), une sœur inédite du lauréat du Prix de l’Abbaye de Longchamp (Gr1) Maarek (Pivotal). Elle a été adjugée 300.000 AU$ (191.000 €) à Philip Stokes.

Shalaa tête de liste des étalons qui font la navette. L’étalon Al Shaqab Shalaa (Invincible Spirit) a connu une très belle journée avec cinq lots vendus, dont une pouliche issue d’une sœur du double gagnant de Gr1 et étalon Merchant Navy (Fastnet Rock) qui a affiché 420.000 AU$ (267.300 €). Il figure à la première place du classement des étalons à avoir fait la navette depuis l’Europe avec vingt et un yearlings vendus au prix moyen de 241.667 AU$ (153.800 €), presque huit fois son prix de saillie.

Les courtiers français. Parmi les courtiers français à s’être montrés actifs signalons Arthur Hoyeau qui a acheté quatre yearlings, dont trois pour Chris Muncie. La plus chère est une pouliche issue de la première génération du sprinter Lean Mean Machine (Zoustar). Elle a coûté 240.000 AU$ (152.750 €). Louis Le Métayer (Astute Bloodstock) a signé le bon pour deux yearlings, dont une pouliche par Deep Field à 320.000 AU$ (203.600 €).

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.