Ballymore Champion Four Year Old Hurdle (Gr1) : Impressionnant Vauban

International / 30.04.2022

Ballymore Champion Four Year Old Hurdle (Gr1) : Impressionnant Vauban

Punchestown (IE), samedi

Lauréat du Triumph Hurdle (Gr1) de Cheltenham, Vauban (Galiway) a confirmé qu’il était le meilleur 4ans anglo-irlandais en survolant le Ballymore Champion Four Year Old Hurdle (Gr1), dans lequel il a été encore plus impressionnant qu’à Cheltenham. Le représentant de Susannah Ricci a suivi l’animateur, Fil d’Or (Doctor Dino), et, après le saut de la dernière haie, il a passé une deuxième vitesse pour se débarrasser de son rival et s’imposer de quatre longueurs. Fil d’Or est net deuxième, quatorze longueurs devant HMS Seahorse (Galileo).

Un troisième Gr1. Entraîné par Willie Mullins, Vauban a couru à quatre reprises sur les obstacles anglo-irlandais. Battu pour ses débuts sur les claies, il a ensuite montré qu’il était le plus fort en remportant le Spring Juvenile Hurdle, puis le Triumph Hurdle et désormais le Champion Four Year Old Hurdle (Grs1). Il est le net leader des 4ans anglo-irlandais sur les haies et, qui sait, peut-être que Willie Mullins pourrait se laisser tenter par une course comme le Prix Alain du Breil (Gr1), qu’il a déjà remporté avec Footpad (Creachadoir) et Diakali (Sinndar). Comme Vauban, ils avaient couru les Grs1 de Leopardstown, Cheltenham et Punchestown mais, contrairement à Vauban, ils ne les avaient pas tous gagnés ! Les cartes du Alain du Breil ont été rebattues dans le Prix Amadou (Gr2), samedi à Auteuil, et peut-être aussi à Leopardstown si Willie Mullins décide de tenter l’aventure : c’est loin d’être certain. Vauban a peut-être encore plus de talent, à ce stade, que Footpad et Diakali, mais il est aussi beaucoup moins expérimenté en obstacle.

L’entraîneur a commenté : « Il le fait vraiment très bien et Paul [Townend, ndlr] dit qu’il continue d’apprendre, il n’a pas encore beaucoup couru. Il trouve qu’il commence vraiment à devenir sauteur. Il s’est posé et a accéléré lorsqu’il l’a voulu. Il a placé son accélération de lui-même : il est vraiment enthousiasmant ! Il a des moyens et est encore en train d’apprendre. Vauban a couru en plat et il commence seulement à comprendre son métier de cheval d’obstacle. Nous l’avions acheté avant qu’il ne coure une Listed en France [le Prix Frédéric de Lagrange, ndlr] : c’est quelque chose que nous ne faisons jamais mais nous l’avions repéré, nous avions demandé le prix et ils nous l’avaient donné. Son entourage souhaitait cependant courir la Listed et nous avons dit d’accord… et nous avons croisé les doigts ! Il n’avait pas eu un parcours facile et, après cette course, il y a eu beaucoup d’intérêt pour lui : je suis certain que Rich Ricci aurait pu réaliser une belle plus-value ! Les Australiens le voulaient, il a le profil parfait pour briller là-bas et peut-être qu’il y ira un jour : nous pourrions tenter la Melbourne Cup, mais pas cette année. »

La souche. Élevé par Philippe Decouz et la Scea du Bas Bugey (Olivier de Seyssel), Vauban est un fils Waldfest (Hurricane Run), qui a gagné une petite course à conditions à 4ans sur 2.750m, à Carpentras. Vauban est son premier produit. Waldfest, qui a un yearling par American Devil (American Post), a été saillie en 2021 par Jimmy Two Times (Kendargent). En 2022, elle va à Masar (New Approach).

La deuxième mère, Gifted Icon (Peintre Célèbre), a gagné une course F en débutant à 3ans, sur les 2.000m de Compiègne. On lui doit notamment Maki Maki (Makfi), lauréat d’un Maiden pour ses débuts en fin d’année de 2ans sur les 2.000m de Marseille-Borély et deuxième du Prix Delahante (L). La troisième mère, Waldmark (Mark of Esteem), a fini deuxième des Falmouth Stakes (Gr2, à l’époque). C’est la mère de l’étalon du haras de la Tuilerie Masked Marvel (Montjeu), lauréat du St. Leger (Gr1), mais aussi de Waldlerche (Monsun), qui n’est autre que la génitrice du gagnant du Prix de l’Arc de Triomphe (Gr1) 2019, Waldgeist (Galileo).

Galiway, d’Auteuil à Punchestown. Vauban est un fils de Galiway (Galileo), stationné au haras de Colleville. Vauban fut le premier gagnant de Groupe de l’étalon de Guy Pariente en obstacle, et son deuxième gagnant de Gr1 après Sealiway (Champion Stakes & Prix Jean-Luc Lagardère). C’est tout à fait remarquable car Galiway réussit dans toutes les disciplines. Sur la seule année 2021, avec huit produits "en gras" en Europe, Galiway était à 20,5 % de black types par partants. C’est vraiment très élevé si on le compare sur 2021 avec les références Galileo (20,7 % de black types par partants), Dubawi (20,4 %), Frankel (18,2 %)… Encore mieux, en prenant les seuls gagnants black types européens de 2021, Galiway frappe un grand coup à 15,4 %, quand on sait que Dubawi est à 12 %, et que son père Galileo est à 7,8 %.

Le jeune sire compte quatre black types sur les obstacles : Vauban (trois victoires de Gr1), Becquathunder (Prix Alain et Gilles de Goulaine, L), Heniway (2e du Christian de l’Hermite Grand Steeple-Chase des 4ans, L)… Et Gala Marceau, qui a survolé le Prix Girofla (L) samedi midi à Auteuil !

Le croisement. Après le premier Gr1 de Vauban, Philippe Decouz nous avait confié : « Il m’est arrivé d’acheter des chevaux au haras de la Pérelle. Dont mon premier bon cheval, Imperiator (Footstepsinthesand), lauréat du Prix Montenica (L) [c’est aussi le cas du gagnant de Groupe et étalon Tornibush, encore un bon sujet qui courait pour la famille de Seyssel, ndlr]. Chaque année, je vais voir leur production. Un jour, le manager m’a appelé pour me parler de Waldfest. Elle avait 3ans à l’époque et était au repos. L’objectif était de la faire gagner… bien qu’elle ne soit pas vraiment bonne. J’ai donc eu l’opportunité de la prendre en location. Elle a gagné dès sa première sortie sous mes couleurs et mon entraînement. C’était à Carpentras. Ensuite, Waldfest a été très régulière. C’est une jument que j’aimais bien et qui avait un beau papier. Si bien que j’ai fait une offre d’achat à l’automne de ses 4ans. Et elle a été acceptée. Bien qu’elle n’ait pas couru dans des grands lots l’après-midi, elle avait suffisamment de qualité le matin pour être le leader de Do Ré Mi Fa Sol (Wootton Bassett) [lauréate du Prix du Grand Camp, L, et deuxième de Gr3 à York, ndlr]. C’était la seule qui pouvait me "l’amener sur le bon pied". Nous l’avons ensuite rentrée au haras (…) Galiway était proposé à un tarif très accessible. C’est un Galileo (Sadler’s Wells) et le croisement semble bien fonctionner sur le papier. À l’époque, cette famille venait juste de sortir Waldgeist (Galileo). Galiway est un étalon qui est très bien né. C’est aussi un beau cheval. Waldfest est issue d’Hurricane Run (Montjeu), lauréat du Derby d’Irlande (Gr1) et deuxième du Prix du Jockey Club (Gr1). Sa mère, Gifted Icon, est une fille de Peintre Célèbre (Nureyev), lauréat du classique cantilien, mais sur 2.400m. C’est vraiment un croisement classique sur classique. Ce qui est certainement un gage de réussite. En tout cas, cela nous a souri. Waldfest est actuellement stationnée chez la famille de Maleissye-Melun. »