Le mot de la fin : usage et abus

Le Mot de la Fin / 24.03.2022

Le mot de la fin : usage et abus

Un premier coup de cravache dans la ligne d’en face, quand il a refait le peloton, deux autres dans le dernier tournant pour assurer l’avantage et vingt dans la courte ligne droite de Happy Valley. Total : vingt-trois coups de cravache. Vincent Ho n’a pas battu le record de Victor Espinoza (vingt-huit coups en selle sur American Pharoah dans le Kentucky Derby 2015) et sa victime, Sky Gem (Niagara), a remporté d’une encolure le troisième succès de sa carrière. Le spectacle, diffusé sur l’antenne d’Equidia, n’a pas été très excitant, sauf pour les sadiques. Les commissaires français auraient infligé au jockey une longue suspension, car en plus du nombre de coups, Vincent Ho n’a pas donné à son cheval le temps de réagir aux sollicitations. Pas de ça à Hongkong, où il n’existe pas de limitation des coups de cravache. Il y a quelques mois, Hot Rod Charlie (Oxbow) a été disqualifié des Haskell Stakes (Gr1) car son jockey, Flavien Prat, n’avait pas pu le corriger avec la cravache, entraînant la chute d’un adversaire. La cravache dans l’État du New Jersey, où se trouve l’hippodrome de Monmouth Park, est interdite. Entre 23 coups et l’interdiction, il y a une large différence. Comme entre l’abus et l’usage.