Les vertus de la raison

Courses / 16.02.2022

Les vertus de la raison

En 2021, les engagements aux classiques de printemps, ainsi qu’au Coolmore Prix Saint-Alary et au Grand Prix de Paris, avaient chuté de 15 %. Cette année, la baisse est moins prononcée et s’établit à 5,8 %. Comment expliquer cette tendance qui semble s’inscrire dans la durée ?

En 2021, la retenue sur les allocations en raison du contexte sanitaire avait été de 16 % pour les courses plates dont la dotation au gagnant dépassait les 7.500 €. Les Grs1 avaient donc été fortement impactés, sans que l’on sache, au moment de faire les engagements classiques, les modalités des redistributions. En 2020, les Grs1 de plat s’étaient vus amputés de 40 % de leur dotation. En 2022, France Galop a au contraire annoncé une revalorisation des allocations de 30 millions d’euros par rapport à 2021. Les classiques ont retrouvé leurs dotations de 2019… Mais les baisses des deux années précédentes, conjuguées à un contexte économique toujours incertain, ont certainement changé dans la durée le comportement des grandes maisons, celles qui font le nombre dans les engagements classiques. Il va falloir s’y résoudre : il est fini le temps où l’on engageait "au cas où", même sans réelles garanties quant à la qualité du candidat. Et au final, ce n’est peut-être pas plus mal pour les finances de France Galop. Qui dit moins d’engagés initiaux, dit potentiellement plus d’engagements supplémentaires…    

× Votre téléchargement est bien en cours. S’il ne se complète pas, cliquez ici.