Un festival difficile pour les bookmakers… et l’élevage français

International / 18.03.2022

Un festival difficile pour les bookmakers… et l’élevage français

La victoire de quatre favoris a mis dans la difficulté les bookmakers vendredi à Cheltenham. Tony Kenny, porte-parole de William Hill, a déclaré : « Ce fut une des journées de Gold Cup les plus douloureuses pour notre profession depuis très longtemps. Certains parieurs ont gagné des sommes à six chiffres grâce à des combinaisons. » De son côté, l’élevage français, grâce à un superbe quatrième jour, fait un peu mieux qu’en 2021 (annus horribilis) en passant de deux à sept victoires de Groupe (soit 6,9 % de ses partants). Mais on reste très loin des éditions 2018 à 2020, où les FR avaient remporté entre 10 et 12 Groupes à chaque fois. Cette édition 2022 a été marquée par le grand retour de l’élevage anglais, avec quatre succès de Groupe (9,3 % de ses partants). Sur les quatre jours, les IE dominent les FR par le nombre de victoires de Groupe (12 contre 7) mais aussi par le taux de réussite dans ces mêmes épreuves (7,8 % contre 6,9 %). Après quelques éditions de surperformance, l’élevage français de sauteurs semble revenu à un taux de réussite plus dans la norme… et donc comparable à celui de l’Irlande.