Le mot de la fin : 163 propriétaires… pour une course

Le Mot de la Fin / 17.03.2022

Le mot de la fin : 163 propriétaires… pour une course

Seize partants et 124 propriétaires. Et même, 163 propriétaires et 20 chevaux si on rajoute les quatre réservistes. Les Golden Slipper (Gr1), la course pour 2ans la plus richement dotée au monde (3,29 M€), est la plus belle preuve de la puissance de la multipropriété. Or la syndication, c’est l’une des grandes forces du galop australien.

Samedi à Rosehill Gardens, seulement quatre des 16 sujets de 2ans n’ont qu’un seul propriétaire : deux Godolphin et deux Go Bloodstock (Sir Owen Glenn). Une cinquième partante, la pouliche Seven Veils (Shalaa), appartient à ses deux éleveurs, Paul Hughes et le docteur C.M. Rogers. Les onze autres ont entre trois et 19 propriétaires. La favorite, Coolangatta (Written Tycoon), a été achetée 280.000 AU$ (184.500 €) par l’entraîneur Ciaron Maher et syndiquée entre 12 associés. Gary Portelli a payé 160.000 AU$ (105.000 €) pour le deuxième favori, Sejardan (Sebring), et il a formé un syndicat de 18 membres, dont sa femme. Portelli avait gagné les Golden Slipper en 2017 avec She Will Reign (Manhattan Rain), une pouliche à 20.000 dollars (13.100 €) dénichée par Scott Darby qui l’avait syndiquée entre 20 propriétaires presque tous néophytes. Mais elle était bien plus que ça : c’était la pouliche du grand public. Un des associés, Michael Tobin, était infirmier : « C’est comme gagner au Loto, elle a donné de l’énergie à ma famille et mes amis. Ma femme veut changer son nom de Lorraine en Lareign ».