Goffs Dubai breeze up : une breeze up pas comme les autres…

Institution / Ventes / 22.03.2022

Goffs Dubai breeze up : une breeze up pas comme les autres…

C’est bien connu, les professionnels des breeze up ne manquent pas de courage. Dès lors, ils ont répondu présent à l’appel de Goffs qui a décidé d’organiser une vente à Dubaï. Nullement une première car, au début du siècle, l’Emirates Racing Association proposait déjà la Pearls of Dubai International Sale, une breeze up d’automne qui proposait des chevaux australiens, argentins et aussi américains aux propriétaires locaux, et ce afin de donner de l’impulsion aux courses. Les chevaux avaient à leur disposition une course réservée dotée de 150.000 € d’allocations et le chiffre d’affaires, pour une cinquantaine de sujets, se situait autour de 2,5 millions d’euros.

Le scénario a changé, les propriétaires de Dubaï (autres que ceux de la famille Maktoum) et des autres pays du Golfe ont découvert petit à petit les marchés internationaux et la Pearls of Dubai n’est plus, sans laisser beaucoup de regrets. Elle a été remplacée par des ventes de chevaux à l’entraînement.

Mardi, 69 juniors ont fait leur breeze sur la P.S.F. d’entraînement de Meydan. Ce ne sont pas des galops à l’américaine, avec chronos, chevaux munis d’œillères et cavaliers avec de belles cravaches. Tout est bien plus docile, à l’européenne, car les jeunes chevaux, surtout ceux achetés par les propriétaires locaux, seront mis dans du coton jusqu’en novembre prochain, lorsque démarrera la saison 2022 - 2023. Tom Taaffe, consultant international de Goffs, a déclaré : « Tout s’est bien déroulé. L’objectif était de montrer les chevaux en action aux acheteurs, sans les pousser dans leurs retranchements. Plusieurs acheteurs m’ont dit que c’était bien d’appréhender les juniors de cette façon. »

Un catalogue très américain. Le catalogue est de très haute qualité.  En vitrine, les juniors d’origine américaine représentent 45 % de l’offre. Les bonnes courses pour les 3ans à Dubaï sont presque toutes sur le dirt et les vendeurs ont fait leur choix. Parmi les étalons, il faut noter la présence du champion sire Into Mischief (Harlan’s Holiday) qui compte une pouliche en vente. Le lauréat de la Triple couronne American Pharoah (Pioneerof the Nile) est représenté par trois poulains dont le deuxième produit de Polar River (Congrats) qui avait réussi le doublé UAE 1.000 Guineas & UAE Oaks (Gr3) et s’était classée deuxième dans l’UAE Derby (Gr2). L’autre triple couronné, Justify (Scat Daddy), est représenté par deux de ses premiers produits. On trouve aussi un Arrogate (Unbridled’s Song), qui avait gagné une Dubai World Cup d’anthologie, un Uncle Mo (Indian Charlie) et un poulain par le très prometteur Gun Runner (Candy Ride).

Six sont passés à Deauville. Les 63 juniors qui vont passer sur le ring pour la seconde fois ont affiché une valeur (rachat compris) de 4,79 millions. Six d’entre eux ont déjà entendu la voix du crieur à Deauville et quatre ont droit à la prime. Le quatuor est composé par un Oasis Dream (Green Desert), un Siyouni (Pivotal), un Cloth of Stars (Sea the Stars) et une Wootton Bassett (Iffraaj). Le plus cher parmi les produits des étalons européens est un Frankel (Galileo), demi-frère de deux black types, acheté 300.000 Gns (375.650 €) chez Tattersalls et proposé par Church Farm et Horse Park Stud. Il y a aussi un poulain par le très bon étalon japonais Daiwa Major (Sunday Silence) et la championne aux quatre Grs1 Peeping Fawn (Danehill). Il est élevé par Coolmore, n’est jamais passé aux ventes et sera offert par Mocklershill.