Prix Joseph Biancone (Maiden) : Avec God Blessing, José Delmotte et Damien de Watrigant ont le droit de rêver

Courses / 04.03.2022

Prix Joseph Biancone (Maiden) : Avec God Blessing, José Delmotte et Damien de Watrigant ont le droit de rêver

Bordeaux-Le Bouscat, vendredi

Seul poulain du lot à disposer des engagements classiques, God Blessing (Siyouni) n’a pas raté ses débuts. Mieux, le représentant du haras d’Haspel a laissé entrevoir de sérieux moyens, même s’il faut avouer que la course n’est pas facile à juger. Dans une épreuve animée par Chief Red Cloud (Siouni), lequel avait déjà une course dans les jambes, le futur lauréat a longtemps patienté en avant-dernière position d’un lot qui avait réuni seulement cinq partants. C’est dans le tournant final que le poulain entraîné par Damien de Watrigant a progressé le long de la corde pour venir très facilement à la hauteur de l’animateur. Non sans pencher, God Blessing a tout aussi facilement repoussé les attaques pour l’emporter d’une longueur et quart sur Mashmedia (Mehmas), lequel débutait également, tout comme le troisième, Samapy (Birchwood), qui a terminé une tête plus loin. Quatre longueurs plus loin, on retrouve le pensionnaire de Jean-Claude Rouget, Chief Red Cloud.

Pas sur son terrain et à 70 % de ses moyens. Damien de Watrigant a déclaré au micro d’Equidia : « On a toujours des espérances ave ce genre de chevaux. Quand on a la confiance de gens comme monsieur Delmotte, qui vous mettent des super chevaux à la maison, c’est déjà une victoire. José [Delmotte, nldr] m’a laissé tout le temps dont j’avais besoin pour l’amener comme il faut. Aujourd’hui, il est récompensé et cela me fait très plaisir pour lui. Le cheval le fait parce qu’il est bon, mais ce n’était pas du tout son terrain. On le voit, il galope n’importe comment, mais, comme m’a dit son jockey, il a du jus. On verra la suite. Monsieur Delmotte est un homme de défi et je lui ai dit que j’aimais son poulain, c’est pourquoi il m’a dit de foncer pour les engagements classiques, qu’on n’était pas là pour enfiler des perles. Au cheval maintenant de nous prouver qu’il est capable de monter. Grâce à monsieur Delmotte, on se donne toutes les chances d’y arriver. »

Ioritz Mendizabal a ajouté : « C’est bien, il gagne dans un très bon style, même s’il a fallu durant les 300 premiers mètres lui apprendre à courir. Il avait tendance à en faire un peu, c’est un cheval généreux. Mais on n’était que cinq, c’est donc le jour J pour lui donner une bonne leçon. Il a louvoyé mais ce n’est pas du vice. Ici, la sortie est juste aux 250m et les chevaux ont toujours tendance à être attirés par la sortie. Il a gagné à 70 %. »

Bon comportement de Mashmedia. Gianluca Bietolini, l’entraîneur du deuxième, nous a confié : « Je suis content et pas vraiment surpris de la performance de Mashmedia. Le matin, il travaillait bien. Aujourd’hui, durant le parcours, il s’est montré quelque peu immature. Mais il a cependant bien fini. C’est un poulain qui devrait pouvoir rapidement gagner son maiden. À l’avenir, il sera peut-être un peu rallongé. Après la course, j’ai discuté avec le jockey gagnant [Ioritz Mendizabal, ndlr], et il me disait que God Blessing était très estimé. C’est prometteur. En tout cas, une chose est sûre, c’est que le terrain était compliqué aujourd’hui… »

Une mère placée du Prix des Lilas et de la Cochère (Ls). Présenté par son éleveur, le haras d’Haspel, God Blessing avait été racheté yearling 70.000 € à la vente de sélection. Il s’agit d’un fils de Siyouni (Pivotal), étalon aux Aga Kahn Studs, et de Galaxe (High Chaparral), qui compte une victoire en 10 sorties et s’est classée deuxième du Prix des Lilas (L) et troisième du Prix de la Cochère (L). God Blessing est son troisième produit. Le premier est mort yearling et l’autre, un 4ans, n’a pas couru. Son fils Champagne Piaff (Le Havre) a gagné trois courses en Angleterre et il est en 95 de rating (valeur 42,5 en France). Le caractère gras n’est pas loin… en espérant que Gary Moore ne le passe pas sur les obstacles.

La mère a également une yearling par Oasis Dream (Green Desert), Las Vegas Dream, et a été saillie en 2021 par Le Havre (Noverre).

La deuxième mère, Galaxie des Sables (Marchand de Sable), a remporté trois courses entre 2 et 3ans et a conclu deuxième du Prix des Sablonnets (L). On lui doit également le bon Bobbymurphy (Intello), qui en six sorties s’est imposé à cinq reprises, ou encore Galaxie Gold (Dariyan), lauréat de son unique sortie à 2ans et deuxième du Prix Claude Rouget (Classe 2) une demi-heure plus tard.

 

 

 

Polar Falcon

 

 

Pivotal

 

 

 

 

Fearless Revival

 

Siyouni

 

 

 

 

 

Danehill

 

 

Sichilla

 

 

 

 

Slipstream Queen

GOD BLESSING (M3)

 

 

 

 

 

 

Sadler’s Wells

 

 

High Chaparral

 

 

 

 

Kasora

 

Galaxe

 

 

 

 

 

Marchand de Sable

 

 

Galaxie des Sables

 

 

 

 

Kruguy Dancer