Dubai Gold Cup (Gr2) : Stay Foolish, Japon acte II

International / 26.03.2022

Dubai Gold Cup (Gr2) : Stay Foolish, Japon acte II

MEYDAN (AE), SAMEDI

Manobo (Sea the Stars), invaincu en cinq sorties, était le concurrent à battre dans la Dubai Gold Cup (Gr2). Le représentant de Godolphin est pétri de talent mais il lui a manqué peut-être une chose samedi : l’expérience ! De l’autre côté, le vieux briscard japonais Stay Foolish (Stay Gold) ne manque pas de métier et il venait de montrer sa forme à Riyad. Dans une course qui n’a pas avancé, Manobo a beaucoup tiré : sur 3.200m, cela se paie cash. Stay Foolish, bien calé côté corde derrière les premiers, a quant à lui suivi tranquillement. Manobo a bien accéléré à l’entrée de la ligne droite et, comme l’a dit Christophe Lemaire – en anglais lors de la conférence de presse, ce qui a dû en laisser plus d’un dubitatif : « J’ai cru que les patates étaient cuites à ce moment-là. » Mais Stay Foolish, une fois dégagé de la corde, a répondu et a rendu coup pour coup au Godolphin, qui a craqué dans les 100 derniers mètres et prend la deuxième place à une demi-longueur. La troisième place revient à un "FR", Al Madhar (Siyouni), troisième à deux longueurs.

Peut-être la Gold Cup au printemps, pourquoi pas l’Arc à l’automne ? Lorsqu’il a remporté le Red Sea Turf Handicap (Gr3), il y a un mois de cela à Riyad, Stay Foolish signait son premier succès en presque quatre ans. Le représentant de Shadai Race Horse a repris goût au succès. Peut-être une histoire de soleil, comme l’a dit Christophe Lemaire : « Il aime la chaleur, plus que moi : il n’a fait que progresser depuis son arrivée en Arabie Saoudite. J’ai eu un bon parcours à l’intérieur. Cela n’a pas avancé jusqu’au dernier tournant mais il était bien détendu. Stay Foolish n’a pas de pointe de vitesse mais il tient et il a bien répondu. Il fallait se battre aujourd’hui. Je crois que l’allongement de la distance fait la différence avec lui. Il trouve des courses sur plus long, s’est endurci. »

Yoshito Yahagi, entraîneur de Stay Foolish, n’a pas encore gagné de Groupe en Europe – il n’était cependant pas passé loin l’an passé avec Entscheiden dans le Qatar Prix de la Forêt (Gr1) et le Qatar Prix du Pin (Gr3). Avec son stayer, qui aura des options limitées au Japon si on enlève le Tenno Sho - Printemps (Gr1) au mois de mai, il peut venir nous rendre visite : « J’adorerais courir la Gold Cup de Royal Ascot avec lui mais nous allons dans l’immédiat rentrer au Japon et il faudra en parler au propriétaire. » Plus tôt dans la semaine, Yoshito Yahagi a évoqué deux options possibles à l’automne. La première est la Melbourne Cup (Gr1) et Stay Foolish serait dur à battre… Mais il faut composer avec les mesures vétérinaires extrêmement strictes mises en place pour les chevaux étrangers. L’autre option évoquée par l’entraîneur est le Qatar Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1).

Manobo à revoir. Manobo est battu mais il faut être un très bon cheval pour être deuxième de la Dubai Gold Cup en ayant autant tiré. Le pensionnaire de Charlie Appleby, qui pourrait probablement être aussi bon sur plus court, doit encore apprendre son métier et n’est certainement pas à condamner.

À noter qu’Emperor of the Sun (Galileo) a vite été arrêté par son jockey, avant le premier tournant. Il regardait déjà le postérieur du cheval quelques mètres après le départ. Fawzi Nass n’a pas été chanceux en ce début de réunion de la World Cup, après la mésaventure avec RB Rich Lyke Me dans la Kahayla Classic.

Un petit-fils de Silver Lane. Élevé par Shadai, Stay Foolish est issu de la dernière génération de Stay Gold (Sunday Silence), qui avait remporté à 7ans le Hong Kong Vase (Gr1) et avait gagné une petite place d’étalon à la Breeders Stallion Station et chez Big Red Farm. Il a produit une douzaine de gagnants de Gr1 dont les champions Orfèvre et Gold Ship. Stay Foolish est élevé par Shadai mais sa mère, Kauai Lane (King Kamehameha), est un des très rares foals achetés par Chizu Yoshida, l’épouse de Teruya, qui l’avait payée 35 millions de yens (270.000 $) à la vente JRHA en 2006. L’investissement s’est montré payant car elle a gagné une Listed. Elle a donné sept gagnants sur sept produits en âge de courir et Stay Foolish est largement le meilleur. La deuxième mère, Silver Lane (Silver Hawk), a fait carrière en France pour la casaque Fustok en remportant le Prix de la Grotte (Gr3) et s’est classée troisième des Irish Oaks (Gr1). Elle a produit entre autres le lauréat des Sprinter Stakes (Gr1, 1.200m) et du Yasuda Kinen (Gr1, 1.600m) Black Hawk (Nureyev) et la pouliche Pink Cameo (French Deputy), qui a battu les mâles dans la NHK Mile Cup (Gr1, 1.600m).

Kauai Lane a une 2ans par Just a Way (Heart’s Cry) et une yearling par Kizuna (Deep Impact). Elle est retournée à Kizuna en 2021.